Michèle Chabelski. Vente aux enchères du … Mobilier national

Bon    Jeudi 
       Vous n’auriez pas des trucs à vendre?
   Le livret militaire de papy Leon, un Lagarde et Michard tres éprouvé, les premières chaussures du premier né.
   Non c’est vrai.
    Elle a besoin d’aide.
    Elle?     Brigitte Macron
     En fait elle a besoin d’argent pour sa Fondation Hôpitaux de Paris.
  Alors elle va organiser une vente aux enchères du Mobilier National.
  Oui oui   Vous avez bien lu.      Du Mobilier National.
  C’est un peu comme si vous organisiez une vente des meubles de votre voisin du 4 ème qui possède une si jolie commode Louis XVI , un camée ayant appartenu à Eugénie de Montijo ou une table de gibier Charles X. Et un 4×4 Porsche qui devrait tenter le chaland.

Le Mobilier National!

Mobilier national, réserve Perret, à Paris (13e).


  Le Mobilier National possède 130000 pièces destinées à l’ameublement des lieux de pouvoir.  C’est dire s’il y a de quoi faire .
    Sauf que ces meubles appartiennent au Patrimoine National.
   National, c’est-à-dire  qui appartient à la Nation.
   Qui ne s’écrit pas M A C R O N…

Ce que devrait savoir la première Dame qui fut professeur de lettres et sait reconnaître une voyelle d’une consonne.
   Mais madame Ceausescu- qu’est ce que je raconte, moi, Madame Macron, voulais-je dire, pioche dans un pot commun qui ne lui appartient pas, mais fait partie des possessions du pays.
   Et certains esprits chagrins la trouvent un chouïa gonflée. 
   

La main mise d’un totalitarisme déshydraté

Car participer à l’effort national grâce à des oeuvres lestées de siècles d’Histoire et les vendre à l’encan  fleure  la main mise d’un totalitarisme déshydraté.
 Elle en liquiderait une centaine de pièces dont le produit viendrait au secours des hôpitaux malades.
    Le principe est généreux.      Ben dame!       Mais injecter de l’argent prélevé sur un trésor national relève d’une opération que n’aurait pas refusée une première dame grandie au soleil d’un petit pays d’Amérique du Sud…
   Eh bien moi, la prochaine fois qu’on me demandera une participation à une levée de fonds, je proposerai le compte épargne de ma cousine , arguant que seul compte le résultat et que Eusébie dort sur un matelas d’or dont elle ne fait aucun usage indispensable à sa survie.
   Il me semble que… Comment s’appelle-t-il déjà ? Ah oui! Marx avait déjà proposé de mutualiser…
   Mais je peux me tromper…
    Que cette journée signe le calme nécessaire pour jouir pleinement d’une libération sous condition aussi proche qu’incertaine.
 Une grosse pensée pour les malades, les endeuillés, les femmes et les enfants maltraités, les soignants et tous les soldats du quotidien qui se battent pour assurer notre bien-être .
    Je vous embrasse

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*