“Si tu cries, t’es mort”: Marek Halter agressé à son domicile parisien

Ça s’est passé dans la nuit du 12 au 13 février.  Deux individus cagoulés se sont introduits chez notre ami Marek Halter et l’ont agressé, sans rien voler. Selon l’écrivain, le but de ses agresseurs était de le prévenir.

Marek Halter raconte s’être assoupi alors qu’il travaillait le manuscrit de son livre à paraître le 4 mars prochain[1] : J’ai senti une présence et vu un homme cagoulé au-dessus de moi, et un autre dans l’embrasure de ma porte, a-t-il rapporté à ses amis, évoquant des professionnels passés par une fenêtre de son domicile.

Ils n’ont rien volé. Ils ont pris mes clés, comme s’ils avaient l’intention de revenir. Ils ont sorti ma carte bleue et l’ont laissée, sous-entendant que le vol crapuleux n’était pas le motif de l’intrusion.

Nulle parole antisémite n’aurait été prononcée comme il est déjà arrivé à l’écrivain engagé notamment à la sortie de son ouvrage Pourquoi les Juifs : il s’en sort avec des bleus et des blessures légères.

Des soutiens venus de toutes parts ont tenté de réconforter Marek Halter âgé de 85 ans  et une enquête est ouverte.


[1] Un monde sans prophètes

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. Alors comme ça deux individus se sont introduits chez Halter sans faire des dégâts et sans rien voler; sauf les clés de son domicile.
    Pas malins, les individus ; car dans un tel cas la première chose à faire consiste à changer les serrures et rendre les clés volées inutilisables.
    Et rien n’indique une motivation pour cette supposée “agression”.

    SAUF que Halter est connu pour être très approximatif sur ce qui le concerne et même sur les détails « historiques » qu’il raconte et qui souvent ne résistent pas à l’analyse.

    Même sa date de naissance est approximative…. Celle qu’indiquent les documents n’est pas celle qu’il raconte….
    Même la couleur et la VRAIE nature de ses « cheveux » (???…) est bizarroïde.

    Conteur ou affabulateur ? La police se fera sans doute une idée après l’enquête sur la supposée « agression »…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*