TRIBUNE. L’avocat Richard Malka : “L’affaire Mila ou le triomphe de la peur”

Maître Richard Malka

L’avocat Richard Malka, qui défend notamment le journal Charlie Hebdo, signe une tribune en défense du “droit au blasphème” et de Mila. Cette adolescente de 16 ans est harcelée sur les réseaux sociaux pour avoir critiqué l’islam dans une vidéo.

Le 18 janvier, Mila, une adolescente iséroise de 16 ans, affichait avec véhémence, et dans des termes crus, sa détestation des religions et de l’islam en particulier dans une vidéo. Depuis, la jeune femme est harcelée, insultée et menacée de mort sur les réseaux sociaux. L’avocat et auteur Richard Malka prend sa défense dans une tribune, au nom du droit au blasphème. Voici son texte : “Il y a un pays où une adolescente de 16 ans exprimant, avec les mots de son âge et de sa passion encore enfantine, le mal qu’elle pense d’une religion, se retrouve menacée – “t’es morte, on sait où t’habites” –, déscolarisée pour éviter d’être lynchée, cyberharcelée, insultée – “sale lesbienne, pute LGBT” – et, pire, soumise à l’enquête d’un procureur pour incitation à la haine raciale.

Nulle solidarité avec Mila: “ils” tournent la tête

Dans ce pays, aucune association de défense des droits de l’homme ne proteste ni n’exprime sa solidarité avec celle dont la vie a soudainement basculé dans la clandestinité, au moins pour un moment. Pas plus de réaction du côté des ministres que des principales associations féministes ou LGBT, des artistes et des “progressistes”. On tourne la tête, on sifflote vers le ciel, on regarde ses souliers avant de se choisir des indignations à la mode que l’on épousera avec d’autant plus d’ardeur qu’elles n’exposent à aucun risque. Tiens, boycottons le film d’un cinéaste américain de 86 ans, par exemple.

Sa faute fut de croire qu’elle vivait dans une contrée où, après des siècles de combat et une révolution, l’on s’était débarrassé du respect obligé dû à Dieu

Le porte-parole du très officiel conseil représentatif du culte concerné, lui, se réjouit que la faute de cette mineure ait entraîné une avalanche de promesses de mort : “Elle l’a cherché, elle assume“, dit-il au micro d’une télé, bombant le torse.

Et pourtant, le seul tort de cette jeune blasphématrice fut d’utiliser un droit de critique consacré par la justice de son pays. Sa faute fut de croire qu’elle vivait dans une contrée où, après des siècles de combat et une révolution, l’on s’était débarrassé du respect obligé dû à Dieu. Pour mieux respirer, créer, inventer ou être égaux entre sexes. Et aussi parce que Dieu finit toujours par se choisir des porte-parole armés ou vociférants qui grignotent nos libertés les unes après les autres. Aujourd’hui, je me demande ce que pense cette adolescente. Comment elle regarde ceux qui se taisent et ne font rien. Quel enseignement elle en tirera sur ce que nous sommes.

Feue la France de Voltaire?

Elle s’appelle Mila, le parquet est celui de Vienne en Isère et cette histoire s’est déroulée cette semaine, pas au pays des purs, mais dans une France qui a oublié qu’elle était celle de Voltaire.”

Source: JDD. 26 janvier 2020

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. Très juste analyse mais il n’y a rien de nouveau sous le soleil, en ce sens que la France est devenue depuis longtemps (à l’instar des USA et de la Grande Bretagne) une société obscurantiste. On ne pourrait pas avoir des médias (hormis TJ Charlie hebdo et une ou deux autres exceptions) et une classe politique pires que les nôtres. J’ai perso déjà tiré un trait sur la société française.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*