René Seror. Retraites et 49-3

Antiparlementarisme, 49-3.
La Démocratie vacille.
Le 49-3! Il permet soit:
-De verrouiller un débat, lorsque la majorité est fragile ou minoritaire,
Soit:
-D’accélérer un débat qui traîne ou qui s’enlise.

Cette semaine, le gouvernement décidera s’il utilise ou non  l’article 49 Alinéa 3, afin de faire adopter à l’Assemblée Nationale la réforme des retraites.
Une partie de l’opposition, les communistes et la France Insoumise, c’est-à- dire moins de 5% des députés, 16 communistes et 17 insoumis, Sur 577 multiplient les manœuvres pour bloquer la réforme.

41.000 amendements



Et chaque jour de nouveaux amendements.
Interruptions de séances, artifices de procédures.
Tout pour empêcher les débats de fond.
Les socialistes et les Républicains sont aussi hostiles au projet du gouvernement, mais ils ne sabotent pas la discussion par des manœuvres.
Le problème, c’est QUE LE DROIT D’AMENDEMENT est un DROIT ABSOLU.
Mais L’ABUS DE DROIT ça existe.
Communistes et insoumis l’assument à la perfection.
Ils pourrissent les débats afin de pousser le gouvernement dans ses retranchements.
Ils veulent l’obliger à dégainer l’arme absolue: le 49-3.
Aussitôt, ils crieront au coup de force, à l’arbitraire, à l’autoritarisme, à l’arrogance d’un pouvoir qui refuse de débattre.

Théâtre politique?
Plutôt un Cirque dans l’hémicycle.



Quelle image les députés français donnent-ils aux yeux du monde?
Tout cela relève d’une stratégie mise en place pour nourrir le POPULISME.
Ce même populisme qu’ils décrient à tour de bras.
Leur but, bien entendu, est de ridiculiser le travail des élus, pour finalement en arriver à contester la légitimité des élus du peuple.
Et ces POPULISTES qui bloquent le travail législatif vont soutenir les manifestants, en les présentant comme la seule, vraie voix du peuple.
Avec de tels procédés, on déstabilise un pan de la démocratie.
Les erreurs du gouvernement sont:
De n’avoir pas fait preuve de pédagogie.
Après une véritable explication, il suffisait de soumettre le peuple à un référendum et l’utilité de la loi de réformes aurait tracé sa route.
Mais quand on charge Sibeth NDIAYE d’expliquer à contrario le référendum et qu’elle dit “…que ce serait trop difficile car il faudrait organiser 75 référendums!”
Qui peut la prendre au sérieux?
Du coup, le citoyen qui aurait adopté la loi sans rechigner se met à gratter.
Le citoyen lambda a compris que 49/3 ou pas, la réforme sera adoptée.
Mais toutes ces magouilles valent que le français, devenu enquêteur, réalise en relisant les textes qu’il n’y a pas d’article pour le rassurer sur sa retraite.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. La phrase « il suffisait de soumettre le peuple à un référendum » est une erreur de forme et une FAUTE de fond.

    Sur la forme cela aurait dû être : « il suffisait de soumettre un référendum au peuple »…Car le peuple en démocratie n’est soumis ni à un referendum ni à rien…

    Sur le fond le referendum est une faute de politiciens débutants ; à ne pas commettre (Cf. De Gaulle en 1969, le Brexit, Maastricht etc…).

    En Suisse, LE pays du referendum, la procédure (au niveau national) est si lourde et si encadrée par la démocratie représentative (parlement et gouvernement), avec des pétitions intermédiaires nécessitant une participation populaire massive, qu’entre la première version de la question à poser au peuple et le résultat définitif (adoption ou rejet) il se passe souvent plusieurs années…

    En France les Français ne répondent pas à la question posée mais giflent celui qui la pose ; le referendum devenant de ce fait un défouloir des mécontentements, sous des prétextes souvent opposées.

    Bref, c’est bon pour paralyser le pouvoir en place en le vidant de sa substance ; et c’est pourquoi certains politicards (suivez mon regard), déçus de leurs résultats électoraux, le souhaitent.
    Soit ils tentent d’organiser un troisième tour dans la rue, soit une obstruction parlementaire, soit un referendum…

    Sibeth NDIAYE a d’ailleurs raison : il faudrait (au moins…) 75 referendums… Vu qu’un referendum ne peut que poser une SEULE question, simple, avec pour réponse OUI ou NON. Et vu la complexité du sujet des retraites aucune question de ce genre ne peut être formulée…

    Si je suis d’accord avec René Seror sur l’obstruction parlementaire en cours, je me place en désaccord total avec son idée de referendum. DANGER !

    Et puis, remarque technique : l’article 49-3 autorise l’opposition à présenter une motion de censure (demandant la dissolution du gouvernement) à chaque utilisation.
    Cela ne servirait à rien vu que le gouvernement dispose d’une majorité stable MAIS ne vous laissez pas dire que le 49-3 est un passage en force. Il nécessite quand même un vote parlementaire.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*