Hommage: Décès d’Emmanuel Farhi, brillant économiste

Emmanuel Farhi

L’économiste Emmanuel Farhi, né en 1978, s’est éteint ce 23 juillet 2020 à l’âge de 41 ans.

Professeur d’économie à l’université Harvard, sa recherche porta sur la macroéconomie, la finance et l’économie publique. Il a été membre du Conseil d’analyse économique, et chargé de conseiller le Premier ministre français de 2010 à 2012.

Il reçut en 2013 le prix du meilleur jeune économiste de France.

Fils d’économiste, et issu d’une famille Juive, Emmanuel Farhi, dès l’age de 16 ans, est lauréat du Concours général de physique.

Classé 1er au concours d’entrée de l’École polytechnique, il opte pour l’École Normale Supérieure et se spécialise en mathématique. Après avoir intégré le Corps des Mines en 2001, il termine par un doctorat d’économie au MIT ou Massachusetts Institute of Technology en 2006.

Reposant sur des modèles mathématiques, son travail vise à éclairer des problèmes concrets comme la régulation macro-prudentielle, la compréhension des crises ou encore l’impact de décisions politiques fiscales. Par exemple, une de ses études porte sur la TVA sociale.

Lors de l’élection présidentielle de 2017, il apporte son soutien à Emmanuel Macron.

Le Palais de l’Elysée lui a rendu hommage via un communiqué qui encense l’étoile montante de la science économique, de ce qui pouvait prétendre un jour obtenir le prix Nobel :

Emmanuel Farhi était un passionné de recherche. […] En quelques années seulement, il s’imposa aux États-Unis comme un des tout meilleurs économistes de sa génération.

En pleine crise financière, au moment où le besoin de régulation devenait vital, ses publications audacieuses dans le champ des politiques macro-prudentielles retinrent immédiatement l’attention et contribuèrent de manière décisive aux réformes de la réglementation du secteur financier.

Politique industrielle, finances publiques : son expertise s’étendit ensuite très rapidement.  Si bien qu’en 2010, lorsqu’à 31 ans seulement, il fut nommé professeur titulaire à l’université Harvard, il était déjà un économiste complet et reconnu.

  Prix du meilleur jeune économiste européen en 2009, Prix du meilleur   jeune économiste de France en 2013, cité par le FMI comme un des 25 jeunes économistes du monde en 2014 : rarement   un économiste fit si précocement référence.

Il était un des co-auteurs privilégiés du prix Nobel Jean Tirole. Leurs travaux communs sont désormais utilisés par les principales banques centrales du monde.

Emmanuel Farhi  n’était pas seulement un théoricien. C’était un homme du faire, pour qui la recherche n’avait de sens que mise au service du progrès de tous. Résidant aux États-Unis mais le cœur en France, Emmanuel Ferrari agit ainsi très tôt pour faire  changer les choses dans son pays d’origine.

Membre du Conseil d’Analyse Economique à partir de 2010, il s’impliqua dans la vie politique et intellectuelle française, en prenant pleine part aux nombreux débats et controverses.

Outre ses nombreuses notes, il intervenait très régulièrement dans les colloques les plus éminents, à la Banque de France ou encore au forum d’Aix-en- Provence, organisé chaque été par le Cercle des Economistes.

La baisse du chômage, la relance de l’investissement, l’attractivité retrouvée du pays : les travaux d’Emmanuel Farhi, qui contribua au programme économique d’En marche en 2016-2017, ne sont pas étrangers aux réussites économiques françaises de ces trois dernières années.

Récemment encore, cet esprit solaire s’était engagé pour répondre aux questions économiques posées par la crise du Covid.

Théoricien brillant des déséquilibres macro-économiques mondiaux face au surcroît d’épargne et au manque d’investissement, Emmanuel Farhi avait accepté de participer à la Commission d’Expert sur les Grands Défis Economiques installée à l’Élysée en mai dernier.

C’est désormais sans lui mais fort de son legs inestimable que le membres de cette Commission  auront à proposer des solutions innovantes sur les enjeux du siècle : le climat, les inégalités, la démographie.

Service de Presse et Veille de la Présidence de la République

Palais de l’Élysée. 25 juillet 2020

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

12 Comments

  1. Pour répondre à l’intelligente question,Il est mort de la mort !!
    Quelle perte immense pour les siens!!
    Quelle perte pour le monde !!
    Condoléances attristées,

  2. Quelle perte ! Et si jeune. Discours exemplaire à la recherche du bien commmun. Contre les égoismes. Je pense qu’il ”habitait” d’abord une langue, ensuite un pays et en troisième lieu une culture et tradition religieuse.
    Hubert Laforge professeur-doyen-président à la retraite, Québec ; qui ne cesse de déplorer la politique d’Israel-Washington dont il craint des conséquences pires encore que les actuelles.

  3. Quel malheur inconsolable pour sa famille et quelle précieuse perte pour l’humanité en général et la communauté économique en particulier. Très sincères condoléances à ses proches.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*