André Markowicz. C’est la Russie qu’il faut dénazifier

Le site des « Humanités » animé par Jean-Marc Adolphe propose une traduction de l’article de Timoféï Serguéïtsev écrit comme deuxième réponse aux accusations de crimes de guerre à Boutcha.

De deuxième réponse, parce que, la première, naturellement, a été de nier tout en bloc, de dire que, ces morts qu’on voyait, c’étaient des acteurs, qu’on les voyait bouger, que jamais la Russie n’avait touché à un civil, et de convoquer le conseil de sécurité de l’ONU (convocation refusée par les autres membres).

Bref, toute la Russie ne parle de que de cette « provocation monstrueuse ». Elle en parle en dépit du bon sens, parce que, malheureusement, non, les morts ne se sont pas relevés, les femmes pendues et violées ne se sont pas dépendues, et les constatations sont claires. Il s’agit bien d’un massacre délibéré, et poursuivi pendant toute l’occupation de la ville.

Et les Ukrainiens possèdent aujourd’hui la liste des unités russes présentes à Boutcha, avec les noms et les grades des officiers et, sans doute, de tous les soldats. Et donc, le travail des autorités ukrainiennes est, aujourd’hui, entre autres, de faire des enquêtes de police, d’établir les faits, — crime après crime, et il y en a des centaines. On parlait de 300 morts, mais nous en sommes aujourd’hui à au moins 410, et il y en a sans doute plus.

Mais ce premier mouvement de dénégation a, de toute façon, été rendu inutile par une deuxième réponse aux accusations internationales : la publication par RIA-Novosti, agence de presse officielle, d’un long article d’un nommé Timoféï Serguéïtsev, article que le site des Humanités, de Jean-Marc Adolphe, propose de lire en intégralité.

Et là, les choses sont parfaitement claires : il s’agit d’un manifeste qui explique que, dès lors que les Ukrainiens, finalement dans leur ensemble, sont des nazis, eh bien, pour les dénazifier, il faut d’abord éliminer leurs élites, et peut-être même les éliminer complètement, pour autant qu’ils veuillent s’obstiner à ne pas vouloir disparaître dans la Russie. Et que ce processus prendra vingt-cinq ans.

Vous verrez les détails, mais c’est exactement ce que disait Poutine à la veille l’entrée en guerre : l’Ukraine n’existe pas, donc les Ukrainiens doivent disparaître, soit ils deviennent russes (mais sans jamais avoir une position autre que celle d’employés obéissants), soit ils doivent disparaître, eux aussi. C’est écrit, quasiment noir sur blanc. Et c’était dit.

Et donc, d’un côté, pour sa propre population, pour la télé, on nie les massacres, et, de l’autre côté, on les justifie — le même jour. Et, en disant combattre « les nazis », on emploie la langue du troisième Reich à propos de la population non-juive de la Pologne ou de l’Urss : destruction des élites, interdiction de toute marque distinctive, emploi comme esclaves. — Non-juive, puisque tous les Juifs, eux, étaient condamnés à mort en tant qu’ils étaient nés.

Et donc, la Russie, pays vainqueur de la guerre contre Hitler, reprend aujourd’hui, officiellement, le vocabulaire et la posture de celui-là même qu’elle prétend combattre en Ukraine.

Il y a là un saut que j’appellerai ontologique. Quelque chose d’absolument irréparable.

Parce que, que signifient ces massacres ?

Des commentateurs russes en exil faisaient remarquer que ces massacres n’avaient pas lieu dans les régions du sud (à Mélitopol ou Kherson), parce que les Russes voulaient y créer une république sécessionniste à l’exemple de celles de Donetsk et de Lougansk. Ils avaient lieu dans des villes que l’armée russe abandonnaient, après la première phase de sa défaite — au moment où il était clair qu’elle devait battre en retraite et se concentrer seulement sur l’est du pays.

Mais si les Russes s’enfuient de Berdyansk et de Kherson, ils peuvent faire la même chose, là-bas aussi, parce qu’il n’est plus question, dans les faits, d’aucun référendum, d’aucune république du Chersonnèse.

Ces massacres sont aussi une preuve de la fuite en avant de Poutine. Ils sont comme un pacte de sang : dorénavant, quelle paix possible ? Quel pardon ? évidemment aucun.

La guerre ne s’achèvera, d’une façon ou d’une autre, qu’au moment où les coupables de ces actes se retrouveront devant les tribunaux internationaux, et, ça, ça implique un effondrement total de la Russie, voire une occupation militaire de la Russie, ce qui paraît impossible — et, en tout cas, n’est certainement pas un objectif de l’Ukraine.

Cette guerre ne s’achèvera que par la chute du régime, en Russie même, et au moment où le nouveau régime — à supposer qu’il arrive — accepte de livrer les criminels qui ont fait ça.

Parce qu’il n’y a pas que Boutcha, bien sûr. Il est certain que, ce genre de massacres, l’armée russe en a commis dans d’autres lieux, un peu partout — et, comme je le disais il y a déjà deux semaines, — on ne compte pas les viols, par exemple. Ces viols, au contraire, ont l’air d’être systématiques : les Russes se comportent comme des soudards.

Ils pillent tout (et là encore, les services postaux de Biélorussie, piratés par des dissidents, livrent les noms et les images des maraudeurs envoyant chez eux les télés, les jouets d’enfants ou Dieu sait quoi qu’ils ont volés dans les maisons ukrainiennes).

Ils pillent tout et, si les gens résistent, ils tuent.

Et ils ne comprennent pas qu’avec les moyens modernes, très vite, ce ne sont pas seulement leurs unités que connaissent les autorités ukrainiennes, mais les noms de chacun de ces criminels.

Ils se croient intouchables à cause du nombre des crimes. Ils ne le sont pas. Ils ne le sont pas, d’abord, parce que, sur le terrain même, malgré les ordres de Poutine de lancer une grande offensive qui permettrait de prendre Kharkov pour le 9 mai, l’armée ne paraît pas capable de le faire.

Il y aura, sans doute, aujourd’hui ou dans les jours qui viennent, un effort énorme, qui ressemblera peut-être à l’offensive allemande des Ardennes, dans le nord-est.

Mais, au sud, hier, l’armée ukrainienne a atteint la mer d’Azov, et a donc coupé l’armée d’occupation en deux.

Pour l’instant, ni Berdyansk ni Kherson ne sont, je crois, libérées, mais il n’est plus question de créer une « république du Chersonnèse ».

Il est question, pour cette armée supposée si puissante, de ne pas se faire encercler au sud, c’est-à-dire d’éviter un désastre militaire total.Sur le plan économique, le désastre sera plus long à venir, évidemment.

Il s’agira de quelques mois (ce qui, toute proportion gardée, est très rapide). Et là, le guerre agira pour Poutine comme un miroir : d’un côté, le racisme nationaliste et la férocité impitoyable du fascisme ; de l’autre, une corruption tellement énorme qu’elle détruit l’appareil même de cette dictature ; enfin, un régime incapable de produire quoi que ce soit sinon de vivre des ressources naturelles d’un pays qu’il va laisser exsangue. Exsangue et couvert d’une honte que ne pourra laver qu’un, ou plusieurs, Nüremberg.

Et vivement, vivement, oui, vivement qu’on le juge, ce régime. Et tous ses assassins, — ceux qui ont possèdent des dévidoirs-wc en or massif, et ceux qui, sur le terrain, torturent, violent et massacrent.

Ce jour, nous en sommes loin encore, mais, réellement, je crois que nous n’en avons jamais été aussi proches. C’est la Russie qu’il faut dénazifier.

© André Markowicz

André Markowicz. Photo F. Morvan

André Markowicz, né de mère russe, a publié plus d’une centaine de volumes de traductions, d’ouvrages de prose, de poésie et de théâtre, parmi lesquels l’intégralité des œuvres de fiction de Fiodor Dostoïevski, le théâtre complet de Nikolaï Gogol, les oeuvre d’Alexandre Pouchkine, et, en collaboration avec Françoise Morvan, le théâtre complet d’Anton Tchekhov. Il a publié quatre livres de poèmes.  Ses quatre derniers livres sont parus aux éditions Inculte : Partages (chroniques Facebook 2013-2014, et 2014-2015)Ombres de Chine et L’Appartement.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2022-02-25-1024x768.jpg.

“Partages”

“Partages est le journal d’un écrivain qui se retourne sur son travail de traducteur, sur ses origines, sur ses lectures, sur la vie qui l’entoure. C’est une tentative, aléatoire, tâtonnante, de mise en forme du quotidien, autour de quelques questions que je me suis trouvé pour la première fois de ma vie en état de partager avec mes lecteurs, mes “amis inconnus”. Quelle langue est-ce que je parle ? C’est quoi, parler une langue ? Qu’est-ce que cette “mémoire des souvenirs” ? Qu’est-ce que j’essaie de transmettre quand j’écris, mes poèmes et mes traductions ? – C’est le reflet, que j’espère partageable, d’une année de ma vie.” André Markowicz

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est téléchargement-2022-02-25T100123.194.jpg.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

6 Comments

  1. Il n’y a pas qu’à Boutcha que des atrocités ont été commises par l’armée russe qui se comporte comme Daesh.
    Nous n’avons pas fini d’en entendre parler.
    Oui, il faut dénazifier la Russie et son abo-minable dirigeant-dictateur Poutine, mais pas seulement, car jamais la Russie n’a voulu faire amende honorable des crimes de guerre, massacres et viols de masse qu’elle a commis pendant la seconde guerre mondiale ni même les reconnaître, idem pour les crimes de masse, déportations et persécutions politiques du temps de l’URSS. Elle ne veut même pas avoir à l’évoquer ! (voir les persécutions que subissent les membres de l’ONG Mémorial dissoute en 2021 par Poutine !).
    Et je ne parle même pas des empoisonnements, assassinats et emprisonnements des opposants politiques qui sont monnaie courante …
    Cet acte est le dernier d’une longue fuite en avant dans la barbarie qui ne peut que se traduire que par la ruine.

  2. Toujours le même problème : la propagande.
    Les médias Occidentaux, en cas de conflit, ne font que ça.

    Butcha peut évoquer Timisoara.
    Il faut aussi se souvenir du plan ” fer à cheval ” censé organiser le génocide des Albanais du Kosovo qui était un faux destiné à justifier l ‘ attaque en 1999 de la Serbie par l ‘ Otan.
    Ne pas oublier les prématurés enlevés de leur couveuse par les soldats de Sadam Hussein durant la première guerre du golfe, ni les armes de destructions massives mises en avant pour justifier la guerre de 2003.
    Toutes ces ” fakes news ” ont été colportee par la presse et les T.V. jusqu’ à plus soif.

    Quant à punir les Russes, je veux bien. Mais quid des Ukrainiens fans de Bandera ? Quid des Américains et du Vietnam, des conséquences humaines désastreuses de leur guerre contre le terrorisme, qui d ‘ ailleurs se porte malheureusement très bien, quid des dirigeants chinois ?
    Pourquoi ce tropisme pour l ‘ Ukraine ?
    Parce que Poutine à foutu en l ‘ air le plan des élites occidentales : rattacher l ‘ Ukraine à l ‘ Occident c ‘ à dire à l ‘ U.E. et à l ‘ Otan.
    Leur grande peur c ‘ était l ‘ Union de l ‘ Ukraine et de la Russie. Au train où vont les choses ils auront une alliance de plus en plus étroite entre la Russie et la Chine.

  3. Il vaut mieux rire de certains commentaires pathétiques des zélateurs des dictateurs de la planète …
    Poutine aurait “fichu en l’air de plan des zaméricains” … mais il faut être bien naïf pour ne pas se rendre compte qu’il n’a réussi qu’une chose : c’est précisément à jeter l’Ukraine dans les bras de l’Europe, et avec elle, tous les pays de l’Est, sans compter que bientôt tous les cerveaux qui restent en Russie vont venir demander l’asile …
    Quant à la Chine, rions aussi, entre dictatures, on peut être tenté de se tenir les coudes mais c’est un peu l’alliance de la carpe farcie et du lapin. Les chinois sont des gens très pragmatiques et la Russie c’est un bien trop petit marché … qui risque même de se réduire demain à peau de chagrin …

  4. ” Mes collègues russes disent que le crime de la Russie est d’avoir violé le monopole occidental de la violation du droit international ”
    ( Thomas Gomart historien )

  5. La réflexion infantile de ces “collègues russes” illustre parfaitement le système de fonctionnement paranoïaque mis en place par Poutine qui consiste à toujours regarder la paille dans l’oeil du voisin pour ne pas avoir à répondre de l’énorme poutre qu’on a dans le sien..

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*