Didier Raoult. Gardez confiance et arrêtez d’avoir peur

Dans une vidéo postée sur Youtube hier 8 avril, le professeur Didier Raoult tacle ceux qu’il appelle les “médecins de bureau” et défend l’usage de la chloroquine .

Alors que le débat sur l’usage de la chloroquine pour tenter d’endiguer l’épidémie n’en finit pas, prenant la France en otage, le professeur Raoult persiste et signe, pourfendant cette “médecine de bureau” et ces méthodes moyenâgeuses: “ll y a des gens qui sont devenus fous avec la méthode qui est de la recherche et qui est déconnectée du fait de savoir si les gens sont porteurs ou non. Quand les gens sont malades on doit les traiter avec les médicaments qu’on a et qui ne sont pas toxiques. L’hydroxychloroquine c’est un truc qu’on distribuait sans même une ordonnance il y a deux mois. Le problème c’est que ce sont des gens qui ne font pas de médecine qui parlent de médecine”.

Rappelons que c’est justement ce dérivé de l’antipaludéen qui divise la communauté scientifique, laquelle appelle à une vigilance extrême sur son utilisation, suivant l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et l’Agence régionale de santé (ARS) qui ont mis en garde contre les effets secondaires de la chloroquine, qui consisteraient notamment en la survenue de troubles cardiaques.

Ce n’est pas ça la médecine!

Didier Raoult

Didier Raoult s’insurge de plus en plus clairement contre ce point de vue: “La médecine, c’est pratiquer le soin au quotidien à des gens qui sont malades et on leur donne un traitement. On ne leur dit pas : ‘rentrez chez vous et si vous n’arrivez plus à respirer, venez à l’hôpital’, ce n’est pas ça la médecine (…) Ça fait 42 ans que je fais ce métier et je vois toujours des malades une fois par semaine, pour rester en contact avec la réalité et ne pas devenir un médecin de bureau”.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

5 Comments

  1. La médecine, pour moi, médecin et Correspondante d’une Académie d’Ethique, c’est d’abord et avant tout “ne pas nuire”; j’aimerais donc connaitre le nombre de morts que la chloroquine a faite depuis, disons, une dizaine d’années ! Sans chiffres sérieux, les discussions sont, il me semble, vaines et stériles . Vous parlez d’Emmanuel Hirsch qui attendait mon article sur les deux journées d’éthique à Reims en fin 2019: il l’a mis sur le site internet de l’espace éthique suivi de mon Nom. Docteur Chantal BRICHET-NIVOIT, médaillée du prix Robert DEBRE pour ma thèse d’épidémiologie, où j’ai vu 300 patients. Puis j’ai pu découvrir des éléments importants, appréciés par le Pr Bernard Golse de Necker, sur 4500 patients. A-t-on démontré sur un tel nombre d’éventuels dégâts qu’aurait pu causé la Chloroquine ?

    • Je suis médecin généraliste et tropicaliste, j’ai travaillé en France et en Afrique, j’ai prescrit et utilisé la chloroquine et l’hydroxychloroquine depuis 1975, soit 45 ans, et je n’ai eu aucun, mais absolument aucun problème !

      • SHALOM …. LA CHLOROQUINE NE PASSERA PAS …. PAR-CE-QUE LES LABORATOIRES INTERNATIONAUX … NE LE VEULENT PAS ET CA S’ARRÊTE A CA … VOUS NOUS BASSINAIS AVEC VOTRE RAOULT OK … SHALOM !

  2. SHALOM …. LA CHLOROQUINE NE PASSERA PAS …. PAR-CE-QUE LES LABORATOIRES INTERNATIONAUX … NE LE VEULENT PAS ET CA S’ARRÊTE A CA … VOUS NOUS BASSINAIS AVEC VOTRE RAOULT OK … SHALOM !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*