La Communauté juive de Porto et l’Affaire des passeports. Communiqué

La Communauté juive de Porto décrète la “fin” de l’affaire des passeports et exige une enquête internationale sur une affaire de corruption d’État impliquant des voleurs de nuit, des calomniateurs condamnés, des meurtriers et des patients dans des hôpitaux psychiatriques.

L’année du centenaire de la Communauté juive de Porto, fondée en 1923, l’institution a distribué un livre aux gouvernements des pays, des organisations supranationales, des universités et des bibliothèques dans lequel il déclare que le processus initié par les autorités portugaises l’année dernière « est mort avant de naître et tôt ou tard il devra y avoir une enquête internationale ». “La Communauté décrète officiellement la fin du processus regrettable qui n’a été possible à cause d’une grande corruption de l’État.” Téléchargez le livre gratuitement : http://oportojewishheritage.com/

Le président de la Communauté, Gabriel Senderowicz, rappelle que “la synagogue, le musée juif et la maison de la petite-fille du ‘Portugais Dreyfus’ ont été piétinés et le Rabbin humilié dans le monde entier sur la base de dénonciations anonymes qui l’accusaient d’avoir été corrompu par des milliardaires qu’il ne connaissait pas, dominant des Conservatoires qu’il n’a jamais visités et commettant des vols techniquement impossibles. La Cour supérieure a déjà déclaré que ces soupçons n’étaient fondés sur rien, mais personne ne s’est excusé auprès de la Communauté.

Intitulé “Deux millénaires de la communauté juive de Porto, chronologie 1923-2023”, le livre maintenant publié explique que le processus appelé “Porta Aberta” était une orchestration d’agents de l’État portugais, avec un mélange d’exécutif, législatif, judiciaire et pouvoir de la presse, pour détruire la “loi des séfarades”, rejeter l’afflux massif de citoyens d’Israël, déclarer suspects tous les milliardaires juifs qui ont demandé la nationalité portugaise et diffamer la seule communauté juive forte au Portugal “sur la base de l’antisémitisme soviétique et de tactiques inquisitoires”.

“Il y a des signes avilissants de l’utilisation de l’appareil judiciaire à des fins politiques – qu’on peut vérifier dans le livre –, des échanges de faveurs entre individus issus d’élites médiocres, des théories du complot farfelues, la tentative d’élimination physique d’un jeune juif français, à au moins trois braquages nocturnes commis par des voleurs dans des cabinets d’avocats et des domiciles privés, de fausses accusations de trafic de drogue et de stratagèmes avec la Russie, et l’utilisation de dénonciations anonymes fabriquées par des agents de l’État, des individus ayant transité par des hôpitaux psychiatriques et condamnés pour des crimes contre l’honneur des personnes , le tout articulé avec une campagne médiatique meurtrière menée par une demi-douzaine de journalistes.

L’ouvrage relate en détail certains faits que l’histoire a toujours révélés : l’union des pouvoirs de l’État et associés contre les hauts dignitaires de la communauté juive, la persécution des bienfaiteurs du peuple d’Israël, la diffusion massive d’anciens discours antisémites , l’association des juifs à l’argent et aux ruses, tactique inquisitoriale d’un nouveau “clergé” avec les moyens de mener des chasses de masse, campagne de diffamation prolongée sans cesse depuis des mois, mobilisation de l’opinion publique par tous les moyens, recours à des voleurs et des déséquilibrés pour l’incrimination de cibles préétablies, les définitions et le silence absolu de toute œuvre positive de la communauté juive, y compris le meilleur Yom Kippour d’Europe, le musée le plus visité au Portugal et le film le plus primé internationalement de l’histoire de cinéma portugais.

Senderowicz dit que la Communauté n’attendra pas une décennie pour que tout soit oublié. “L’enquête dure depuis un an. Les seules valises d’argent connues au cours de cette période ont été données aux socialistes du Parlement européen au profit de certains pays arabes et musulmans, une sorte de “problème palestinien” qui implique probablement des dommages à la communauté juive et israélienne en général et le financement de politiques nationales .”

En août 2022, la communauté juive de Porto a envoyé une plainte au Parquet européen (http://firstmajorconspiracy.com) avec le soutien de l’Association juive européenne représentant les communautés du Portugal. Cette organisation basée à Bruxelles avait déjà écrit au président de la République portugaise pour regretter les “propos qui qualifient la communauté juive de mafia des passeports vendus à qui est prêt à payer pour cela”. Ces commentaires jouent sur les instincts les plus élémentaires de l’antisémitisme et ne font que réchauffer, pour le public moderne, le stéréotype du Juif “avide d’argent et sans scrupules”. L’EJA a également rappelé que “certains leaders d’opinion portugais, qui ont déjà été impliqués dans des incidents antisémites de grande répercussion, ont contribué à ce débat”.

Le livre que la Communauté Juive de Porto est en train de distribuer révèle une lettre de solidarité du président d’Israël, Isaac Herzog, et affirme que l’État juif a vu certains de ses citoyens les plus éminents attaqués, voire moqués, dans des journaux portugais. Le meilleur dans les domaines de la culture, innovation, entrepreneuriat, divertissement, sécurité, sport, service public et mécénat social ont été civiquement détruits. Des familles israéliennes honnêtes d’Europe, d’Eurasie, d’Asie et d’Amérique ont été traitées quotidiennement, pendant des mois, avec de graves insinuations de fraude à l’obtention de la nationalité portugaise, dans un discours truffé de termes tels que grande criminalité, fortunes mal expliquées, pots-de-vin, Mossad, cannabis, escroqueries de Wikipédia et d’autres infractions similaires.

La Communauté déclare que “malgré le fait que seulement 5% des candidats possibles ont réussi à obtenir la nationalité portugaise grâce à la “loi des séfarades”, le nom de “Operação Porta Aberta” suggère une avalanche hébraïque dans le pays”. C’est dans ce climat d’assassinat civique permanent de personnes indésirables que le gouvernement portugais a publié un règlement qui a détruit la loi dans la pratique. Le livre fait une “traduction personnifiée” du nouveau règlement, dans sa partie la plus choquante : “Montrez-nous le testament vieux de cinq siècles que l’un de vos 524 288 octadécaves a laissé à la postérité avant de mourir de chagrin d’avoir vu le bâtiment où il a résidé détruit, le quartier juif dans son ensemble et le cimetière juif sacré où reposaient ses ancêtres”.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*