Michèle Chabelski. So long, chap, take care and be happy…

Bon  Samedi 
    Comme dans tout divorce, on est un peu triste..
    On formait une union, c’est à dire qu’on partageait des objectifs, des projets, des espoirs.
    On formait une union, c’est à dire qu’on s’épaulait, qu’on se soutenait, qu’on s’aidait .

   On formait une union, c’est  à dire qu’un courant d’amitié, d’intérêt, d’émotion offrait à nos coeurs liés un tempo commun.
    On formait une union, c’est à dire qu’on échangeait dans une sorte de fratrie parfois soudée, coalisée même , solidaire aussi, et parfois divisée, décomposée, hostile même, comme dans une confrérie mosaïque constituée de morceaux fragmentés qui finissaient par former une cohérence harmonieuse…
   

Bref ça s’appelle l’Union Européenne, et c’est une alliance que la nature étourdie avais omis  de fédérer, mais que des années de dur labeur avaient fini par apparier – pas encore fusionner certes, mais conglomérer dans un projet commun.
   

Et puis bim, lassitude, infidélité structurelle, nationalisme névrotique, indépendance égotique, t’as pris la clé des champs et on se retrouve  divorcés mélancoliques et un peu amers.
   

Cet enfant que nous avions fait ensemble , cette Europe élevée à coups de sacrifices et d’efforts collectifs, tu l’as quittée hier soir dans un bonheur triomphant qui nous laisse un peu pantelants et fort désappointés.
   

Tu as opté pour la liberté de choisir d’autres partenaires, d’autres horizons, d’autres visions.
   

Nous on n’y croyait pas vraiment à ton échappée, ok, Schengen t’en voulais pas, l’Euro, t’en voulais pas, le système métrique, t’en voulais pas, la conduite à droite, t’en voulais pas, mais ces caprices considérés comme mineurs ne nous empêchaient pas de t’aimer .
   

Ta singularité, tes talents artistiques si créatifs, la beauté de tes sites, la courtoisie et la civilité de tes habitants, l’humour si largement partagé qu’il en est presque devenu une composante génétique, nous attachaient à toi dans une amitié joyeuse abritée par des pubs ruisselant  de bière brune, ce stout débordant de chopes portées à bout de bras par des Anglais slalomant dans la foule bruyante d’un Friday night.
   Et un peuple qui héberge en son sein Shakespeare et les Beatles, Lord Byron et Agatha Christie,Terry Gilliam et Tom Hooper ne peut être totalement corrompu.
   Nous aussi nous avons nos artistes : Etienne Daho, Vincent Delerm et Guillaume Musso…
   Nan, je déconne…
    En tout cas merci pour Jane Birkin et Charlotte Rampling.  Divins cadeaux. 
   Et le golf   Et le rugby   Et le cricket…
      Et les Indes bêtement rendues…     Et la reine, presque centenaire qui rapetisse à chaque photo…      Et les taxis noirs dans lesquels on entre comme dans un palace roulant…


         Et les bus à impériale qu’on prend dans le mauvais sens en oubliant qu’ils roulent à gauche…
    Et Camden…
     Et les filles perchées sur des talons vertigineux qui vomissent dans les caniveaux le vendredi…
    Stop!!!
    Pas de médisance, on a dit.
    Tu t’en vas…     L’éloignement aide parfois     À mieux s’aimer, mieux se comprendre…
   Dit la chanson..
    En tout cas , ôter une pièce d’un puzzle reconstitué avec ardeur et patience le prive de son lustre et lui donne un côté inachevé un peu calamiteux.
    Dommage. On t’aimait bien…
       So long, chap, take care and be happy…
    Que cette journée signe un Happy Saturday, plein de rires joyeux et de bisous humides, collants,amicaux, amoureux…
    Je vous embrasse

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*