Chantal Bosse- Vidal. Charles Enderlin a commis un nouveau bouquin

Charles Enderlin

Charles Enderlin a commis un nouveau bouquin : Les Juifs de France entre République et sionisme. La Fondation Jean Jaurès l’a invité pour qu’il en parle. Mais Charles Enderlin ne sait parler que de lui… Il n’est pas un personnage très intéressant. Ce qui est intéressant, en revanche, ou plutôt, ce qui interroge, c’est l’audience qu’il a.

Notamment chez les relativistes de gauche, de plus en plus nombreux, dont nombre de Juifs de gauche qui, apparemment présents dans la salle, ne vont pas sembler offensés par ses propos les visant directement : “le judaïsme de gauche en France est plutôt raplapla” et “le franco-judaïsme soutient inconditionnellement la politique d’Israël“. Les membres et adeptes juifs de la Fondation Jean Jaurès doivent se croire épargnés par ces critiques..

Enderlin est un journaliste. Il nous le rappelle. Il n’est pas un historien. Les historiens analysent l’histoire, les journalistes la racontent, dit-il. Donc ils énoncent ou évoquent des faits et citent leurs sources. Enderlin jamais. Il lance une idée et ne va pas jusqu’au bout, laissant l’auditeur sur sa faim, il digresse à tout bout de champ. Il est allusif, pas démonstratif. Il balance des mots magiques : “propagande israélienne“, etc… des noms ou des débuts d’évènements, sous-entendant : “tout le monde sait que, je ne vous ferai pas l’offense de vous rappeler que….” Et la meute ramasse. Lorsque vous lancez à une foule antisémite les mots : CRIF, Finkelkraut, elle reconnaît, elle mord à l’hameçon… Et ces mots suffisent. Surtout pas d’explication. C’est à peu près ce que fait Enderlin. Bien sûr qu’il nous livre sa propre analyse, dans sa non-analyse, qui est en fait sa propre vision des choses, de l’histoire, il n’hésite pas à broder, à mentir, il ne prouve jamais rien puisque ses assertions s’arrêtent avant la fin, il dit avoir des sources qu’il ne cite jamais, mais il assume, ça n’est pas son souci, puisque c’est lui qui le dit et qu’il a un auditoire pour le croire… Cela ressemble étrangement à un discours propagandiste.

Au sujet d’Al-Dura, le sujet tabou, quelqu’un dans le public aurait dû lui demander : Mr Enderlin, puisque vous étiez témoin, Mohamed Al-Dura est-il mort et a-t-il été réellement tué par des balles israéliennes ? Personne ne l’a fait car sa meute est dans la salle, donc “il est évident que…” et sa tirade sur Al-Dura consiste à énumérer ce dont lui et France 2 ont été “victimes” à cause de cet évènement. La victimisation fait partie de son discours : je suis “victime” donc j’ai raison.

Enderlin nous raconte qu’il est allé fouiller pour trouver ce qu’il a mis dans son bouquin, et c’était formidable, grâce au net, il était en relation directe avec la Bibliothèque Nationale à Paris depuis Jérusalem. Mais il ne cite aucune source. Le maximum que l’on obtiendra c’est : “de source israélienne“, un “directeur”, un “général”, des “militaires”… Comment peut-on aujourd’hui ne pas s’offusquer d’un ouvrage non sourcé ?

On lui demande donc de présenter son bouquin, il raconte sa vie.

Il énumère les livres qu’il a écrits, les sujets auquel il s’est intéressé et les évènements dont il a été témoin.

Est-ce le contenu du livre ? En tout cas l’auditoire sera frustré (ou pas, car on se rend vite compte qu’ils sont tous venus non pas pour apprendre mais pour avoir confirmation que..) car il ne finit ni ne prouve aucune de ses affirmations :

– il s’est intéressé aux négos entre sionistes et arabes, notamment Chaïm Weizmann et Fayçal d’Arabie, et “il y avait aussi des juifs là-dedans

– aux négos après l’assassinat de Rabin, “les dernières rencontres secrètes du processus d’Oslo en janvier 2001 se sont déroulées dans mon bureau à France 2 (et y avait l’AFP, CNN...”)” Ah oui ? On est en plein roman policier dont le héros serait Charles Enderlin ! Peut-on imaginer que la finalisation de telles négociations aient lieu dans le bureau d’un journaliste dans les locaux d’une TV d’état ?

– il a écrit un bouquin “Les années perdues” dont le film “Les années de sang” a été tiré. Qui pose la question : qui est responsable de la 2ème Intifada ? “selon la communication israélienne, la propagande israélienne (SIC), Arafat aurait refusé les propositions très généreuses d’Ehoud Barak à Camp David en juillet 2000. C’est faux : des généraux israéliens en poste m’ont expliqué que c’était tout à fait autre autre chose, et les patrons du Shin Beit le confirmaient aussi.” Ils confirmaient quoi ? on ne saura pas…

– il a écrit une Histoire du Proche Orient, de 1936 à 1948. Dans lequel “il a mis l’Irgoun, la Hagana...” (sic)…

– puis un livre qu’il trouve très important : “Le grand aveuglement“, entièrement “de source israélienne“. Ce  livre explique comment Israël a favorisé le développement de l’islam radical à Gaza, puis en Cisjordanie. “Pour la petite histoire, en 1970, un général israélien en poste a offert les T.Shirts et les ballons de foot du club de foot de Cisjordanie au Cheikh Yassine, à l’époque le patron des Frères Musulmans à Gaza. Ce général, c’était Sharon.” Quel argument ! On n’en saura pas plus… Mais même du développement de l’islam radical, les Israéliens sont responsables ! le monde à l’envers !

– un livre et un film sur le développement du messianisme juif. Il a “passé du temps avec des rabbins” et a fait un film qui a été piraté mais qui est toujours sur Youtube : “Au nom du Temple”.

– et puis il voulait faire un livre sur les Juifs de France, voulait savoir ce que c’était que “ce problème de l’antisionisme, de l’antisémitisme“. Il  dit avoir commencé par la fin : la période contemporaine.

Mais flash-back tout de même :

– qui était à Londres, à Alger pendant la WW2 ? On a dit que beaucoup étaient d’extrême-droite…

– puis : les Juifs d’Etat. Il commence par Crémieux, premier avocat juif. Comme Juifs d’Etat, il y a eu Crémieux, Naquet qui a rétabli la loi sur le divorce, et Badinter. On apprend donc qu’il y a eu de “grands juifs républicains“. Il n’y en aurait plus ?

– Il dit avoir trouvé des “histoires fabuleuses” sur l’affaire Dreyfus “qui n’est pas exactement telle que la mythologie nous la raconte”. On se saura pas non plus pourquoi, si ce n’est qu’il y avait beaucoup de Juifs dans l’armée, et de duels pour des affaires d’antisémitisme.

– Il nous dit également que l’idée de Herzl de créer un état pour les Juifs n’est pas une conséquence de l’affaire Dreyfus, comme on nous le raconte. Herzl était d’abord persuadé que Dreyfus était coupable, c’est après, en discutant avec des intellectuels parisiens et notamment Alphonse Daudet, antisémite, et surtout son fils, et également à cause de l’antisémitisme qui sévissait en Autriche, qu’il a eu l’idée du sionisme politique.

Sur Dreyfus et sur Herzl, Enderlin flirte avec le complotisme négationniste.

– puis Bordeaux 1940 : tirade sur Pétain qui “protège les Eclaireurs Israëlites de France considérés comme parfaitement acceptables par le Commissariat aux Affaires Juives. Ils vont entrer dans l’UJIF et collaborer à fond, créer des fermes dans le Sud de la France et quand les Allemands envahiront le sud de la France, ils seront prêts pour organiser le sauvetage des enfants juifs. (…) URIAGE : centre du fascisme français, fréquenté par des gens de gauche. Il y a un maquis juif dans les maquis issus d’URIAGE.”

Où veut-il en venir ? que veut-il démontrer ? les paradoxes de l’époque ou que les juifs sont partout où on ne les attend pas, y compris dans la collaboration.. ?

– 1967 : c’est le “basculement du franco-judaïsme au franco-sionisme”. “Jusqu’à la guerre des 6 jours, le franco-judaïsme n’était pas sioniste.

– combien de juifs en France ? il a demandé à un “directeur du CRIF” combien de juifs ont encore un lien ténu avec des organisations juives, des synagogues, ont donné de l’argent, etc : 130 000. “Donc quand on dit 30 % des juifs ont peur, 30 % des 130 000 ?

Quel “directeur” du CRIF ? Assisterait-on à la renaissance d’un Commissariat aux affaires juives ?

Il va donc minimiser l’antisémitisme en commençant par minimiser le nombre de juifs, par douter de qui est juif ? L’antisémitisme revient en France ? oui, une dizaine de juifs ont été tués parce que juifs, c’est horrible, mais  quand on parle d’antisémitisme en France, de quoi parle-t-on ? Des enfants juifs qui quittent l’enseignement public ? beaucoup moins que ce que l’on veut nous faire croire. C’était autre chose dans les années 30 et dans la Pologne d’après-guerre. Pour résumer : de quoi se plaignent les juifs de France ?

– “Basculement du sionisme dur ” : après la guerre des 6 jours. Là encore pas de démonstration.

Il cite André Neher qui “au début disait que si Israël n’était pas juste, Israël devrait être détruit” et a évolué vers : “tout ce que fait Israël est juste” dit au cours du colloque des intellectuels juifs de langue française en 68, que Levinas boycotte face à ce messianisme. A la fin de ce colloque, Neher dira qu’il y a des choses qu’un juif ne doit pas dire contre Israël. Wladimir Rabi s’insurge contre les propos de Neher et finira de ce fait complètement ostracisé. Ce basculement vers un sionisme dur est donc illustré uniquement par cet exemple.

Place aux questions de la salle :

Question de l'”excellent” animateur : à voir l’attitude du CRIF (sans précision) n’assiste-t-on pas à un échec du sionisme libéral, celui de Jabotinski ?

Réponse :

– en juillet 2018, “une loi a décrété qu’Israël est l’état-nation du peuple juif.” Rappel de la définition de l’état selon Ben Gourion : “Nous n’avons besoin du soutien d’aucune communauté” et “celui qui veut vivre pleinement sa judaïté vient ici et devient israélien“. Cette loi implique, d’après Enderlin, que tout juif est potentiellement Israélien et dépend donc de l’état d’Israël (juif de la diaspora ? c’est ce que l’on comprend). “Cette loi a deux problèmes : le rapport avec les communautés juives et elle est discriminatoire envers les non-juifs : les arabes israéliens, les druzes, les circassiens n’ont pas les mêmes droits communautaires que les israéliens juifs“. Faux : chaque communauté applique ses droits coutumiers, sous contrôle de l’état, notamment en matière de mariage : tout mariage est à la fois religieux et civil et reconnu à l’étranger, en France notamment. Statut de la langue : hébreu langue officielle. Cette loi dispose que les “localités”, les “implantations” juives doivent avoir la préférence, par rapport aux autres. Cite Jabotinski et son idée d’état unique sous gouvernance britannique avec un président juif et un premier ministre arabe. Netanyahou s’inscrirait donc en faux non seulement vis à vis de Ben Gourion mais également de Jabotinski.

Evoque le futur plan Trump qui ne laissera aucun droit aux palestiniens : cf ce que dit l’actuel ministre de l’éducation, “un sioniste religieux bon teint“.

– Le franco-sionisme est le soutien inconditionnel  à la politique d’Israël, surtout depuis 10 ans. Silence des organisations juives, notamment sur les lois contre les ONG de gauche (Shalom Archav, Breaking the silence, B’tselem qui défend le droit des palestiniens). Evoque les liens entre le gouvernement israélien et l’antisémitisme hongrois et l’antisémitisme polonais. Orban, copain de Netanyahou, s’oppose notamment au marquage des produits venant des “colonies”: “J’oublie ton antisémitisme et tu oublies mon occupation et tu me soutiens au sein de l’Europe”.

– S’insurge contre l’extension du religieux en Israël.

– Question intéressante (ce sera à peu près la seule) : “vous dites que le franco-judaisme a commencé après la guerre des 6 jours, à l’époque à la tête du CRIF était Theo Klein et le CRIF n’est pas la 2ème ambassade d’Israël.. par ailleurs en intro de votre livre vous dites l’avoir écrit “avec l’aide d’intellectuels dont vous ne citerez pas le nom pour qu’ils n’aient pas d’ennui“, je me suis demandé si C. Enderlin devenait parano.” Réponse : “on m’a reproché de filmer les palestiniens” et il arrive à l’affaire Al-Dura : il a ses sources à l’armée, 30 militaires. Une allemande a fait un reportage à charge en interrogeant 2 des militaires concluant que les balles venaient certainement du côté palestinien. Services juridiques de France 2 à Israël : on est prêts à une enquête, selon standards internationaux. Enderlin : “les services secrets israéliens ne seraient pas capables de trouver des témoins attestant qu’il y a eu une mise en scène palestinienne ? le penser est une attitude totalement anti-israélienne !” Campagne dirigée contre lui et France 2 pour délégitimer son travail, et notamment le livre et le film qu’il a fait sur cette affaire, menaces, protection policière, etc.. Mais aujourd’hui : conférence à l’IRIS où 500 personnes sont venues l’écouter en se bouchant le nez à cause des boules puantes jetés par la Ligue de Défense Juive.

500 personnes ? Il avait loué le Zenith ? car si vous connaissez les locaux de l’IRIS…. Légère mégalomanie.

– danger de la destruction d’Israël : c’est un fantasme. La vraie menace contre Israël est interne. Un jour quelqu’un qui n’aura pas aimé la politique de Trump laissera les palestiniens reprendre leurs territoires et prendre le pouvoir.

– Question : n’y a-t-il pas aujourd’hui parmi certains juifs de France une certaine négation du peuple palestinien ?

Enderlin “a essayé il y a 2 ans de mettre sur pied en France le New Israël Fund existant aux US, en Allemagne, pour financer toutes les ONG de gauche, ça n’a pas marché. En France on n’a pas le courage non plus de signer contre les produits venant des “colonies”.

– Question sur la sociologie des Juifs de France : Enderlin a utilisé celle faite par la Fondation Jean Jaurès validée par Michel Wieworka. Mais il n’en donne pas les résultats.

– Tacle l’importation du conflit en France : “mobiliser les Français en faveur de 2 soldats non français enlevés, alors que pour le franco-palestinien emprisonné, silence-radio en France.”

– Question sur politique Israélienne. Enderlin développe longuement, campagne électorale, etc. Visite de Macron, etc. Deal avec Trump, etc.

Enderlin déplore l’importation du conflit en France et le soutien inconditionnel des juifs français au gouvernement mais ne parle que de ça. On peut conclure sans difficulté que son objectif est de convaincre les juifs français de ses propres idées sur la politique israélienne et non pas de les autoriser à s’en désintéresser, comme ils auraient droit de le faire.

– Nous garantit que la majorité des Israéliens croient que la France est antisémite et rit de personnes qui ont fait leur alya à cause de l’antisémitisme en France.

– Question : si la solution à 2 états n’est pas crédible, quelle solution ? Réponse : sa position (que l’on ne comprend pas totalement…) serait de cesser le financement de la Palestine par la France et communauté internationale (cela fait partie du plan Trump, soit dit en passant), c’est à Israël de payer la police palestinienne, le territoire étant à 60% sous contrôle israélien, “il faut arrêter cette farce d’Autorité Palestinienne et la financer c’est justifier l’occupation.” C’est donc à Israël de payer.

– Question : quelles sont les ressources économiques des palestiniens ? réponse : “s’ils sont autonomes ils sont parfaitement capables de faire de la high tech, etc..” Mais comment seraient-ils autonomes puisque “la solution à 2 états n’est pas possible “et puisqu’il faut arrêter cette “farce d’Autorité Palestinienne “? Difficile de comprendre ce qu’Enderlin préconise. Si ce n’est que c’est à Israël d’assumer financièrement l'”occupation”.

– Question sur Rivlin : éloges, “c’est un vieux démocrate“. C’était un vieux droitier..

– Dernière question sur la “manipulation de l’antisionisme qui équivaudrait à antisémitisme” : Réponse : “en effet, dès que quelqu’un a le malheur de dire quelque chose contre Israël il est taxé d’antisémitisme. La Procureure de la Cour Pénale Internationale de la Haye a décidé de diligenter une enquête sur les crimes de guerre commis par Israël à l’encontre des Conventions de la Haye et des Conventions de Genève dans les territoires palestiniens (aussi par le Hamas, dit-il ?? ) : “ça ne rate pas : antisémite, pétition”. Quand 120 juifs ont signé une pétition contre la résolution sur l’antisionisme, Meyer Habib les a traités de Kapos…”

Parmi les concepts lancés en l’air pour être ramassés par la meute, on reconnaîtra, outre “propagande israélienne“, “territoires occupés” et “colonies” : “produits étiquetés venant des colonies“, le franco-palestinien emprisonné, la Procureure de la Cour Pénale de la Haye, la résolution “Maillard” sur l’antisionisme. Toujours valables : le CRIF et Finkelkraut. Qui marchent très bien chez les pires antisionistes-antisémites. Pourquoi cette focalisation sur le CRIF qui est à l’origine uniquement une organisation de résistance et qui réunit un grand nombre d’organisations juives de tous bords ?

Pas un mot du terrorisme du Hamas et du Djiad Islamique, de l’idéologie du Fatah, en Israël et en France de la montée de l’islamisme, première cause d’antisémitisme, des territoires perdus de la République infiltrés par les Frères Musulmans, de la progression de l’antisémitisme sous prétexte d’antisionisme, pas seulement musulman, pour qui Juif = Israël, pour cette équation que l’on trouve de manière préoccupante à l’extrême-gauche, voire tout simplement à gauche et chez les écologistes politiques. Lors d’autres interviews présentant son livre, il évoque le phénomène de l’islamisme et la montée des Frères Musulmans, comme un épiphénomène. Enderlin reproche aux juifs français de soutenir la politique israélienne, mais lui-même ne parle que de ça. Et son pseudo-soutien aux palestiniens sans analyse et sans proposition parle à cette gauche qui bascule si facilement de l’antisionisme à l’antisémitisme. Enderlin ne connaît pas la France. Comment peut-il connaître les Juifs français ?

Charles Enderlin ignore-t-il que l’on peut être attaché à l’existence d’Israël sans être d’accord, voire en étant indifférent à la politique de son gouvernement ? Ne comprend-il pas que pour un juif français qui voit chaque jour une croix gammée, un acte antisémite, Israël, malgré ses éventuel “défauts”, sera toujours le pays refuge ? N’a-t-il pas remarqué qu’être antisioniste dans la France d’aujourd’hui c’est remettre en cause l’existence d’Israël et non pas seulement critiquer son gouvernement ? et que remettre en cause l’existence d’un état, c’est souhaiter sa disparition et donc la disparition de ses habitants ? a-t-il seulement déjà observé les manifestations des mouvements pro-palestiniens ?

Pas un mot non plus du BDS (son “étiquetage des produits venant des colonies” est en accord avec leur démarche..), pas un mot de Corbyn, de Mélenchon et de certains democrats américains, de ce qu’est devenu l’ONU…

Pour qui roule Charles Enderlin ? ne cherchez pas il roule pour lui-même..

De quoi veut-il convaincre les juifs français ? d’être de gauche, en France, où la gauche est clientéliste et soutient des antisémites ? en Israël, où la gauche est aussi moribonde qu’en France ? de s’occuper de la politique d’Israël ou de ne pas s’en occuper ? rien de tout ça. Son discours minimise l’antisémitisme en France, nie qu’il passe par la détestation d’Israël, et définit de nouveaux critères de judaïté : cotiser, faire des dons, fréquenter régulièrement des organisations juives ou des synagogues. Conclusion : ils sont si peu en fin de compte, ces juifs français, ils ne vont pas nous embêter avec leurs histoires d’antisémitisme et d’antisionisme. Un moyen de se débarrasser du problème de l’antisémitisme. Qui équivaut en quelque sorte à : ils sont partout, ils tiennent les media et la finance, on ne parle que d’eux et de la Shoah. Deux chemins apparemment opposés menant tous deux au négationnisme.

Il roule pour lui-même mais son bouquin et son discours tombent à pique dans un contexte où il est de meilleur ton de critiquer Trump et le populisme que l’islamisme et l’antisémitisme.

Et le vrai danger de ce personnage peu intéressant, c’est qu’il est la caution juive, israélienne même, de l’antisionisme de gauche en France.

A lire :

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

10 Comments

  1. Ces deux affirmations d’Enderlin sont parfaitement exactes : “Le judaïsme de gauche en France est plutôt raplapla” et “le franco-judaïsme soutient inconditionnellement la politique d’Israël“.
    Elles ne sont même pas critiques. Simplement factuelles. Et pourquoi pas.

    L’utilisation par cet article des mots « meute…foule antisémite » concerne qui ? Les gens venus à la Fondation Jean Jaurès écouter Enderlin ? A ce tarif tout le monde est antisémite. Seule la Ligue de Défense Juive ne l’est pas. Et encore…
    Le meilleur moyen de fabriquer un antisémite est de traiter comme tel un simple honnête citoyen… Cet article et ses semblables y vont tout droit.

    Enderlin est vague lors de la conférence ? Il digresse ? Il ne précise pas ses sources? Il raconte sa vie ? Il fourgue des détails anecdotiques ? Il radote?
    Normal. C’est fait pour vendre son bouquin, non pour en faire l’économie… Il se doit de laisser aux lecteurs l’espoir d’être mieux informés après lecture…C’est de bonne guerre, ça s’appelle faire du commercial. Faut bien vendre pour compléter sa retraite…

    Avant d’avoir lu (en diagonal, n’exagérons rien, c’est bien trop long) cet article je n’avais aucune intention de lire Enderlin.
    Après tout, il appartient au passé et cette conférence ne fut qu’une promotion pour son livre dont les thèses et leurs contraires ont déjà été rabâchés mille fois.

    Mais maintenant je le lirai peut-être. Merci Chantal.

  2. Vous aurez encore une grande majorité d enderlin dans votre pays ,adule et entretenu par nos chers Juifs de GOCHE ,fidèles suiveurs de Staline et associés .
    Heureusement ,chez moi en Israël ,on tient encore bon malgré votre entêtement a nous salir !

    • On vous a déjà dit que Medinat Israel avait été fondés, en partie, par des “Juifs de GOCHE”?
      La date de la création de l’Etat d’Israel c’est pas la victoire de Begin, hein?

    • On vous a déjà dit que Medinat Israel avait été fondé, en partie, par des “Juifs de GOCHE”?
      La date de la création de l’Etat d’Israel c’est pas la victoire de Begin, hein?

  3. “Charles Enderlin (celui qui bloque sur twitter plus vite que son ombre) a commis un nouveau bouquin”, dont le multirécidiviste Alain Soral s’inspire sur son site. On a les admirateurs qu’on mérite. Alain Soral quand même…..

  4. Les juifs de gauche sont une rareté en France sauf les » zélites »pour être bien vu par les partis politiques dont la truie Ben Bassa représentative de la pourriture islamo ecolo gaucho socialo avec 4 nationalités et 4 partis et les soit disantes célébrités artistes troubadours, écrivaillons, chanteurs du tiers monde, sportifs Islamiques et noirs ..
    Quelques noms :juifs le dcd non jean Daniel dit Ben Said , Morin dit Nahmias, Balibar, et sa fille comédienne kalfon et Guedj représentatif des socialistes de hollande,, Kimberlain etZylberstein , Lindon…..”…Bruel et Roumanoff tous bobos ne représentant rien mais connus du public
    Il y a les juifs de cour qui ne sont pas ce gauche mais soumis au pouvoir typer Khalifat et Taieb du Crif, Mergui du consistoire , Le GR Korsia, , le FSJU, Radio Shalom et maintenant avec Dov Zerah Radio J qui était notre voix sioniste avec notre ami Rosanovitch et les frères Hadjenberg et l’innénrable association UPJF….
    Le mal vient de ces gens là dont les journaux type le monde immonde ou libération enchaine leur permettent de s’exprimer dans des tribunes anti israéliennes ou dans des pétitions du même acabit mais refusent tout droit de réponse aux français sionistes
    D’où l’impression que les français juifs sont d’accord avec les politiques depuis de Gaulle en passant par Mitterand, Chirac, Sarkozy , Hollande et le gros Macron au double langage nul et infantil en politique avec le plagiat de Chirac à Jérusalem
    95% des français juifs sont sionistes etvisceralement attachés à Israël
    Quant à Enderlin c’est un étron d’oran qui est un faussaire avec l’affaire Al Durah une comédie montée de toutes pièces par cet enfoiré haineux et qui appartient au passé en étant l’idiotie utile des islamistes et gauchistes .Que fait il en Israël et pourquoi Israël tolère sa présence et ne le déçoit pas de sa nationalité israélienne?wDegage d’israel et va à Gaza

  5. Pour Charles Enderlin Israël est le pire des pays, les Israéliens le pire des peuples. Il pourrait vivre en France où ailleurs. Mais où a-t-il choisi de vivre et de faire vivre ses enfants ? En Israël.
    Alors soit il est maso, soit il considère qu’Israël est l’endroit le plus agréable et le plus sur. Mais il ne veut pas partager car il n’aime pas la promiscuité.
    Je le comprends.

    • Il veut toujours vivre en Israël mais pour garder sa place et son salaire à France 2 , il a fayoté en affirmant qu’il était un témoin direct de l’affaire Al Dura alors qu’il répétait le mensonge de son cameraman . Ensuite , il a parlé d’agonie puis il a précisé «  agony » In english ( période avant la mort )
      Un menteur qui en rajoute pour le plus grand bonheur de ses employeurs . Pitoyable !

  6. Je n’ai jamais compris pourquoi Anderlin vit en Israël et qui plus est dans la capitale indivisible d’Israel à Yeroushalaim
    Il devrait aller vivre à Gaza ou bien Ramallah ….

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*