José Boublil. Filiations – Ce sont juste des gens bien

Depuis plusieurs semaines, des tas de gens se passent le mot : marre des modalités actuelles des conversions.

Tous les jours on s’interpelle sur le sujet, pourtant pas tellement compliqué. J’ai déjà écrit sur ce sujet, mais j’y reviens pour clarifier des ” choses “.

1) On ne peut pas vouloir une chose et son contraire. En effet, des tonnes de gens – à 99,99 % des cas directement intéressés par se convertir eux-mêmes, leur enfant, leur belle-fille etc…. Et c’est légitime, humain, et très triste.

Ces gens disent : à l’époque (?) la judéité se transmettait par le père. Il faut revenir à cette situation.

Alors, en dehors de l’autorité historique des rabbins, des sages, sans qui le judaïsme n’aurait sans doute jamais survécu (mais c’est un détail), disons qu’on change tout et qu’on passe à la transmission par le père.
Ceux qui ont une mère juive et un père non-juif vont demander de revenir à la transmission par la mère : en fait, on ne peut pas gagner des deux côtés, sauf à décider que l’un ou l’autre ça suffit. Et dans ce cas, on est en accord ni avant ni après le don de la Thora.

2) Certains – et ça ne peut que nous toucher – rappellent qu’il est scandaleux de ne pas convertir une filiation en remontant jusqu’à la troisième génération, puisque Hitler avait gazé ceux qui n’avaient que cette petite part de juif quand même.

Cet argument est terrifiant, pas moins. Une très grande violence.
Ainsi, par symétrie, ce serait Hitler qui devrait indirectement déterminer les règles du judaïsme ?

Pire : les gens qui ont pris des risques – certains sont morts – et qui n’étaient absolument pas juifs sont-ils d’une caste inférieure ? Faut-il rappeler le statut très élevé des non-juifs, dès lors qu’ils respectent un minimum de règles.

Aujourd’hui malheureusement ces cas existent aussi, sans atteindre les échelles terrifiantes de la Shoah. Des jeunes, essentiellement russes, non convertis (c’est leur choix) meurent au combat. Leur famille demande de les enterrer comme juif. Dans la Loi – et il en faut une quoi qu’on en dise; et cette loi ne peut pas être dictée par tous les cas particuliers que ça dérange – ce jeune ne peut pas être enterré avec les juifs; il sera très près du carré juif.

Lorsque ça arrive, je peux vous dire que je rêve de tout casser, de pleurer comme un enfant en demandant ” pourquoi “. Simplement parce que c’est notre enfant. Juif, pas juif, peu m’importe. Un ange n’a pas de religion…

Il serait temps enfin que cette affaire se calme. Car le vrai scandale à mon sens est encore un peu plus loin. Je l’ai esquissé juste avant : A force de réclamer ces conversions, souvent totalement sans intérêt d’engagement, d’adhésion, d’amour, juste pour ” faire plaisir à beau papa “, qu’est-ce qui en ressort ? Simplement que nous sommes au-dessus des non-juifs, et qu’il faut se battre pour revenir chez les surhommes.

Ou bien, qu’on veut que sa filiation soit dans le chemin de notre tradition… He! Si c’est ça, alors qu’on respecte cette tradition, qui n’accepte pas n’importe qui, qui a toujours (presque) été scrupuleux pour concentrer ses troupes autour de l’exigence vis à vis des textes.

Pour terminer, je fais partie de ces familles françaises dont une grande partie n’a pas pu, ou souhaité , supporter ces contraintes. Une bonne moitié des miens aujourd’hui n’est pas juive. Et alors ? Ce sont des hommes et des femmes formidables.

On s’aime vraiment ; et je me fiche éperdument de leur pratique religieuse. Ce sont ” juste ” des gens bien, et ça suffit largement au le bonheur de la planète.

José Boublil

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

  1. Bien sûr ” qu’on s’en fiche “de leur tradition religieuse MAIS qu’adviendrait-il du judaïsme , si tout le monde “s’en fichait “? Là est le problème des mariages mixtes et pas ailleurs.
    Le problème c’est la transmission de la tradition et de l’éthique enseignée par la Torah…depuis si longtemps !

  2. Bien sûr ” qu’on s’en fiche “de leur tradition religieuse MAIS qu’adviendrait-il du judaïsme , si tout le monde “s’en fichait “? Là est le problème des mariages mixtes et pas ailleurs.
    Le problème c’est la transmission de la tradition et de l’éthique enseignée par la Torah…depuis si longtemps !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*