Nathalie Bianco. Tu t’appelles Cyril. Le visage de la lâcheté

Hé, toi là ! Oui, toi là, le petit brun. Je te connais. Je me souviens de toi. Tu t’appelles Jérôme. Ou Cédric. Vincent peut-être. Ou Saïd je ne sais plus. Cyril ? Ok, si tu veux, Cyril. De toute façon,  je te connais.
J’ai été à l’école avec toi. Je me souviens de toi. Ou d’un autre qui était tout pareil. Le petit mec à tête de fouine prêt à tout pour être populaire. Pas très fin, pas brillant, mais suffisamment vif et malin pour « sentir » ce qui allait faire marrer les autres. Ton truc, c’était l’effet de meute. Tu as toujours su te trouver des alliés, de préférences les costauds, les riches, les impressionnants, les tricheurs. Et pour t’attirer les bonnes grâces de la classe, tu n’as jamais hésité à t’en prendre à plus petit que toi. La fille intello-moche à lunettes, que tu faisais pleurer, le petit gros nul en sport que tu humiliais devant tout le monde. Tu étais exactement le genre de mec qui harcèle, qui s’acharne contre un plus faible, juste pour le plaisir de mettre les rieurs de ton coté. Tu as toujours aimé la facilité. Et puis, quand ta victime craquait, quand elle allait se plaindre aux profs ou bien lorsqu’elle se faisait vraiment taper dessus, tu te faisais d’un coup doucereux et innocent. Subitement tu n’avais plus rien à voir avec l’histoire. Ce n’était jamais toi qui avais frappé. Tu étais trop futé pour ça. Tu allais même jusqu’à prêcher l’apaisement, la main sur le cœur en assurant que tout ça n’était qu’un jeu et que jamais, tu n’avais souhaité de mal à quelqu’un.
Puis tu as grandi, tu as bossé ton image d’amuseur et perfectionné tes techniques. Tu es devenu un pro. De vannes en vannes, tu as peaufiné ton rôle de bouffon, entouré de souffre-douleur toujours consentants pourvu qu’ils prennent aussi un peu de ta lumière. Aujourd’hui, tu as réussi, tu as du pouvoir, tu es entouré d’une cour télévisuelle qui glousse servilement à chacune de tes saillies ineptes. Barbe bien taillée, costumes sur mesures ou blousons de cuir, tu soignes désormais ton look autant que ton carnet d’adresse.

En revanche, comme au bon vieux temps, tu as gardé tes sales habitudes. Pour faire « ton intéressant » et pour t’attirer les bonnes grâces de ton public, tu restes prêt à toutes les bassesses et les lâchetés. Comme clouer des cibles sur le dos des journalistes de Charlie qui n’auraient pas dû « balancer de l’huile sur le feu en republiant les caricatures ».
Comme jeter des anathèmes et enfoncer la jeune Mila, qui, parce qu’elle n’a fait qu’user de sa liberté d’expression  « devrait se faire toute petite et se faire oublier » face à ses agresseurs.

Je te connais. Tu t’appelles Jérôme, Éric, Saïd ou Cyril, je ne me souviens plus. Tu es de la race de ceux qui non content de hurler avec les loups, excitent la meute et s’étonne ensuite que celle-ci réclame du sang. Comme au temps de l’école, tu ne te feras jamais incriminer, à aucun moment, ce ne sera de ta faute. Et s’il devait à nouveau arriver malheur à ceux de Charlie, à Zineb ou à Milla, ils ne pourraient s’en prendre qu’à eux même ; Pire, ils l’auraient un peu cherché, à force de s’obstiner à lutter inlassablement pour la liberté d’expression.
Alors qu’il est bien plus simple et plus rentable de faire du buzz facile en brossant dans le sens du poil un public jeune, influençable, et plutôt favorable à l’instauration d’un délit de blasphème.

Je te connais. Jérôme, Éric, Saïd ou Cyril, je ne suis plus tout à fait sûre de ton prénom, mais je me souviens bien de ton visage.
C’est celui de la lâcheté.

Nathalie Bianco

Nathalie Bianco, Militante laïque, membre de l’association #réseau1905, est Auteure de romans: Les Courants d’air . Les Printemps.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

10 Comments

  1. Vous n’ avez pas honte d’écrire ceci? Et tribune Juive de le publier ?
    Relisez vous! Bande de jaloux ! La réussite vous dérange dans ce pays, vous n’avez que du temps à perdre à détruire ceux qui s’en sorte. Madame Bianco, utilisez vos forces pour récolter des fonds pour les enfants malades ou les sans abris au lieu de perdre votre temps de la sorte…

  2. Je comprend pas ou vous voulez en venir ??? Votre problème est où de juger Cyril, vous êtes jalouse de sa réussite . Oui Cyril Hanouna est présent et je l’espère encore plus . Si toutes les personnes comme Cyril n’avait pas de frontière, et seulement un cœur , du savoir vivre et faire que du bien autour du lui . Il affectionne toutes les catégories sociales , donc vos critiques ne valent pas grand chose . Vous êtes pathétique à faire l’interessante ou qui plus ai faire le buzz via la célébrité de Cyril .

    • Pas de jalousie à l’égard de Cyril dont la communauté est fière ! Un peu d’amertume de le voir obéir aux consignes : indulgence envers les agresseurs et partager les torts avec les agressés! Il n’a pas voulu faire de vagues . Il s’est couché … on peut qualifier cela de prudence … ou alors de lâcheté!

      • Ça manque de couilles tout ça !
        Comme amuseur apolitique ,c’est un super clown et depuis pas mal de temps ,c’est vrai.?
        Mais depuis qu’il a invité yassine belatta (tordu parmi les tordus) et lui a carrément offert une tribune,
        il devenu un petit connard,de la communauté certes ,mais nous n’en manquons pas !
        il lui a ciré les pompes comme un “bouseux ”
        Il s’est comporté comme un cochon avec Mohamed Sifaoui,qui a eu la très mauvaise idée d’accepter son invitation ,lui manquant de respect !
        on aurait dit un posticheur sur les marchais Hihi
        Avec dans son équipe de grands penseurs , jimmy mohamed et akim zeribi 😂😂😂 ,
        Pour la défense de Mila il a juste été un gros nul ,laissant ces “penseurs ” ninette et rintintin ,justifier de façon “républicaine ” l’interdiction du blasphème ,
        Mais vous défendez qui là ???

      • « Cyril dont la communauté est fière », dites-vous.
        Laquelle déjà ? Parlez pour vous.
        Il disparaitrait des écrans, je ne me mettrais pas en deuil. Je parle pour moi.

        • Hanouna est « Tune », un fils de juifs tunisiens et les « Tunes » sont très contents qu’il ait réussi à rendre populaires les notions de «  rassra » et de «  dahlia », angoisse et rigolade . Il s’est éloigné de ses bases en donnant son avis pour atténuer la portée de ce qu’avait dit sa collègue . Il l’a fait sur ordre ou par lâcheté , c’est kif kif !

  3. Le problème principal n’est pas les opinions exprimées par Hanouna mais le fait même qu’il exprime des opinions.

    Le fait qu’il confond, sciemment sans doute, son nez rouge de clown avec un mégaphone de politicien en « meeting » ; qu’il harangue la foule au lieu de la faire rire.

    Il mélange les genres, pratique le conflit d’intérêt ; il détourne la tribune de saltimbanque dont il dispose pour, sournoisement, faire passer ses propres idées.

    Idées qu’il partage d’ailleurs avec d’autres et qui seraient peut-être légitimes en privé ; mais qu’il a le tort de prononcer en sa qualité d’amuseur public devant micros et caméras.

    C’est une forme d’escroquerie, rien de moins…
    MAIS hélas fréquente. On ne compte plus les « artistes », personnages du show-biz, qui exploitent leur renommée hors sujet pour nous faire la morale, dire le bien et le mal… Dans des domaines où ils ne possèdent aucune compétence particulière.

    On les a tous bien assez vus et entendus. Surtout lui.

  4. Hanouna avait 1.5 million de telespectateurs l annee dernieres . Dont 50% de banlieues et 50% de villes . Aujourdhui il as 800.000 donc il a perdu 50 % de téléspectateurs. Vu son discours , les 50% qui restent vivent en banlieues . Il est donc du cote de ces telespectateur . Il as un discours sympatisant islamiste .

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*