Etre juif à Sarcelles, reportage audio

Sarcelles, dans le Val-d’Oise compte l’une des plus importantes communautés juives de France. Après les violentes émeutes qui ont eu lieu en juillet 2014, à la suite des manifestations pro-palestiniennes, rencontres entre la synagogue et le quartier de la “Petite Jérusalem”.
Synagogue Sarcelles

C’est l’une des villes les plus cosmopolites de France, qui abrite l’une des plus importantes communautés juives de France. C’était il y a longtemps, mais jusque récemment Sarcelles est resté un modèle de cohabitation entre les communautés, qui regardait de haut les ghettos de Garges, de Stains et de Pierrefitte, les villes voisines. A Sarcelles ça n’était pas pareil. Sur les 58 000 personnes qui y vivent aujourd’hui , il y a toujours un quart de juifs, entre 12 et 15 000 personnes. Mais pour combien de temps et combien sont déjà partis ?


L’année 2014 a marqué un tournant. La ville connaît une vague de violences sans précédent contre la communauté juive et les forces de l’ordre. Le 9 janvier 2015, un jeune bachelier sarcellois, Yohan Cohen, 20 ans, meurt sous les balles d’Amedy Coulibaly dans l’hypercasher de la porte de Vincennes, où il travaillait. Plus récemment, le 23 mars dernier à Paris, le meurtre d’une octogénaire de confession juive, Mireille Knoll, a bouleversé l’opinion. Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris, dans une marche blanche contre l’antisémitisme qui a été émaillée de polémiques. Les esprits continuent de s’échauffer avec la parution d’une tribune dans Le Parisien, “contre le nouvel antisémitisme”.

Sarcelles, elle, n’en finit pas de se replier. La ville socialiste passée communiste aux dernières municipales voit sa population de plus en plus attirée par le front national. Aux dernières départementales, le parti de Marine le Pen a recueilli vingt-sept pour cent des voix au deuxième tour.

1ère diffusion :  30/03/2015.

Chanson de fin : “Lamentation Walloo” par Boogie Balagan – Album : “Lamentation Walloo” (2007) – Label : No Man’s Time Recordings.

  • Reportage : Rémi Douat
  • Réalisation : Marie Plaçais (et Cécile Laffon)

Source franceculture

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*