Yves Mamou. Les cinq mensonges d’Olivier Véran

Olivier Véran

Olivier Véran, ministre de la santé et médecin, est l’archétype de cette classe politique LREM pour qui un mensonge n’est pas un mensonge s’il est justifié par un but politique. Olivier Veran n’a donc pas hésité à multiplier les contre-vérités pour justifier la politique de cette équipe gouvernementale mais aussi masquer ses erreurs et insuffisances. Olivier Véran oublie une chose : comme l’expliquait une voisine de l’usine Lubrizol à un ministre en visite après la catastrophe écologique : « Nous ne voulons pas être rassurés, nous voulons être informés ».  

1 – Fermer les frontières ne sert à rien. C’est faux

Des policiers allemands à la frontière avec la France, le 13 mars 2020.
THOMAS FREY / DPA / dpa Picture-Alliance

Le 11 mars, quand le député LR Éric Ciotti s’étonne par écrit que la France ne ferme pas sa frontière avec l’Italie,  principal centre de propagation du coronavirus en Europe, Olivier Véran, interrogé par Europe 1, balaye cette option : « un virus n’a pas de frontière, je l’ai déjà dit ». Pourtant, chacun sait déjà à cette époque que le coronavirus voyage avec les malades qu’il a infecté et seulement avec les malades qu’il a infecté. Si ces malades sont équipés d’un passeport, ils contaminent au-delà des frontières. Si les frontières sont fermées, les virus ne passent pas.

Olivier Véran est le parfait représentant de la France macronienne progressiste, celle pour qui le mot « frontière » est un gros mot. Il est l’excellent courtisan d’Emmanuel Macron qui a toujours refusé d’agir dans un cadre national. Lors de son allocution du 12 mars depuis l’Élysée, Emmanuel Macron appelé à éviter « le repli nationaliste ».Il faudra attendre la seconde allocution d’Emmanuel Macron, le 16 mars, pour que la France daigne fermer ses frontières sur décision « européenne ».

Olivier Véran à un autre défaut, il fait systématiquement usage du mot « science » pour valider ses contrevérités. La planète France découvre à cette occasion qu’il existe en France un « Conseil scientifique des frontières ». « Nous avons posé la question au Conseil scientifique des frontières … et la réponse des scientifiques, c’est : scientifiquement, ça n’a pas d’intérêt » dit Olivier Veran. Si l’on accepte l’idée que les décisions du gouvernement sont fondées « en science », il serait souhaitable que les études et délibérations entre scientifiques qui servent de base à la décision politique soient rendues publiques. Elles ne le sont jamais.

Jeanne Brugère-Picoux, membre de l’Académie nationale de médecine, expliquera dans Le Parisien que « fermer les frontières est une mesure barrière efficace lorsque la menace est encore lointaine. Aujourd’hui, il est trop tard puisque le virus se trouve de chaque côté de la frontière ».

2 – Les citoyens n’ont pas besoin de masques de protection. C’est faux

Le 4 mars 2020, Olivier Veran, ministre de la santé, a expliqué que les citoyens lambda, vous et moi, n’avions « pas besoin » de masques. Les masques « sont importants pour celles et ceux qui en ont besoin ». Le ministre ne veut pas dire que l’Etat qui aurait dû stocker des centaines de millions de masques pour protéger la population est en panne de masques. Il n’y en a pas assez pour tout le monde. « Coronavirus: pénurie de masques avant la vague épidémiqué » titre Le Figaro du 17 mars.

Les masques disponibles doivent être réservés aux : « professionnels de santé qui exercent en établissement, aux professionnels libéraux, aux personnes contaminées et aux personnes vulnérables. Le port d’un masque en dehors de ces indications est inutile ».

Dire « Vous n’avez pas besoin de masques » à une population angoissée qui se déplace de pharmacie en pharmacie pour acheter de quoi se protéger la bouche et les bronches est un mensonge d’Etat. Un mensonge appuyé sur de fausses références scientifiques, comme quoi le citoyen n’a pas de rôle à jouer dans la lutte contre une épidémie. En réalité, plusieurs travaux démontrent que la contagiosité des cas asymptomatiques a été largement sous-estimée. Plus d’une contamination sur deux serait le fait de personnes qui ne présentent pas de symptômes, mais qui peuvent transmettre le virus par un postillon ou un baiser. Un masque porté par le citoyen lambda peut ne servir à rien, mais il peut aussi réduire le champ de la contamination et éviter le confinement d’une population à qui l’on n’a rien à offrir.

Mais Olivier Véran qui n’a pas de masques en quantité suffisante ment et n’hésite pas à accuser de comportement inapproprié toutes les personnes en quête de masque. Dire la vérité susciterait-il la panique, la révolte, la violence ? Si l’on essayait une fois pour vérifier ?

3 – Les médecins de ville n’ont pas besoin de masques de protection

C’est faux. La vérité est que la France n’a pas assez de masques chirurgicaux FFP2 pour protéger l’ensemble des maillons de la chaîne du soin. Les masques FFP2 sont en quantité restreinte et le gouvernement a décidé de les réserver  au personnel hospitalier.

Plutôt que de reconnaître la pénurie, Olivier Véran ministre de la santé, affirme aux médecins de ville qu’ils n’en ont pas besoin.

« Les masques FFP2 (les plus protecteurs) ne sont pas indispensables pour les médecins de ville » a déclaré Olivier Véran, le 10 mars 2020. Pour comprendre la pénurie de masques, il faut juste savoir qu’ils sont fabriqués en Chine. Dans sa séance du 4 mars, un sénateur explique que “le plus gros fournisseur de masques, de France a indiqué que 70 % de sa production était basée en Chine, et qu’il ne pouvait plus rien recevoir depuis deux mois“.  Plutôt que d’expliquer cela aux Français, Olivier Véran préfère expliquer « scientifiquement » que les médecins de ville n’en ont pas besoin.

Sur le site Egora, le Dr Jérôme Marty président de l’UFML-S s’énerve. “Cela fait 15 jours qu’ils disent que les masques chirurgicaux FFP1 ne servent à rien et maintenant on apprend que c’est ceux qui équiperont les généralistes”, s’emporte-t-il.

« Nous sommes choqués de l’absence de mise à disposition de soignants libéraux des masques FFP2, seule protection efficace. Envoyer les médecins généralistes en première ligne avec de simples masques chirurgicaux, c’est prendre le risque de les laisser se contaminer en nombre et de les voir rapidement à l’isolement en quarantaine”, s’est indigné l’URPS Auvergne Rhône Alpes dans un communiqué.

4 – Il n’y a pas de pénurie de masque

C’est faux. “Il n’y a pas une pénurie de masques” chirurgicaux, a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran, le 10 mars sur franceinfo. “Aujourd’hui, nous avons un stock d’État de masques où il reste encore plusieurs dizaines de millions de masques, et fort heureusement d’ailleurs”, a-t-il précisé.
Si l’État dispose de « plusieurs dizaines de millions de masques », comment expliquer alors que tous les professionnels de santé aient le sentiment d’être envoyés à la bataille sans fusil ? Sur le blog du Quotidien du médecin, le Dr Gérard Maudrux s’insurge contre la déplorable gestion du gouvernement. “Le b.a.- ba de la protection, c’est les masques. Il n’y en a pas.” 
Sur son site, le Sénat reconnaît “le difficile suivi des stocks” et souligne “la dispersion actuelle du stock national santé sur 72 sites” sans aucune gestion informatisée des stocks. Sur Facebook, Emilienne Savry, en colère s’indigne de devoir “pleurer chez le pharmacien pour avoir 1 boîte de masques chirurgicaux pour un cabinet de 5 médecins !!!! On se fout de notre gueule !!! Je suis en colère !” 12 mars, 21:49 ·

Nicole Belloubet, ministre de la justice, dévoile peut être le pot aux roses : elle entend allouer 100 000 masques aux prisonniers. Il est vrai qu’une épidémie généralisée en prison ou une révolte généralisée des prisons n’ajouterait rien d’agréable à la situation.

 5 – Les hôpitaux français ne sont pas saturés

Du personnel médical transporte un patient atteint du coronavirus vers un hélicoptère à l’hôpital Emile Muller de Mulhouse, ce 17 mars.

On approche du mensonge. On aura compris que les mensonges d’Olivier Veran n’ont qu’une seule fonction : empêcher l’hôpital de s’effondrer sous le poids des urgences liées au coronavirus. A partir du 10 mars, le ministre de la santé s’est promené sur les plateaux de radio et de télévision pour diffuser un petit schéma expliquant que toute sa politique vise à réduire la pression sur l’hôpital pour qu’il ne s’effondre pas sous un tsunami de personnes en état de détresse respiratoire.

A-t-il réussi ? Il est en tous cas trop tôt pour dire qu’il a échoué. Mais le point de rupture n’est pas loin

« On attend le tsunami : face au coronavirus, les hôpitaux au bord de la rupture » titre L’Express le 17 mars. Le HuffPost parle d’une « situation très inquiétante » qui laisse craindre une « saturation des hôpitaux ». Le Courrier Picard titre que « dans l’Oise, les hôpitaux sont au bord de la saturation ».

Le Monde affirme que « dans les hôpitaux du Grand-Est, « la situation est très difficile » et les hôpitaux sont « au bord de la saturation ». Mais à Mulhouse, « l’hôpital est débordé » affirment Les Echos.

A l’issue de cette crise, le statut du mensonge en politique méritera d’être révisé. Mais ce qui est grave dans cette affaire est que des médecins sans conscience aient contribué à l’élaboration d’un mensonge d’Etat, foulant aux pieds l’un des ciments du contrat social en démocratie, la confiance. Si la confiance disparait, tuée par les médecins-politiciens eux-mêmes, c’est le fascisme qui s’instaure, la société du tous contre tous.

Yves Mamou

Yves Mamou est journaliste et essayiste. Il est l’auteur de Le grand abandon: Les élites françaises et l’islamisme (L’Artilleur, 2018).

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

11 Comments

  1. J’adhere totalement à cette analyse de Mamou
    Véran comme Macron et Philippe sont de très gros menteurs et tous les trois avec le reste du gouvernement sont responsables de l’explosion de cette épidémie qui était certaine et des morts et chaos.
    Macron doit dégager de son poste car c’est un enfant en politique et une marionette des financiers qui l’ont choisi et imposé au détriment de politiques chevronnés décapites par la presse et les médias à leur service
    Ils devront rendre des comptes à la nation.

  2. j’ai l’impression que l’on a affaire à une bande d’amateurs, indécis quant aux décisions à prendre, tantôt fanfarons et persifleurs pour critiquer ceux qui ferment les frontières et tantôt méprisants pour les pauvres inconscients que nous sommes qui n’avons rien compris à la gravité de la soi-disant grippette !

  3. Toutes les actions de macron et de sa clique d arrivistes nous conduit au fascisme , il a ete elu grace a une magouille qui a escamoté la democratie ,l affaire Buzyn nous replace au milieu de ce cynique mensonge qu est la macronie et seule l imperitie de la dynastie le prn nous protege encore de la prise de pouvoir par l extreme droite

  4. Chaque jours, des gens meurent en France, suite à l’absence de gestion de la crise, suite à l’absence d’anticipation, suite aux gros mensonges du premier ministre Edouard Philippe, de la ministre de la santé Agnès Buzyn (qui a reconnu ses erreurs), du ministre de la santé Olivier Véran, suite aux nombreuses erreurs du président Emmanuel Macron.
    Ces quatre personnes devront répondre de leur incurie, de leurs actes, de leurs erreurs, de leurs manquements devant la cour de justice de la République (hélas composée de politiques), mais aussi devant la justice pénale, car leurs actes sont plus criminels que politiques, et tiennent de l’amateurisme. Un enfant de 12 ans a parfaitement compris que le maintien du premier tour des municipales le 15 mars contribuait à répandre le virus, avec tous ces regroupements humains dans les 36 000 communes de France. En Ardèche, il n’y avait pas de désinfectant pour les mains des électeurs, alors même que les politiques, dont la députée de l’Ardèche Michèle Victory, étaient “déclarés” contaminés et hospitalisés plusieurs jours avant le scrutin !
    Ces quatre politiques nous annonçaient un stock d’un milliard de masques au début de l’épidémie, puis 175 000 000 une semaine plus tard. Où sont les masques qui étaient en stock ? Vendus au marché noir à des pays déjà touchés par la pandémie ? Les stocks de la République ont-ils été volés ? Bradés ? ou volatilisés ?

    Francis GRUZELLE
    Journaliste
    Carte de Presse 55411

  5. Que ce gouvernement soit totalement incompétent,nous le savion depuis longtemps mais qu il se rende coupable de crime contre les citoyens,on,aurait jamais pu l imaginer! Devant
    Ces mensonges permanents, cette incapacité d adaptation et de réaction le peuple français a toute legimite pour demander les têtes de Macron de veran et autres consorts qui continuent leur discours lénifiant et discordant et qui continuent à être grassement payés, alors que les Français connaissent des périodes noires
    Ils devront rendre des comptes et j ose espérer que les Français seront assez lucides pour ne pas pardonner et exiger des mises en examen pour ces apparatchiks coupables

    • vous savez à quoi me fait penser ce gouvernement ? Vichy et débacle francaise face aux nazis. ca parit exagéré ? pas tant que ca

      -le confinement est en fait la dernière mesure qd on a pas pris les devants (frontières, depistages, masques en masse) ou pas completé avec autre chose = débacle 1940
      – les mensonges répétés et refus de fournir ce que les francais (soignants) reclamaient constitue un crime contre sa propre population (car le gvt sait que ce virus est mortel et que les soignants non masqués ont attrapé, puis transmis le virus) => regime de vichy
      – refus de prendre en compte le traitement du DR Raoult => population abandonnée => collaboration

      il faut remonter à ces heures sombres pour voir une gouvernement avoir autant de mépris pour sa propre population et une police aussi violente envers le citoyen lambda

  6. Cela fait plaisir de lire ce que l’on sait depuis plus de deux ans maintenant. Un homme jeune qui se fait élire après deux petites années en politique ne peut avoir ni l’expérience nécessaire ni le soutien des centaines de personnes compétentes qui sont nécessaires (ministres, députés, conseillers…) à la bonne marche d’un pays. Nous avons bien un amateur à la tête du gouvernement. Le pire c’est que l’amateur en gouvernance est un professionnel en mensonge. Plutôt que d’admettre ses insuffisances il tente de les masquer. Le pire du pire, c’est que loin de nous faire oublier le “monde politique d’avant” comme il se vantait de le faire, il risque de nous amener un vrai monde politique “nouveau” à tendance fortement et même extrêmement droitière qui serait tout aussi incapable de nous gouverner.

  7. Je suis auxiliaire de vie sociale à domicile et je suis donc à même d’avoir des contacts avec e personnel soignant extérieures ( libérales ) et le personnel soignant des centre hospitaliers. Et je peux vous informer que de sources sur oui il y a des manques de matériels et de personnel dans les centre hospitaliers mais ce n’est pas en rapport avec un nombre de malade due au covid 19 mais bien en rapport avec la suppression au fur et à mesure des années de centres hospitaliers, surpression de services dans les CHU ou CH ce qui obligatoirement appauvri le secteur médical par un manque de lits et un manque de personnel. Et le nombre de malades quelque soit la pathologie ou épidémie n’est pas si catastrophique si nous calculons par rapport au nombre d’habitants de notre pays, notre cher président de la république peut bien essayer de faire démontrer la peur aux citoyens, il ferait mieux de faire en sorte que le milieu médical soit à même de travailler dans de meilleurs conditions et de pouvoir accueillir leurs patients sans ce soucier s’ils vont pouvoir avoir les chambres et lits nécessaires à leurs bienêtre.

1 Trackback / Pingback

  1. Des milliards pour les clandestins, mais pas de masques pour nos soignants ! – Le Blog de Thérèse

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*