Ukraine : Israël pris entre le marteau américain et l’enclume de la Russie

– analyse

AFFAIRES DIPLOMATIQUES : Israël tente de faire la distinction entre les dénonciations des États-Unis et les répliques de la Russie sur la situation en Ukraine.

Par OMRI NAHMIAS Publié: 13 JANVIER 2022 23:00

Le président américain Joe Biden s'entretient virtuellement avec le président russe Vladimir Poutine, alors que le secrétaire d'État Antony Blinken écoute avec d'autres responsables, à la Maison Blanche, le mois dernier.  (crédit photo : La Maison Blanche/Handout via REUTERS)

Le président américain Joe Biden s’entretient virtuellement avec le président russe Vladimir Poutine, alors que le secrétaire d’État Antony Blinken écoute avec d’autres responsables, à la Maison Blanche, le mois dernier. (crédit photo : La Maison Blanche/Handout via REUTERS)

WASHINGTON – Au cours des dernières semaines, les États-Unis ont tiré la sonnette d’alarme, avertissant d’une éventuelle invasion russe de l’Ukraine .

Depuis la fin novembre, le secrétaire d’État Antony Blinken s’est entretenu avec au moins 14 ministres des Affaires étrangères, du Canada, du Brésil, des pays de l’UE, du Japon, de la Géorgie, du Kazakhstan et d’ailleurs. Une ligne qui s’est répétée au cours de plusieurs des lectures du Département d’État.

Les différents appels concernaient “la nécessité d’une réponse forte et unie contre une nouvelle agression russe contre l’Ukraine”.

Le fossé entre la position de la Russie et celle des États-Unis et de ses alliés est apparu plus marqué que jamais après quatre heures de pourparlers à Bruxelles, la deuxième tentative cette semaine pour désamorcer une crise provoquée par le rassemblement de troupes russes près de l’Ukraine. De hauts responsables de l’administration Biden ont déclaré mercredi que les États-Unis avaient largement réglé les options de sanctions contre la Russie si elle envahissait l’Ukraine, et seraient prêts à les imposer dès que des chars se mettraient à vrombir et commenceraient à rouler.

La semaine dernière, Blinken a appelé le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid pour discuter, entre autres, de la situation entre la Russie et l’Ukraine.

“Le secrétaire et le ministre des Affaires étrangères ont discuté d’une série de défis régionaux et mondiaux, y compris les risques d’une nouvelle agression russe contre l’Ukraine, ainsi que des défis posés par l’Iran”, a déclaré le département d’État dans un communiqué.

Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une réunion élargie du Conseil du ministère de la Défense à Moscou, Russie, le 21 décembre 2021. (Crédit : SPUTNIK/MIKHAIL TERESHCHENKO/POOL VIA REUTERS)Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d’une réunion élargie du Conseil du ministère de la Défense à Moscou, Russie, le 21 décembre 2021. (Crédit : SPUTNIK/MIKHAIL TERESHCHENKO/POOL VIA REUTERS)

Contrebalançant le fait que les États-Unis souhaitent voir leur proche allié adopter une position ferme envers la Russie, Israël a ses propres considérations. Il doit également maintenir sa relation unique avec la Russie, y compris la coordination en Syrie, explique Dan Arbell, chercheur en résidence au Centre d’études israéliennes de l’Université américaine. Arbell a précédemment été chef de mission adjoint à l’ambassade d’Israël à Washington et a été diplomate pendant plus de 20 ans.

« Israël ne peut ignorer l’implication croissante de la Russie au Moyen-Orient, sa présence en Syrie et son influence mondiale, dit-il. « En plus de cela, les pays entretiennent des relations commerciales dynamiques.« Pour ces raisons, il est essentiel qu’Israël maintienne des lignes de communication ouvertes avec Moscou, et qu’il évite une rupture avec le Kremlin – plus encore, compte tenu des différentes positions que les pays ont sur l’Iran, ses supplétifs régionaux, le JCPOA et le désir de Jérusalem d’avoir l’oreille du [président russe Vladimir] Poutine sur ces questions », a déclaré Arbell.

Il a noté, historiquement, que les États-Unis comprenaient le besoin d’Israël de maintenir une relation positive avec la Russie.

“Cependant, il est également clair pour l’administration que la relation américano-israélienne doit être la priorité absolue pour Jérusalem”, dit-il. 

« L’administration Biden voulait voir Israël adopter un ton plus critique envers la Russie, mais je ne crois pas que Blinken s’attende vraiment à ce qu’Israël le fasse.

« Les États-Unis aimeraient voir, peut-être, un soutien moral, peut-être une expression de préoccupation et de soutien pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine ; mais je ne vois pas Israël – ou les pays du Golfe – menacer la Russie de sanctions », poursuit-il. “Chacun des pays du Moyen-Orient entretient des relations complexes avec la Russie et ne voudra pas les mettre en péril, d’autant plus que la Russie n’a pas envahi l’Ukraine.”

“La clé de la liberté opérationnelle d’Israël dans le ciblage des actifs iraniens en Syrie a été sa capacité à résoudre les conflits avec la Russie, qui maintient des moyens de défense aérienne sophistiqués en Syrie et pourraient présenter des défis importants pour les avions israéliens”, explique Jonathan Schanzer, vice-président senior de la Fondation pour la Défense des Démocraties à Washington.

“Jusqu’à présent, Israël n’a pas eu de relation conflictuelle avec la Russie, ni d’alliance chaleureuse”, poursuit Schanzer. “Les liens ont été professionnels et soigneusement coordonnés pour assurer une liberté d’action continue. Israël voudra éviter tout développement qui pourrait restreindre cette liberté d’action. Washington le sait.

« Espérons que les deux alliés de longue date puissent parvenir à un modus vivendi qui permette à Israël de continuer à contrer les activités malveillantes de l’Iran dans la région, en particulier à un moment où l’Iran pourrait recevoir une manne financière (NDLR : à cause de la molesse des Etats-Unis sur le Nucléaire) », dit-il. “En cas de retour à l’accord nucléaire profondément défectueux de 2015, l’Iran bénéficiera d’un allègement massif des sanctions qui permettra une augmentation significative du soutien aux groupes terroristes soutenus par l’Iran et aux régimes alliés qui menacent Israël.”

Elliott Abrams, chercheur principal pour les études sur le Moyen-Orient au Council on Foreign Relations et ancien conseiller adjoint américain à la sécurité nationale, a déclaré qu’en Syrie, Israël travaillait efficacement avec les Russes.

“Il n’y a aucune raison qu’Israël ne puisse pas continuer indépendamment des événements en Ukraine”, dit-il.« Il est vrai que les frictions entre la Chine et les États-Unis, et maintenant la Russie et les États-Unis, peuvent créer des difficultés pour Israël », dit Abrams. « Mais les Israéliens devraient se rappeler qui est leur ami et allié, défenseur dans le système des Nations Unies et fournisseur de nombreuses armes clés – et ce n’est pas la Chine ou la Russie

Les États-Unis ne s’attendront pas à ce qu’Israël critique bruyamment la Russie, mais chaque pays devrait s’opposer clairement à une agression au-delà des frontières nationales. Il y a des principes en jeu ici qui, en fin de compte, profitent et protègent également Israël. »

Dennis Ross, éminent membre du Washington Institute for Near East Policy, dit qu’Israël est en fait pris entre les États-Unis et la Chine bien plus qu’entre les États-Unis et la Russie.

« La concurrence économique avec la Chine, en particulier dans la haute technologie, place Israël dans une position compliquée lorsque les Chinois cherchent à investir dans les technologies israéliennes », dit-il.

“Quant à la Russie, il y a une ironie : nous n’avons pas de problème avec ce que fait Israël en Syrie, même si les Russes ont eu un tel problème de temps en temps, et Israël doit en tenir compte”, dit-il. « Il ne se produira pas qu’Israël condamne publiquement les Russes au sujet de l’Ukraine, mais est-ce vraiment quelque chose de nécessaire du point de vue américain ? Pas vraiment.”

Cela dit, la sensibilisation de Blinken des États arabes au sujet de l’Ukraine est à la fois là pour indiquer que nous ne céderons pas à la coercition de Poutine, comme un moyen de montrer la fermeté américaine, et pour sonder les réactions de ces États à ce que font les Russes”, a déclaré Ross.

 “Dans le meilleur des cas – pas particulièrement probable – il pourrait sonder pour voir si des dirigeants sont prêts à se joindre à des déclarations très générales sur l’inviolabilité des frontières.

“Sur Israël, il y a une autre ironie”, analyse Ross. « Les États-Unis pourraient en fait manipuler la volonté d’Israël d’utiliser la force s’il apparaît que la diplomatie ne peut pas empêcher l’Iran de devenir un État doté d’armes nucléaires ou un État clé en main de le devenir.

« Plus il est clair qu’Israël n’acceptera pas de devoir vivre avec un tel résultat, plus cela devrait inciter les Russes et les Chinois à faire pression sur l’Iran, de peur qu’il n’y ait une guerre régionale plus large.

« Après tout, si Israël frappe l’Iran, il sera frappé par des missiles du Hezbollah depuis le Liban et des milices chiites d’Irak. Les Russes sont en Syrie et ne veulent pas être pris au milieu d’un tel conflit. Et la Chine, en tant que premier importateur mondial de pétrole, ne veut pas d’une perturbation majeure causée par la guerre au Moyen-Orient.

“Ainsi, une diplomatie américaine intelligente (ce par quoi ne brille pas particulièrement Biden) saurait que les menaces israéliennes peuvent en fait aider à produire un résultat diplomatique, surtout s’il est clair que nous nous sentirons obligés de soutenir les Israéliens”, a déclaré Ross.

jpost.com/

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*