Pierre Saba – ZEMMOUR contre le CRIF

Eric Zemmour s’est autorisé lors de son émission quotidienne sur CNews (canal français d’information), le 20 janvier 2020, de s’indigner vivement des « oukases » et autres instructions que le CRIF aurait donné du temps de la Vème république des années 70-90 aux chefs d’Etat et de gouvernements français. Il a rejeté la responsabilité des attaques de De Gaulle contre les Juifs prononcées en en 1967…aux Juifs eux-même !

Zemmour est mal informé. Il est aussi mal cultivé.

Il ne sera jamais assez rappelé à Zemmour comme à tous que le CRIF émane de la Résistance française, tant critiquée par Zemmour. Après la shoah, le CRIF n’a jamais eu de cesse de soutenir Israël face aux Etats ennemis qui menaçaient et menacent depuis 1948 le cours de son existence.

La France décidait en 1967, de renverser ses alliances au profit des Etats agresseurs d’Israël et au détriment de l’Etat hébreu. Il sollicitait, légitimement, comme organisation française et juive, de la part des Exécutifs français un minimum de solidarité avec l’Etat hébreu. Si Zemmour avait relu ses dossiers ou compulsé ceux de l’Histoire de la Vème république, il aurait remarqué que jamais le CRIF n’a procédé en termes d’oukases, mais de sollicitations…d’ailleurs bien peu couronnées des succès. Si cette rengaine des Juifs omnipotents, surfinancés, arrogants, dominateurs etc ne résiste pas à l’analyse de la shoa ni des persécutions, elle n’en constitue pas moins la pierre angulaire de l’argumentaire antisémite qui se développe en France en toute impunité.

Répondant à son contradicteur le philosophe Alain Finkielkraut qui évoquait l’offense antisémite prononcée en public par le général de Gaulle en 1967, Zemmour a rejeté la responsabilité de ces attaques sur le comportement…des Juifs ! Ce discours ressemble à celui de Pétain (que Zemmour défend largement) sur la défaite de 1940 qu’il incriminait non à ses propres forces mais à celles des politiques juifs de la IIIème république.

Signe des temps, le CRIF est attaqué désormais régulièrement. Après les Lepen père et fille, Mélenchon et leurs formations respectives, c’est au tour d’Eric Zemmour de charger le CRIF de propos diffamatoires de même nature. Le CRIF se défend à chaque fois en rétablissant la vérité par communiqués publics. Les attaques contre le CRIF rejaillissent sur les français juifs, déjà ciblés par des délits et crimes antisémites.

Nul doute que l’absence de réaction judiciaire du CRIF est interprétée par ceux qui le diffament comme une faiblesse à exploiter. C’est ce qu’ils font. C’est ce qu’ils feront avec une intensité incrémentielle s’ils ne sont pas arrêtés. Seule une réponse judiciaire du CRIF parviendra à y mettre un terme.

Compte tenu des éléments rectificatifs connus de tous dont il dispose, le CRIF dispose des moyens pour punir ses diffamateurs par voie de Droit. Il y va de sa dignité, de celle des institutions et des personnes qui le composent comme du rétablissement de la vérité.

Les discours fous désignant les français juifs appartiennent en France à la décomposition de l’appareil de l’Etat et aux désordres publics constatés. Il n’est aucune raison d’y agglomérer le CRIF.

Pierre Saba

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*