Oranges coraniques, par David Duquesne

Je suis très pessimiste sur notre avenir avec l’islam politique même s’il y a un frémissement, quelques petites batailles gagnées ici et là.

Nous ne pouvons pas compter sur les politiques, ils nous ont mis dans cette situation, ils ne nous en sortiront pas car ce serait reconnaître qu’ils ont une responsabilité et qu’ils doivent réparer.

Pourquoi des pyromanes deviendraient des pompiers?

Les politiques ne réagissent qu’au rapport de force et à l’intérêt électoral.

Nous ne pesons pas car pour la majorité des Français, si l’islam pose un problème important, ils ne sont pas sensibilisés sur la dangerosité de ce qui les menacent puisque tout à été compartimenté pour présenter les problèmes en pièces détachées comme s’ils n’avaient aucun rapport les uns avec les autres.

Je ne vois pas d’émission de vulgarisation pour leur expliquer à une heure de grande écoute ce qu’est le Tamkine par exemple ni sur les fondements de la charia et pourquoi elle est incompatible avec nos valeurs les plus élémentaires.

Nous avons 6 chantiers, 6 terrains de lutte idéologique.

L‘enjeu de la femme musulmane

nous l’avons perdu, nous avons abandonné et ça n’est pas par exemple l’arbre Fatiha Boudjahlat qui peut cacher la forêt de femmes voilées obscurantistes et bigotes qui sont une véritable pouponnière de futurs islamistes.

Il y a 30 ans, lors de l’émission politique l’heure de vérité consacrée à Harlem Désir, se posait déjà le problème de l’intégration et de l’hyper délinquance de jeunes issus de l’immigration, celui ci, optimiste, arguait que tout se passerait bien car l’école républicaine éduquerait les femmes en ce sens et que les éducatrices qu’elles représentent favoriseraient l’intégration.

Aujourd’hui l’intégration est interdite de citer car ce serait insulter les nouveaux arrivants dont il faut respecter le mode de vie et les valeurs.

C’est un échec qu’on a transformé par exemple en laïcité inclusive pour magnifier un plantage total, à moins que cela soit voulu.

L’enjeu des quartiers, des banlieues, des fameux territoires perdus de la république.

On est confronté à une évacuation de la loi républicaine et une démission de l’État pour des raisons clientélistes, par peur d’embrasement des banlieues, pour avoir une paix sociale.

On se contente d’arroser ces banlieues de financements sociaux et de tolérer une économie parallèle florissante pour ne pas avoir de violences car nous ne sommes pas en mesure de contenir ces éventuelles violences.

Dans ces territoires il y a 3 strates d’autorité.

La première c’est le communautarisme tribal des jeunes qui structure les rapports sociaux. Ils font la Police de l’apartheid sexuel en harcelant les “mauvaises filles” de la sphère publique, ce qui a comme résultat de servir l’idéologie islamiste. Ils ont comme modèles “les grands Frères” qui se pavanent avec des voitures de luxe.

Ce sont des caïdats urbains qui tiennent le commerce et sont responsables de l’autorité suprême par une violence inouïe et par le prestige de leur réussite.

C’est eux qui décident de qui peut entrer ou non dans le quartier, qui est toléré, qui peut vivre du commerce.

La majorité des personnes de ces deux strates violentes autoritaires sont issues de l’immigration Nord africaine et subsaharienne, sans être de grands pratiquants de l’islam, ils ont des normes culturelles islamiques envers lesquelles ils se positionnent, c’est leur centre de gravité comportementale.

Vous avez enfin les religieux qui ont le contrôle du comportement des femmes et de plus en plus des jeunes enfants puisque nos élus leur ont offert ces quartiers en espérant faire baisser la délinquance. Ce sont des prescripteurs de comportements.

Les salafistes sont en charge de créer une contre société et mettent les quartiers en état de tension sociale (prières de rues, exigences de Halal, refus de travailler avec des femmes, volonté d’imposer le voile dans les lieux régit par la loi de 1905, dénonciation de nos traditions et us et coutumes heurtants leur foi…).

Résultat, ils ont l’islamisme et la délinquance. Les religieux profitent du non droit et des échecs des jeunes et des caïds qu’ils peuvent récupérer pour un rachat djihadiste.

Si on interdit ces religieux dans les quartiers, les deux autres strates violentes et autoritaires se montreront solidaires et lanceront une insurrection pour défendre les religieux.

6 valeurs structurent les territoires perdus de la république :

Suprémacisme musulman revendiqué qui s’accompagne de la haine de la France banalisée, comme une évidence, cela relève d’un poncif, une croyance sociale sans débat.

infériorisation de la femme avec une classification très simple et manichéenne : Il y a la sœur pieuse voilée et respectable et la fornicatrice en puissance résultat de l’impérialisme culturel et idéologique occidental.

haine des juifs culturelle, passée dans le langage commun, comme pour la haine de la France, ça ne se discute pas, les juifs sont responsables des malheurs qu’ils subissent car c’est un peuple maudît qui a encouru la colère de Dieu et le conflit israélo-palestinien sublime cette haine.

homophobie assumée et vue comme une abomination qui serait le fruit d’un Occident décadent et en réponse il y a une sublimation gestuelle presque vulgaire de la virilité très phallique des jeunes des cités qui emprunte à la culture rap et finit par se trouver spirituellement dans un Islam phallocrate.

les enjeux politiques et les questions autour de l’islam politique sont vus au travers de théories de complot qui sont de l’ordre de la paranoïa collective, la riche imagination arabe pour expliquer ce qui est inconcevable pour entretenir le déni sur l’islam politique et djihadiste a rencontré le complotisme 2.0 qui l’a renforcé et fait des ravages parmi les jeunes.

Obscurantisme forcené, créationnisme, désaveu des sciences au profit de vidéos d’apologie du coran et de ses miracles, là aussi le net a renforcé cet obscurantisme et le mental superstitieux qu’on pouvait rencontrer chez des personnes crédules au faible niveau d’éducation.

Médias.

Nous sommes face à une distorsion des représentations associée à un niveau lamentable des journalistes qui traitent de ce sujet.

Deux visions cohabitent avec bonheur, l’islamogauchisme et la promotion d’un vivrensemblisme forcené qui est une illustration d’une volonté de communautarisme à l’anglo-saxonne au sein même de la caste journalistique qui domine les médias.

L’islamisme, le salafisme sont devenus honorables en comparaison des attentats. Aucune critique de fond sur les valeurs de ces mouvements religieux, ni sur les Frères Musulmans.

Au contraire l’islam est représenté systématiquement à heure de grande écoute par des islamistes, des indigénistes ou des bigots analphabètes qui se ridiculisent dans les médias et donnent une image catastrophique de l’islam pour quiconque le connaît de loin.

Le dernier chouchou islamique est Yacine Belatar, un humoriste chargé d’assurer l’intérim suite à la mise à l’écart forcé de Tariq Ramadan en attendant que Ennasri prenne la place qui l’attend encore chaude.

Université

Les Islamistes ont deux chantiers prioritaires, le contrôle des femmes qui permet de contrôler l’avenir et le local en instaurant de fait l’apartheid dans l’espace public, et les universités qu’il faut noyauter afin de faire avancer les thèses Islamistes mais elles doivent aussi former les futurs cadres de l’islam politique, des personnes maîtrisants bien leurs communications, aux arguments difficiles à démonter et à la communication efficace afin de fédérer les masses musulmanes populaires derrière elles ainsi que des politiques et intellectuels séduits par la théorie sartrienne des damnés de la terre.

On peut ainsi constater que l’université d’Aix en Provence forme des doctorants islamistes et indigénistes aux thèses plus que douteuses, que François Burgat islamologue converti à l’islam vient de valider la thèse du successeur de Tariq Ramadan, Nabil Ennasri qui s’est permis de soutenir un travail faisant les louanges de Youssef Al Qaradaoui grand ponte de l’islamisme internationale préconisant les actions terroristes, la mise à mort des apostats, des homosexuels, soutenant régulièrement des propos antisémites et fait la promotion du féminisme bâché!

L’université de Lyon a failli organiser un colloque avec des Islamistes et un fiché S pour dénoncer l’islamophobie!

Une autre s’apprêtait à inviter Houria Bouteldja la passionaria du racisme décomplexé au nom de la lutte intersectionnelle!

Le monde universitaire est aussi responsable par certains de ses idéologues de la teneur des programmes scolaires, ainsi on nous a survendu un islam tolérant et pacifique sous Al Andalus afin de  formater les élèves de notre pays à une vision non conforme au réel de l’histoire de l’islam.

De plus le mythe de l’Espagne musulmane tolérante n’est qu’un mythe mensonger, Serafin Fanjul vient de sortir un pavé sur la véritable histoire d’Al Andalus qui était une sévère apartheid traversée par des pogroms et massacres réguliers n’ayant rien à envier aux guerres entre catholiques et protestants dans la chrétienté médiévale.

Les desseins idéologiques de ces universitaires qui mettent au point les programmes scolaires les amènent à présenter l’histoire de France comme une succession de pages sombres et de crimes contre l’humanité associés à une église inquisitrice.

Tout enfant confronté à ces manipulations historiques aura toutes les difficultés à avoir de l’estime pour son pays.

Un enfant dont la famille est originaire d’un pays musulman, ne pourra en aucun cas se tourner vers les valeurs culturelles normatives de notre pays, il ne pourra que les rejeter et se tournera vers celles du pays d’origine. Malheureusement la majorité des pays musulmans sont gagnés par un islamisme virulent qui structure les comportements de leurs croyants.

Influences algériennes, marocaines, turques, qataris, saoudiennes.

Sur notre sol, la majorité des mosquées sont de véritables ambassades de puissances musulmanes étrangères, leurs imams défendent un islam rigoriste et litteraliste comme il est observé dans les pays qui contrôlent ces mosquées.

Éducation nationale.

L’éducation nationale est en plein naufrage, les résultats nationaux témoignent d’un déclin inquiétant.

La baisse des niveaux d’exigence fut le résultat d’une volonté de ne pas heurter des générations d’enfants qui se sentaient stigmatiser par l’exigence que ce soit au niveau des apprentissages, de la culture, de la discipline.

Dans les territoires perdus de la république, l’apprentissage de la langue est un handicap dès le départ de la scolarité avec des enfants qui ne parlent pas le français à la maison.

De plus, on entretient le refus de s’intéresser à la culture du pays qui n’est vu que comme un ensemble de services publics et de droits sociaux qui doivent rembourser la colonisation.

Les exigences et rappels à la loi sont vus comme des volontés racistes et discriminatoires, cette victimisation perpétuelle est transférée dans le milieu scolaire où de jeunes professeurs inexpérimentés se retrouvent face à des dynamiques de groupes jouant la solidarité tribale, clanique et religieuse ainsi que le contrôle social sur les individus osant s’affranchir de ce carcan communautaire. Les 6 valeurs structurants l’islamisme sont projetées avec brutalité dans le monde scolaire: impossibilité de protéger les enfants juifs, refus de la mixité, épidémies d’allergies au chlore pour ne pas aller à la piscine, contestations des enseignements scientifiques, refus d’étudier la Shoah et des philosophes juifs, impossibilité d’enseigner l’histoire du Christianisme, importation du conflit israélo-palestinien, difficulté à respecter des enseignants non musulmans.

Où en est-on de ce combat?

Au delà de ces terrains de batailles idéologiques, il est notable de constater que la justice n’apporte aucune aide ni solution face aux problématiques de caïdats et de califats.

Elle ne prévient pas, ne dissuade pas, et joue même au sein des établissements pénitenciers le rôle de pouponnière qui potentialise le caïdat et le califat.

Le judiciaire est même un instrument de terrorisme intellectuel saisi régulièrement par les islamistes et les indigénistes ainsi que des associations dites antiracistes et féministes afin de réduire au silence quiconque dénonce les mécanismes du totalitarisme à l’œuvre au sein de notre République.

Les 4 pouvoirs de ce pays ne sont donc pas au niveau d’exigence requise pour diagnostiquer la menace et encore moins pour la traiter.

Ne serait ce que nommer le réel est considéré comme un signe d’appartenance à une idéologie fasciste et vous vaut d’être combattu, insulté, menacé.

Il y a clairement démission, soumission, trahison et collaboration.

Seuls des citoyens regroupés en associations pourront peser et ramener les politiques à la raison comme le recommandait Tocqueville.

David Duquesne

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

8 Comments

  1. Tout est dit! Lu et approuvé. Mais déprimant un tantinet. Je ne vois pas très bien comment inverser la tendance.
    HaShem y pourvoira comme toujours. Mais toutes ces conneries finiront par Le fatiguer à la longue.

  2. Excellent article mais déprimant vu 1) sa vérité 2) l’absence de conseils sur la manière de réaliser ceci; “Seuls des citoyens regroupés en associations pourront peser et ramener les politiques à la raison comme le recommandait Tocqueville.”
    Les conseils, les voici:
    INSTITUT POUR UNE CONTRE-PROPAGANDE OFFENSIVE (ICPO) 
    (suite)
    1) – Pourquoi voulons – nous créer un Institut de Contre-propagande offensive
    – Pourquoi „OFFENSIVE“ 
    – Principes pour une contre-propagande offensive (1ère partie)
    Voir ce lien:
    https://www.facebook.com/groups/925582004165961/permalink/1178879882169504/) .
    2) Principes de contre-propagande offensive (2ème partie)
    Voir ce lien:
    https://www.facebook.com/groups/524867281018831/permalink/629244237247801/
    Dans cette 3ème partie je compte surtout partager des idées et des conseils pour une contre-propagande efficace. Peu de theorie et beaucoup de pratique.
    SOMMAIRE
    1) Changer notre attitude intérieure o de la défensive à l’offensive
    o de l’impuissance à l’Action
    (déjà posté)
    2) Sortir de l’Isolement et de l’impuissance, créons des groupes. (aujourd’hui)
    3) Une bourse aux idées d’actions possibles contre l’antisémitisme,
    l’anti- sionisme et l’anti-israelisme (à venir)
    4) Comment discuter avec des chances d’être entendu (à venir)
    5) Listing des actions réussies (pour nous encourager et motiver!) (à venir)
    –—————————————————————-
    2) SORTIR DE L’ISOLEMENT
    La 1ère et la 2ème partie étaient consacrées à „Principes de contre-propagande offensive“ où j’analysais les erreurs commises aussi bien par la „Hasbara“israelienne que dans les réactions de pro-israéliens.
    Cette troisième partie est consacrée à ceux qui sont exaspérés, indignés, révoltés par la propagande palestinienne ainsi que par les déformations, les accusations et les mensonges des politiciens et des médias francais ou européens (rappelons la „standing ovation“des députés européens à Mahmud Abbas,un admirateur du Mufti Nazi, partenaire d’Hitler et collaborateur d’Adolf Eichmann dans la Shoah!)
    Je commence ici à donner des conseils à ceux qui voudraient agir et ne savent pas comment:
    Seul(e) tu es vite découragé(e) par l’ampleur de la tâche, par le sentiment ou la certitude de n’avoir aucune influence et par le manque de temps et de moyens.
    Tu peux cependant agir. Voici quelques conseils:
    1) Sortir de l’isolement: Contactes ta famille, tes amis , tes connaissances, tes groupes facebook ou autres. Voici ce que tu pourrais leur dire (ceci n’est qu’un modèle, à toi de l’adapter à tes besoins):
    „Je n’en peux plus d’absorber toutes ces informations biaisées, fausses et mensongères sur Israel et de ne rien pouvoir faire. Je ne sais pas ce que nous pourrions faire mais nous pourrions organiser ensemble un „Brainstorming“ (tempête d’idées dans les cervelles). Cela marche à tous les coups! Tu connais les règles de fonctionnement d’un brainstorming? (Je suis prêt à envoyer à ceux qui le désirent ces règles simples de fonctionnement). Je te propose de nous rencontrer une fois par semaine. Tu es d’accord?“
    2) Créer un groupe: Pas un groupe facebook mais un groupe réel de 6-8 amis, cousins, connaissances. Une rencontre chaque semaine ou tous les quinze jours.
    3) Faites votre Brainstorming: En general 6-8 personnes durant 30 à 45 Minutes produisent une centaine d´idées. En général 90 à 95 d’entre elles sont inutilisables, 5 à 6 sont bonnes ou très bonnes et 2 à 3 sont excellentes. De plus, les séances de Brainstorming sont hilarantes!
    4) Selectionnez les trois meilleures idées, les plus interessantes, les plus frappantes, les plus créatrices et…….les plus faisables.
    5) Répartissez-vous le travai de réalisation de ces idées
    6) Faîtes un bilan provisoire à la prochaine réunion, ce qui a été fait, les contacts qui ont été pris, etc…
    Quelques idées en vrac:
    a) rédigez des lettres- type aux personnalités, aux journeaux, aux médias afin de ne pas avoir à réinventer la roue à chaque fois.
    b) Diffusez ce texte dans vos groupes Facebook ou autres et proposez leur une coopération
    c) Faites une liste d’adresses-mails utiles (médias, députés, ministres, avocats, journalistes. Par exemple: Jacques Tarnero du Huffington Post, Ivan Rioufol du Figaro, Jean-Pierre Lledo du Huffington Post et Riposte Laique sont très pro-israeliens et écrivent excellement). Ne pas oublier les ex-musulmans comme Waleed Husseini, Frère Rachid, Wafa Sultan, etc… qui savent, EUX, de quoi ils parlent et ce qu’est vraiment l’Islam.
    d) Faites une liste de liens utiles comme „memritv“ ou „palwatch“ qui ont d’excellents video-clips courts et très révélateurs ainsi que de sources documentaires comme le „Manuel de contre-propagande offensive“ et „Principes de contre-propagande offensive“ et http://www.jewishvirtuallibrary.org/…/…/foreignlanguage.html
    e) Quelques principes:
    – Faites court! Pas de longues analyses que personne ne lit.
    – Faites simple! Pas d’analyses compliquées! On doit povoir s’en souvenir
    facilement)
    – Minimisez le rationel et l’intellect. On retient ce qui émeut. Entre
    l’intellect et l’emotionnel, c’est l’emotionnel qui gagne.
    – Soyez offensif au lieu de défensif et réactif (pas de questions, pas
    d’explications, pas de plaintes du genre: Pourquoi l’ONU….? Ci-dessous un 
    florilège* de réactions illustrant ce qu’il faut éviter de faire)
    – Concentrez-vous sur UN sujet ou UN thème au lieu de réagir à toutes les
    attaques. Répartissez-vous le travail avec d’autres groupes
    – Soyez répétitifs, avec des mots et des moyens différents (au lieu de vous
    disperser et d’aborder à chaque fois un autre sujet 
    ————————————
    Si je peux vous aider, je le ferais volontiers. Contactez-moi dans le groupe „Action“ sur Facebook
    * Florilège de réactions glanées dans Facebook du 13 et 14 Octobre 2016
    – „Et puis ces connards de médias ne font rien pour arranger“
    – „Unesco has gone mad in their minds“
    – „Really? So learn your history , ignoramus“
    – “L’Unesco est une caricature de notre époque“
    – „Mais pourquoi tant de haine?“
    – „C’est insupportable de tout nier“
    – „Il n’y a que des bâtards en ce bas monde, ils ne veulent pas nous lâcher“
    – „Tellement honteux!!! Ils réecrivent l’histoire et nous tuent…Une fois de plus“
    – „L’infamie de l’Unesco ou comment une fois encore éradiquer les juifs“
    – „Unesco: Le CRIF déplore le vote de la résolution sur Jerusalem“ („déplorer“
    vient de „pleurer“)
    Avez-vous remarqué le ton souvent plaintif (mentalités de victimes) ou récriminatoire (mais impuissant)? C’est de cela dont nous devrions nous éloigner et ce en agissant.
    Je comprends très bien ces réactions car je les ai aussi. Mais je propose de râler 
    un bon coup (disons cinq minutes) puis de retrousser ses manches et se dire :“Et maintenant? Que pouvons-nous faire?“
    La suite à la semaine prochaine! Vous pouvez me retrouver dans le groupe „Action“ sur facebook
    Amitiés agissantes 
    Edmond the Tiger

  3. Merci d’adresser ce bel article aux ex-presidents de la République tel VGE et son irresponsable “regroupement familial” que nul n’a le courage de revoir depuis plus de 40 ans, ou Chirac qui a passé la moitié de son temps “chez eux” à Taroudant ou à Beyrouth….mais aussi et surtout à Macron qui, l’avez-vous remarqué, cultive un certain “multiculturalisme” auquel il feint de croire!
    C’est surtout sur ce dernier point que Wauquiez, fier des traditions judéo-chrétiennes de la France et anti-multiculturalise, l’attend…..Il fera à Macron ce que Fillon a fait à Juppé, autre “multiculturaliste béat”…

  4. Certainement, David Duquesne : “seuls les citoyens regroupés en associations pourront peser et ramener les politiques à la raison”.
    En attendant les initiatives allant dans ce sens, nous – lecteurs de Tribune Juive – vous félicitons pour la justesse de votre analyse.
    L’Europe, et plus particulièrement la France, est en situation de crise socio-culturelle, et toute bonne volonté pour la sortir de là sera bienvenue.

  5. Merci pour cet excellent article. Clair et net. Le hic c’est comme l’a souligné quelqu’un ici c’est l’absence de propositions.
    Je ne manquerai pas de lire ce que propose ce commentateur.
    Merci à vous de vous impliquer si activement dans ce combat si important pour notre survie à tous.

  6. Excellente analyse. Pour avoir travaillé plusieurs années en milieu scolaire dans ces quartiers, j’ai vécu cette évolution. Mais il convient aussi de ne pas faire d’amalgame car des jeunes résistent surtout des filles.

  7. Depuis rien n’a changé. Ou plutôt les choses ont continué d’empirer. Les chaînes de TV et les 9/10 de la presse écrite continuent de pratiquer la culture du déni ou de publier des articles immondes. Même le racisme anti-blancs est encore tabou, alors qu’avec les crimes de cette nature à travers le monde (dont quelques-uns en France ), on pourrait écrire un livre entier. L’antisémitisme lui aussi est non seulement toléré mais largement encouragé. Et La LICRA, notamment depuis le,procès contre Georges Bensoussan, n’a plus aucune crédibilité. Les partis politiques n’ont dans le meilleur des cas rien fait pour s’opposer à l’extrême droite indigéniste, dans le pire des cas (PS, FI, PC, EELV, NPA) ils sont objectivement ses complices. L’auteur ne fait donc pas de proposition pour une simple et bonne raison : il n’y a rien à espérer de cette société et de celles qui lui ressemblent.

    La seule option, si l’on en a la possibilité : s’expatrier.

    (Sur le cas Yacine Belatar, Marianne avait publié l’année dernière un article à charge contre ce triste personnage, et Le Monde s’est empressé de pondre un article prenant la défense du comique pas drôle. Ce genre de désinformation est devenue systématique dans Le Monde, Les Inrocks, Télérama, voire Libération, véritables organes de propagande extrémiste et antirépublicaine. Et que penser des chaînes d’intox comme BFMTV qui adorent inviter ce genre de personage ou encore pire ?)

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*