Pierre Saba. La haine obsessionnelle du Docteur Brauman

Invité de l’émission “28 minutes” du 21 mai 2022, sur le canal franco-allemand Arte, consultable sur le site numérique du canal, Rony Brauman en a profité pour déjecter  une nouvelle fois et sans que personne ne le lui demande sa haine d’Israël.

Interrogé par le modérateur sur le conflit russo-ukrainien, il a digressé comme il est de bon ton dans son déshonorant milieu … sur Israël !

Fidèle à sa haine, prenant les téléspectateurs et les autres débatteurs de l’émission pour des imbéciles, il a reconnu au “boycott antirusse” des qualités stratégiques tout en regrettant, comme d’habitude, que le même boycott ne soit pas appliqué à Israël !

Dans un premier temps, le modérateur lui a indiqué que l’ “on s’éloigne (ait) du sujet”, puis, dans un deuxième temps, devant son acharnement à charger Israël, que ses propos étaient loin d’être “consensuels”.

Hélas pour Brauman, la détestation pathologique et nerveuse d’Israël lui est consubstantielle. Elle lui joue de mauvais tours…

La communauté internationale n’applique pas de “boycott anti russe”.

Dans son conflit avec l’Ukraine, la Russie est soutenue par une partie des nations et une autre partie s’abstient de toute condamnation. 

Non seulement il n’existe pas de boycott antirusse, mais l’Europe peine à se dégager des coopérations énergétiques et commerciales avec la Russie !

Certains boycotts locaux antirusses sont tentés en Europe occidentale. Ils ciblent des artistes et des écrivains qui réprouvent la position russe ! Ils sont vains, sans effets sinon contradictoires avec la cause recherchée et vite abandonnés. Ils sont interdits dans la plupart des démocraties qui considèrent le boycott comme une arme hostile au droit public.

Brauman ment. Il n’existe pas de boycott international antirusse.

Il feint de confondre le boycott avec les sanctions internationales contre la Russie

Les sanctions internationales contre la Russie ne constituent pas un boycott.

Les mots ont un sens, les nuances aussi. 

Les sanctions contre la Russie tentent de réagir à la violation russe des règles de souveraineté et d’interdiction des crimes de guerre par toutes voies non militaires. S’il y a un boycott, c’est bien celui que s’imposent les défenseurs internationaux des droits des Etats et de leurs peuples !

Par son passé de propagandiste politique et de médecin humanitaire, Brauman sait que les sanctions internationales contre la Russie ne constituent pas un boycott, ne sont pas appliquées ni soutenues par l’intégralité des nations du Globe et qu’elles ont du mal à être réalisées, notamment en raison des idéologies autoritaires qui prévalent dans un monde que soutient Brauman.

Conformément à l’extrémisme politique, Brauman procède par confusion des faits et des personnes.

Brauman est un extrémiste.

Enferré dans sa haine d’Israël, Brauman inverse la comparaison ! 

L’Ukraine voit sa souveraineté, ses frontières violées et sa population ciblée par l’armée russe. C’est le cas d’Israël qui subit le même sort depuis plus de 70 ans sans que cela n’émeuve l’idéologue docteur Brauman.

L’Ukraine agressée semble tenir aux négociations avec la Russie. C’est le cas d’Israël qui se retire régulièrement et à son désavantage des territoires acquis sur les vaincus pour parvenir à la paix par les négociations la plupart du temps rejetées par ses ennemis. 

Or Brauman inverse la réalité. Il compare Israël à l’agresseur russe et les Palestiniens à l’agressé ukrainien ! 

Continuant son raisonnement pathologique et politique, il regrette en direct sur Arte que le boycott appliqué à la Russie ne soit pas appliqué à Israël…entendez, qu’Israël bénéficie d’un régime de faveur. (Pour les racistes, le Juif accablé est toujours privilégié)

La simple analyse de la rage éructive de Brauman et des faits appliqués au conflit israélo-arabe permet de conclure à l’inverse : c’est bien Israël l’agressé et les Palestiniens les agresseurs, et ce depuis 1948.

Brauman le sait. Aveuglé et amoindri par sa haine, il n’en n’a cure et ne compte que sur lui-même et ses amis dictateurs et exterminateurs.

Brauman extrémise, cosmétise, invente et déteste.

Nocivité de la harangue de  Brauman

En adaptant le raisonnement malsain et haineux de Brauman à la réalité, si un boycott devait être appliqué au conflit israélo-arabe, il devrait viser les amis dictateurs de Brauman, ceux qui violent depuis 1948 l’intégrité territoriale d’Israël, tuent des civils israéliens et des Juifs dans le monde, contestent le droit d’Israël à se défendre, à appliquer les lois de la guerre et à vivre sur son sol… dont il offre régulièrement des parts pour parvenir à des traités de paix !

La haine de Brauman ne compte pas ou compte peu dans les victoires civiles et militaires d’Israël. Mais son “raisonnement” attire les ennemis des libertés et attise la haine d’Israël et celle des Juifs. 

Le raisonnement inversé et pernicieux de Brauman est élaboré en plusieurs points :

1- abandon des principes généraux du Droit au nom du Droit, de la paix au nom de la paix, du droit à la paix au nom du droit à la paix !

2- adoption et justification des thèses d’agression d’Israël / Ukraine au profit des agresseurs d’Israël / de l’Ukraine. 

L’hypothèse du soutien à l’Ukraine par Brauman: il serait confronté à un labyrinthe de contradictions folles qui avaliseraient son soutien à un Etat agressé (Ukraine) et incrimination à un autre Etat agressé (Israël).

3- culpabilisation de l’agressé et exonération de l’agresseur.

Braumann peut être obnubilé par sa haine de la force de la liberté que représente Israël. Ses mensonges, ses inversions qui consistent à culpabiliser l’innocent (Israël) et à innocenter les coupables (entités arabes hostiles à Israël) conviennent parfaitement à la typologie de Brauman, celle de la haine de soi.

4- digressions médiatiques contre Israël quel que soit le sujet abordé (Arte le 21 mai 2022, etc.)

5- soutien aux dictatures bellicistes qui asservissent leurs peuples en invoquant leurs droits à la destruction des autres (Israël…) 

6- mépris et minoration de l’intelligence et de l’acuité des auditoires à discerner la propagande de l’information.

Vanité de Brauman

Mais la culpabilisation continuelle, haineuse et pathologique d’Israël ne permet pourtant pas à Brauman de se dissocier de sa naissance ! 

La presse du monde arabe liée à ses dictatures, celle des ultras de Droite comme de Gauche la lui ont toujours reprochée pour justifier ce qu’elle considère comme un “Juif au service d’Israël”!

Il n’est pas plus aimé par le lobby antisémite français qui, malgré ses séductions à l’égard des ennemis d’Israël, persiste à voir en lui un Juif et donc un être nocif (ce qu’il reproduit sur Israël !!)

Nécessités des réactions

Certes, Brauman est de plus en plus dépassé par sa retraite et son obsession anti-israélienne. 

Pour autant, deux considérations priment sur les autres. 

Il faut rappeler au docteur Brauman la premier principe contractuel et déontologique du médecin : “Primvs, non nocere / En premier lieu, ne pas nuire”. Cette obligation concerne également la propagation du mensonge qui nuit à la sérénité et peut constituer un danger sur la santé de ceux qui en sont la cible, soit par un métabolisme faible, soit par une maladie pérenne, soit par une sensibilité à la réception de la haine, soit enfin par une hypersensibilité. 

Par ailleurs, les mensonges de Brauman ne sont pas isolés. Ils s’agrègent, agrègent et encouragent les ennemis des libertés et les antisémites de tout bord. 

Il convient donc, ici comme ailleurs, de ne rien laisser passer.

Il revient aux nombreuses organisations représentant l’honorable Judaïsme laïc et confessionnel français d’une part et à l’ambassade d’Israël en France d’autre part de déposer des plaintes en diffamation contre Brauman. Compte tenu de la distorsion du raisonnement pernicieux de Brauman, de la démonstration aisée de sa nocivité et de la confusion organisée par laquelle il procède, le dossier ne devrait pas présenter de difficulté particulière, bien au contraire.

Brauman et les ennemis d’Israël si loquaces en France ont besoin de recevoir une bonne fois pour toute une leçon de démocratie et d’honnêteté morale et intellectuelle. Il serait désespérant que Brauman ne soit pas sanctionné par une décision judiciaire et qui consisterait de surcroît une jurisprudence utile à la dignité des personnes et à la réalité des faits.

Si nul ne peut se substituer à un esprit pervers, pétri de la haine de soi et de l’autre, il est impérieux de le circonscrire au domaine de la propagande et de la haine. Il faut l’exclure du domaine de l’information qu’il utilise à des fins de troubles à l’ordre public et de nuisances générales et particulières par la haine et le mensonge. 

Il s’agit d’une action salutaire au droit des personnes, à la liberté de l’information et à la marche vers la paix.

© Pierre Saba

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

4 Comments

  1. à Pierre Saba :
    Scandalisé moi-même par la haine démesurée que porte Ronny Brauman à l’égard d’Israël, je cherche depuis longtemps ce qui pousse celui-ci à se conduire de la sorte.
    Ayant connu de très près les parents du docteur Ronny Brauman, né à Jérusalem, je pense connaître un détail sur son curruculum qui pourrait, éventuellement, expliquer sa haine obsessionnelle d’Israël. Je précise cependant que le récit qui suit n’est qu’une hypothèse, bien fondée ou pas du tout.
    Sa mère, Ginette, née en France, supportant probablement mal les difficultés qui régnaient en Israël aux premières années de son existence, décida un jour, avec l’accord sans doute de son mari, Jean, de rentrer au bercail avec son bébé.
    Peu après, Jean la suivit, et la petite famille coula des jours heureux.
    Or, déclaré israélien à sa naissance, l’enfant, adulte, devait satisfaire aux règles de la conscription, ce qui a dû le contrarier au plus haut point.
    Au point, à vrai dire, où il finit par développer, peu à peu, l’immense haine qui le caractérise à l’égard d’Israël.
    En effet, être considéré comme déserteur n’est pas de tout repos !!! Surtout d’un pays entouré d’ennemis acharnés.

  2. Commentaires aussi intéressants que l’article de Pierre Saba
    Le problème c’est que si Brauman est un obsessionnel haineux, il rentre dans le moule de la delegitimation d’Israel, bien implanté dans les esprits, et prêt à toutes les acrobaties avec la rationalité.
    C’est pourquoi je ne pense pas qu’on puisse le traîner devant un tribunal.
    Il faudrait pouvoir qualifier de délit ses propos, et son anti sionisme est protégé par son origine juive et israélienne ( il n’a plus de juif que le nom) et on sait malheureusement que les juges français de toute façon sont plutôt enclins à innocenter les délirants anti sionistes.

    • @Kodem Tout comme Guy Sorman, le détestable R.Brauman fait partie de ces Juifs qui se haïssent eux-mêmes et adhèrent à une certaine idéologie récemment dénoncée dans plusieurs commentaires…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*