Sarah Cattan. 60 000 israéliens se sont déjà portés volontaires auprès des chercheurs qui veulent identifier et prévoir les zones d’extension du virus

La population de l’Etat hébreu, habituée à être vite mobilisable à force de conflits et d’attentats, sait réagir à l’urgence.

Le monde entier travaille à vaincre le coronavirus. Israël, évidemment, fait partie des équipes qui se battent, et ce qui est surprenant est que cela semble déplaire à certains mauvais coucheurs.

Le but des recherches israéliennes était de déterminer la structure du SARS-Cov1. Or, l’une des protéines, composant majeur du SARS-Cov1 de 2003, se retrouvant dans le SARS-Cov2 de 2019, l’objectif israélien est d’inhiber cette protéine : Si vous inhibez le composant majeur d’un virus, vous inhibez tout le virus. Nous devons par ailleurs nous assurer que nous aurons plusieurs solutions car si pour le moment ce virus, contrairement à la grippe, ne mute pas, on ne sait pas comment les choses vont évoluer. Une fois que vous avez défié un virus, vous ne savez pas comment il réagit, a expliqué le Professeur Shy Arkin, professeur de biochimie structurelle à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Shy Arkin

Ce qui veut dire parer à l’immédiat : la solution thérapeutique valable demain ne le serapas forcément après-demain.

Notons que l’hôpital Sheba, premier centre hospitalier israélien à avoir accueilli des patients du Covid 19, est en contact avec l’équipe du Professeur Didier Raoult de Marseille : Arnon Afek, le directeur adjoint, reste prudent, et pour les chercheurs israéliens, la chloroquine est une piste parmi d’autres.

Comme dans d’autres pays, le ministère israélien de la Santé a accéléré le processus de tests de médicaments qui pourraient être efficaces.

Si Teva, société israélienne, mais encore Sanofi et Novartis, sont sur le pont, il faut savoir que 60 000 israéliens se sont portés volontaires auprès des chercheurs de l’Institut Weizmann et de l’Université hébraïque de Jérusalem qui ont développé une méthode pour identifier et prévoir les zones d’extension du virus en Israël à partir de ces données fournies anonymement.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*