Benoît Rayski. Assa Traoré aux Nations Unies… 

Toujours la même rengaine : la France est “raciste”

Assa Traoré.12/02/22 Photo Chang Martin / SIPA

Assa Traoré contre la France : elle prendra la parole pour dénoncer les forces de l’ordre dans un forum où elle n’aura pas de contradicteurs.

De Gaulle appelait l’ONU «le machin» et il avait bien raison ! Assa Traoré prendra la parole devant une commission chargée d’étudier les discriminations dans le monde. Une seule discrimination ne sera pas évoquée : celle qui discrimine la vérité.

Assa Traoré pourra dire que la France est raciste. Que les Blancs font du mal aux Noirs. Que ces derniers ont peur, se terrent et se cachent. Que la police tue en prenant bien soin de ne tuer que les Noirs et les Arabes. Dans cette Commission, il n’y aura pas de défenseurs. La Commission en question n’est composée que d’accusateurs.

L’aller-retour Paris – New York est coûteux. Qui va couvrir les frais de voyage et de séjour d’Assa Traoré ? La France ? Les Nations Unies ? Mais Assa Traoré, elle, pourrait payer de sa poche.

En effet, elle n’est pas pauvre. Elle sait fabriquer un juteux business. Car elle fabrique et vend de coûteux tee-shirts avec écrit dessus «justice pour Adama». Et d’autres avec «la police assassine». Dans les banlieues, ça se vend comme des petits pains.

Assa Traoré tient à jour la liste des Noirs et des Arabes victimes, selon elle, de la police. Mais elle a de la concurrence. Un certain Ahmid, dont le frère aurait été tué par la police, lui en veut.

Il proteste car sur cette liste, le nom de son frère est écrit en plus petit que celui d’Adama. La bataille pour le partage de la thune s’annonce sanglante…

© Benoît Rayski

https://www.causeur.fr/assa-traore-aux-nations-unies-racisme-denonce-la-france-247537

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

11 Comments

  1. ça va durer combien de temps encore, ce cirque ? Son frère n’aurait eu aucun problème s’il avait été un honnête citoyen.
    Il ne faut pas confondre la France avec le USA, un pays où le racisme n’était pas en option.

  2. @Carole @Joseph1 C’est bien plus grave que ça..
    ONU + USA + UE : le racisme inversé et l’antisionisme c’est-à-dire le racisme tout court, l’antisémitisme et le révisionnisme devenus idéologie officielle de notre 4eme Reich. Plus cela crève les yeux, moins les gens veulent le voir.

    Toutes les formes de racisme réelles sont + ou – taboues. Et encouragées.

    Toutes les formes de racisme imaginaires et fantasmées font la une de la presse, d’Hollywood et de l’ONU…
    Welcome to the century of Darkness !

  3. A toutes fins utiles, pour mettre les points sur les i à propos du racisme, au sujet duquel les USA se permettent de donner des leçons à la France, sur la base du témoignage de la sœur d’un délinquant notoire, un violeur qui plus est, voici un autre témoignage, celui de Joséphine Baker qui rappelle comment étaient traités les noirs, même non délinquants, jute pour leur couleur de peau, dans ce pays.
    “Discours de Joséphine Baker prononcé le 28 août 1963, Marche pour les droits civiques à Washington
    Et quand je suis arrivée à New York, à l’époque, j’ai encore pris des coups, quand on me refusait dans les bons hôtels ou dans certains restaurants parce que j’étais noire. Puis je suis allée à Atlanta, et là c’était l’horreur. Et je me suis dit, Mon Dieu, je suis Joséphine, et ils se comportent comme cela avec moi, qu’est-ce que cela doit être pour tous les autres ?
    Lorsque j’étais enfant, ils ont brûlé ma maison, j’ai eu peur et je me suis enfuie. Je me suis enfuie tellement loin que j’ai fini par arriver dans un endroit appelé France. Certains d’entre vous y sont allés, d’autres non. Mais si je peux vous dire une chose, mesdames et messieurs, c’est que dans ce pays je n’ai jamais eu peur. Ce pays était magique.
    “Un jour j’ai réalisé que j’habitais dans un pays où j’avais peur d’être noire. C’était un pays réservé aux Blancs. Il n’y avait pas de place pour les Noirs. J’étouffais aux États-Unis. Beaucoup d’entre nous sommes partis, pas parce que nous le voulions, mais parce que nous ne pouvions plus supporter ça… Je me suis sentie libérée à Paris”

    • @Carole Aux USA, cela fait très longtemps que le racisme a changé de camp. Le nombre de crimes ou d’agressions racistes commis par des Noirs est beaucoup plus fréquent que l’inverse et les thèses néo Hitlériennes des suprémacistes noirs sont devenues l’idéologie officielle véhiculée par les médias et Hollywood voire les ecoles et universités. Dans certaines d’entre elles les Juifs et les Blancs subissent discriminations, insultes et menaces. Imaginez un monde dirigé par des Nazis prétendant être des antiracistes et accusant leurs victimes d’être des “privilégiés” (ce que faisait déjà Hitlet avec les Juifs) : ce monde, c’est celui où nous sommes.

      • Ce que je voulais démontrer, Jérôme, c’est que – même si aujourd’hui ce n’est plus le cas et que comme vous le dites les rôles sont inversés (je n’en sais pas assez sur ce plan pour me prononcer)- les Américains sont extrêmement mal placés pour donner des leçons à la France (surtout sur la base du témoignage d’une Assa Traoré) Comme l’explique Joséphine Baker, les noirs étaient traités par eux comme des sous-hommes, des lieux leur étaient interdits, etc. Quant à l’affaire Traoré, elle ne s’inscrit pas dans le racisme, même si cela arrange certains de vouloir le faire croire.

  4. J’ai parfois peur d’être ce que je suis , blanche et juive. Qui a le plus maltraité les noirs ? les noirs eux-mêmes, et les racistes américains;voir l’excellent film Mississippi burning avec le non moins excellent Gene Hackman ou l’on voit le sort que reservait les blancs le ku klux clan notamment à la malheureuse population noire . La France collabo a fait encore pire aux populations juives qui vivaient sur son sol. et nous sommes encore en France et ailleurs plus maltraités que les noirs, alors que Assa Traoré se taise .

  5. C’est tout de même surprenant : quand les nouveaux identitaires et la presse parlent de “défense de minorités”, cela ne concerne pas LES minorités mais uniquement quelques minorités triées sur le volet. Manque de bol…Ce sont souvent les minorités les plus violentes et les plus racistes.

      • @Joseph 1 Oui et les Juifs non plus ! Pour les “défenseurs des minorités” les Juifs ne sont pas une minorité. Les Arméniens non plus. Et les handicapés, qui souffrent de discriminations réelles et non imaginaires pas davantage !
        Et encore il ne s’agit là que des minorités occidentales. Parce que les Chrétiens d’orient, les Yezidi, les Blancs de certains pays d’Afrique ou encore les Kurdes ne les intéressent pas davantage. En fait ces “défenseurs des minorités” autopraclamés défendent volontiers les causes illégitimes mais jamais les véritables causes justes.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*