Alain Finkielkraut. C’est parce que je suis de gauche que je ne suis plus de gauche

C’est parce que je suis de gauche que je ne suis plus de gauche. (..) La laïcité, la République, la Nation, c’était les grands thèmes de la gauche. La gauche a abandonné la laïcité en basculant dans le multiculturalisme, voire on l’a vu dans une manifestation récente, dans l’islamo-gauchisme.

La Nation est pour elle un véritable repoussoir. Elle a oublié aussi la sécurité, tout à coup l’insécurité devient un thème de droite, alors que ce sont les classes populaires qui sont les plus exposées à l’insécurité. Voilà pourquoi il est difficile pour quelqu’un qui a été de gauche de rester de gauche sauf à se renier lui-même”(..) Je me demande si la gauche n’est pas en train de mourir de bêtise
Finkielkraut,  07/01/20 L’heure des Pros. Pascal Praud. CNEWS

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

7 Comments

  1. C’est une évidence : le PS, la France Insoumise, EELV, Télérama, L’Obs, Libération etc représentent l’antithèse absolue des valeurs de gauche. La vraie gauche c’est Céline Pina, Zineb El Rhazaoui, Michel Onfray, et une poignée d’autres. Presque tout ce que les médias nomment “gauche” en France, aux USA, en GB, est soit la droite, soit dans certains cas une extrême droite pro-indigéniste qui avance à visage masqué. A titre personnel j’en ai tiré la conclusion en pratiquant l’abstentionnisme, l’abstinence électorale, afin de ne plus trahir mes convictions de gauche.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*