Raphaël Nisand. Le sionisme pour les nuls

Le sionisme est vilipendé, décrié, il amènerait tous les maux et toutes les injustices.

Qui d’entre nous n’a jamais été interpellé d’un « tu n’es quand même pas sioniste »? comme s’il s’agissait d’un crime.

Connaître cette histoire du sionisme qui est aussi la notre est un véritable enjeu.

Illustration Wikipédia

A l’heure où le sionisme est connoté dans de nombreux esprits comme étant une idéologie plus que contestable et au moment où le gouvernement israélien soupèse les conséquences d’une annexion d’une partie de la Cisjordanie il faut que chacun ait des informations de base sur la question.
Les Juifs ont été le premier peuple à vouloir établir une souveraineté nationale en Palestine .

La Palestine c’est le nom donné par les romains à ce bout d’Empire romain conquis par Rome mais où habitaient les hébreux.

Après la destruction du temple et jusqu’au XXème siècle la Palestine a fait partie de divers Empires et n’a connu que des colonisations, la plus longue étant celle de l’Empire ottoman.

Theodor Herzl, auteur du manifeste sioniste L’État des Juifs. (wikipédia)

Les Juifs sous le leadership du mouvement sioniste de Théodore HERZL ont obtenu en 1917 la fameuse déclaration Balfour.

Les Juifs de Palestine et le mouvement sioniste s’étaient engagés dans la première guerre mondiale aux côtés des puissances occidentales et les britanniques se sont en contrepartie engagés à promouvoir à la sortie de la guerre la création d’un foyer national Juif en Palestine.

Le Palais Wilson de Genève en 1928, premier siège de la SDN (Wikipédia)

Lorsque l’Empire ottoman allié de l’Allemagne a été dépecé par les traités du lendemain de la guerre l’organisation internationale créée, la Société des Nations (SDN) a confié un mandat à la Grande Bretagne pour gérer la Palestine.

La Palestine c’était l’actuelle Jordanie, la Cisjordanie ou Judée Samarie, l’actuel Israël et Gaza.

Les anglais ont immédiatement oublié leur promesse pourtant validée par la Société des Nations de créer un foyer national Juif en Palestine.

Ils ont en revanche établi sur la grande majorité du territoire de leur mandat un nouvel Etat arabe à l’est du Jourdain, la Jordanie confiée à une famille amie de la Grande Bretagne la famille des HACHEMITES sous la forme d’un royaume (en superficie presque 5 fois l’actuel Israël).

La Jordanie est peuplée pour moitié de palestiniens arabes et pour moitié de bédouins.

Les anglais n’ont pas bougé lorsque les Juifs de Judée Samarie ont fait l’objet de pogroms en 1929 contraints notamment de quitter Hébron où leur présence était millénaire aux côtés du tombeau des patriarches.

Les anglais ont en revanche promulgué des livres blancs interdisant aux Juifs européens d’immigrer en Palestine, les livrant ainsi aux persécutions nazies.

En décembre 1947 l’ONU qui a succédé à la SDN vote majoritairement pour la création de deux Etats sur le petit morceau qui restait de la Palestine du mandat, un Etat juif et un Etat arabe en plus de la Jordanie.

David Ben Gourion proclamant la création de l’Etat d’Israël dans le musée de Tel-Aviv. (GPO)

Les juifs via leur chef élu David BEN GOURION ont immédiatement accepté avec enthousiasme le vote onusien et BEN GOURION proclame la création de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948.

Les arabes via leur chef non élu Amine EL HUSSEINI , ami de Hitler, ont immédiatement refusé définitivement le vote onusien.

La partie arabe n’est jamais revenue sur ce refus . Elle a tenté à plusieurs reprises des guerres de suppression de l’Etat d’Israël dont la première dès le 14 mai 1948 avec l’envahissement simultané du nouvel Etat d’Israël par les armées libanaise, syrienne, jordanienne, et égyptienne c’est à dire tous les voisins d’Israël. Les arabes de Palestine menaient également la guerre de l’intérieur et les populations civiles arabes étaient incitées par les médias arabes à partir immédiatement pour éviter le massacre à venir.

Israël a pu gagner cette guerre d’indépendance au prix de très lourdes pertes humaines. Israël perdait aussi les lieux saints de Jérusalem et la Judée Samarie pris par l’armée jordanienne puis annexés par la Jordanie.
Il est à noter que de 1948 à 1967 personne ne s’est ému de cette annexion jordanienne faite par la force des armes.

En 1967 à l’issue de la guerre des six jours Israël reprend des territoires ou les conquiert au détriment de ses voisins. Certains de ces territoires conquis ont ensuite été restitués par Israël dans le cadre de paix négociées comme ce fut le cas par exemple pour le Sinaï et l’Egypte.

Dans d’autres territoires conquis la situation est plus complexe et il faut bien dire aussi que le temps peut créer l’histoire.

Lorsqu’on se promène dans les rues de Jérusalem notamment dans la vieille ville on peut constater que pour les arabes , la revendication nationaliste porte sur la totalité de la Palestine mandataire. Les mêmes qui n’avaient pas protesté contre l’annexion jordanienne érigent en dogme la disparition totale de l’Etat d’Israël.

C’est d’ailleurs la raison profonde du fait qu’aucun leader arabe n’ait jamais osé proclamer la création d’un Etat palestinien.

Il y a bien une souveraineté palestinienne de fait en Cisjordanie et à Gaza mais personne dans le monde arabe ne veut se contenter de ça.

Qu’est ce que le sionisme ?

Au-delà de l’attachement multi millénaire des juifs à la terre biblique et à Jérusalem avant que les autres religions n’existent, c’est la volonté modernisée par HERTZL d’avoir un foyer national juif. L’antisioniste dénie ce droit à l’existence d’un Etat juif. L’antisioniste ne respecte pas le droit international tel qu’il a été établi par le vote solennel de l’ONU créant un Etat juif.

Le combat contre l’antisémitisme a muté, qu’on le veuille ou non. L’antisionisme est l’antisémitisme opérationnel du moment. il est très « tendance » de se dire anti sioniste alors que l’antisémitisme véhicule une image négative.

Les juifs eux-mêmes dont à présent la majorité vit en Israël sont souvent invités par leurs interlocuteurs à se déclarer antisionistes. Alors ils redeviennent fréquentables et c’est ainsi qu’on voit fleurir nombre d’associations contre Israël.

Le bon juif est-il forcément une victime ? L’armée israélienne a-t-elle le droit de défendre Israël et ses habitants ?

Le fait est que les juifs qu’on tue aujourd’hui en France le sont au nom de l’antisionisme et qu’il y a donc une certaine urgence à se réapproprier notre histoire si on veut éviter de nouveaux drames.

Raphaël Nisand.
Chroniqueur sur Radio Judaïca.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. Ceux qui se prétendent légitimes, autorisés, compétents à nous donner des lecons de morale ou pire, nous condamner, sont majoritairement les ” fiers et dignes” descendants des Occidentaux Chrétiens, relayés par les éternels adeptes de la religion “d’amour, de paix, de tolerance”. Ils sont en fait les pires criminels de l histoire de l humanité. Nul besoin de faire la liste de leurs méfaits barbares. Ceux qui sont épris de vérité sauront voir clair dans ce faux débats.

  2. (1)-Tout à fait d’accord avec vous, Kakou.
    (2)-Le Juif qu’on tue aujourdh’ui en France, Monsieur Raphaël Nisand, c’est d’abord et avant tout au nom du Coran qui ordonne à tout croyant musulman de le faire s’il en rencontre sur son chemin, a fortiori s’il est sioniste.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*