Le cinéma à l’épreuve de la propagande. Anne-Sophie Chazeaud

Cette semaine, deux faits liés au monde du cinéma se sont croisés d’une manière symptomale et particulièrement intéressante.
Le génie du 7ème Art Officiel que le monde entier nous envie, Ladj Ly, a bénéficié d’une campagne de promotion digne d’un des grands moments de l’histoire de la propagande, présent sur tous les plateaux, vanté par tous les médias mainstream, déroulé bien sûr le tapis rouge cannois, caution morale et tutti quanti (tout en se plaignant que les médias seraient prétendument emplis de méchants racistes islamophobes et autres créatures phobosphériques).

Je n’ai pas d’opinion, ni négative ni positive, sur ce film qui a priori ne m’intéresse pas et je trouve très bien que ce garçon occupe son temps à faire des films plutôt qu’autre chose, c’est toujours ça de gagné, et qu’il montre avec sa caméra le point de vue que bon lui semble. Ma conception de la liberté d’expression n’est pas à géométrie variable au gré de mes goûts ou convictions personnelles.

C’est ballot, alors qu’il suffisait au Président de traverser la rue


Je m’amuse de ce que même Emmanuel Macron s’y soit collé, à la propagande (il faut dire qu’il maîtrise à merveille la technique), en se déclarant (sans rire) bouleversé et que ce film lui avait fait découvrir la détresse des banlieues : c’est ballot, alors qu’il suffisait de traverser la rue, dans la vraie vie et hop il aurais pu tout voir de ses yeux vu !

Quand le ci-dessus génie du 7ème Art donne un entretien au Blog du Cinéma


Non, là où ça se corse, c’est quand le ci-dessus génie du 7ème Art s’en vient développer sa pensée profonde (il faut le dire vite parce qu’on est quand même assez loin des Cahiers du Cinéma…) dans un entretien accordé au Blog du Cinéma dans lequel il traite Zineb El Rhazoui de “connasse”, lui suggère d’ “aller se faire enculer” et Zemmour de “fils de pute”.

C’est qui, les premiers terroristes, selon Ladj Ly?

C’est là qu’on mesure d’une part le niveau de profondeur culturelle du personnage qui prétend (c’est amusant) militer pour l’harmonie, mais surtout, la vérité qui anime tout ce patafoin médiatique et qui arrive dans la chute sublime de cet entretien à la manière d’un lapsus incoercible : “C’est EUX les PREMIERS terroristes”. Arrête un peu ton char, Ben-Hur, veux-tu bien ?
Comprenez : les terroristes, ce ne sont pas les petites frappes islamistes qui ont fait des centaines de morts et de blessés dans le pays, non, ce sont ceux qui désormais se lèvent, résistent, argumentent haut et fort et ont repris la parole dans un champ médiatique et culturel tétanisé de constater que la maîtrise de la propagande et de la moraline communautariste et multiculturaliste est en train de lui échapper inéluctablement.
Car, dans le même temps, le film de Polanski, contre lequel une armada d’activistes hystériques s’est levée, toujours en mode liberticide (ils ne savent faire que ça) au motif cette fois qu’une jeune fille née en l’an 800 avant Jésus-Christ aurait eu affaire à lui (ce qui reste condamnable le cas échéant mais n’a pour le coup pas grand rapport avec le travail cinématographique d’un vrai cinéaste d’immense talent), ce même film donc, qui parle de ceux qui l’ont vraiment subie, eux, la discrimination, à savoir les Juifs à travers la figure de Dreyfus, cartonne au box-office et se moque des propagandes comme d’une guigne.
Ces mêmes Juifs qui d’ailleurs aujourd’hui sont contraints de quitter certains quartiers de banlieues, tiens pourquoi déjà au fait ?

C’est toute la différence entre le cinéma et la manipulation, et c’est très rassurant de voir que les Français ne s’y trompent pas.

Droits d’auteur des photographies. Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Voici l’adresse e-mail: am@tribunejuive.info

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

3 Comments

  1. Cela prouve que le populisme, l’extrémisme et la démagogie la plus crasse se situent non pas chez la majorité du public mais dans le monde politique et dans une grande partie des médias mainstream.
    La France d’en bas c’est le monde politique. Au sens large du terme.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*