Sarah Cattan. Cher Roman Polanski, vous méritiez ce César

César 2020 du meilleur réalisateur pour J’accuse

Peut-on “en même temps” célébrer la libération de la parole des femmes violées et dénoncer l’indicible fourre-tout qu’est devenu le mouvement metoo, refuge de toutes les hystériques en colère contre la gent masculine dans son entièreté.

Je suis en effet de ceux, nombreux, qui se félicitent de la libération de la parole des femmes victimes de ces hommes de peu et en même temps si désolée de ce grand dépotoir que sont devenus le mouvement #me too et autres #Balance ton porc.

S’il faut le dire, disons-le quitte à déplaire: lorsqu’on monte discuter contrat au milieu de la nuit dans la suite d’un Harvey Weinstein, on sait – hélas- à quoi on s’expose et si défendre ces imposteurs – connus de tous et courtisés des années durant- n’est guère ici le propos, moquer ces péronnelles qui sont venues hier crier Violanski et ont quitté la Salle Pleyel lorsque le César du meilleur réalisateur fut décerné à Roman Polanski l’est.

Il fallait être diplômé en subtilité hier soir. Peu l’ont été et nombreux ont cru faire montre de courage, qui en écorchant le nom du cinéaste devenu soudain le violeur de toute la gente féminine, qui en usant de jeux de mots suintant la vulgarité et la bassesse, qui, à l’image d’un Brad Pitt, refusant son César d’Honneur comme si la cuvée 2020 était plus indigne qu’une autre, qui en vomissant, avant la cérémonie, des interviews boiteuses telles celles de notre insignifiant ministre de la culture ou de la bécasse Adèle Haenel, laquelle donzelle a cru devenir icône en s’exprimant dans le New York Times puis en quittant, dans ce qu’elle crut un Coup d’éclat, la salle.

Hier soir, j’étais aux côtés des femmes violées, définitivement massacrées. Mais Samantha Geimer avait encore, le matin même, dénoncé dans Slate ceux qui exploitaient “son” histoire “et” la “douleur des victimes” ” pour alimenter la colère et l’indignation en roue libre“.

Comme elle, comme beaucoup de femmes, je me suis félicitée que, quel que soit le nom du violeur, Justice soit enfin rendue et En même temps, je regarde avec désolation ces défenseurs de victimes lorsqu’elles confinent à la caricature et à l’hystérie, desservant la cause noble dont elles ont hélas fait leur os à ronger.

L’Académie s’est honorée en décernant un César mérité au réalisateur de J’accuse.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

25 Comments

  1. En plus cette actrice (que je trouve insipide et dépourvue de talent mais peu importe) a choisi le New York Times, cad l’un des journaux les plus racistes et xénophobes de la planète, coutumier des fake news, à côté duquel la presse française passerait presque pour un modèle de rigueur…Ce qu’elle n’est évidemment pas (on est bien d’accord) ! Lire aussi les tribunes délirantes de Guy Sorman. Polanski est bien le bouc émissaire de tou(te)s les abruti(e)s de France, de Navarre et d’ailleurs. Additionnons Affaire Sarah Halimi + Affaire Mila + Carnaval d’Alost + Polanski-bashing (liste non exhaustive) et l’on obtient une photographie assez juste de nos sociétés nauséabondes.

      • Bonsoir et merci Sylvain pour ce que vous avez écrit : si l’on n’aime pas Roman Polanski, que l’on passe son temps à le critiquer, on ne va pas à la cérémonie des César, surtout pour se moquer de ce grand réalisateur, le traiter plus bas que terre, déformer son nom, ne pas terminer cette présentation, c’est vraiment se moquer d’un artiste et du public. Je n’ai pas vu cette “farce”, mais lu les commentaires et entendu certaines paroles fort minables. Pour moi, il a bien mérité son César et il a bien fait, tout comme sa femme, de ne pas assister à ces règlements de comptes. Bien à vous : Brigitte SIMONNOT

    • Soirée déplorable que fût les Cesars cette année mérite un blâme total !
      Aussi bien pour cette chouette Foresti sui n’a eu de cesse de geindre et de grimacer, que de comptage de noirs ds la salle : ridicule cette pseudo artiste, et la folie hystérique de ces « starlettes » qui crient au crime
      … mais qui, en realité, n’ont définitivement aucun avenir cinématographique car trop nulles !
      Je partage totalement vos arguments Sarah Cattan
      et je demande une refonte total des Césars avec des artistes dignes de ce nom ! Un profond dégoût m’a envahi à la vue de ses piètres personnages ..
      Il faudrait reprogrammer le film J’ACCUSE (Émile Zola ) dans les salles de cinéma et comprendre l’histoire parfaitement dirigée par le très grand ROMAN POLANSKI ! (Excellents acteurs) !

  2. Soyons pratiques. Désormais, faudrait-il décerner médailles et récompenses aux artistes soupçonnés de :
    -Avoir maille à partir avec le fisc ?
    -Etre de droite ? De gauche ?
    -Avoir provoqué un accident de la circulation ?
    -Avoir de dettes impayées ?
    -Avoir un goût immodéré pour l’argent/le sexe opposé/le même sexe/les jeux du hasard/la castagne/l’alcool/les partouzes/le porno/les choux de Bruxelles?

    J’en passe… Sachant qu’un artiste, un vrai, par définition fait fi des conventions ; la réponse est évidemment OUI.
    Pourquoi faudrait-il alors refuser les honneurs à celui que certains soupçonnent d’une agression sexuelle vieille d’au moins 40 ans et dont il n’y a plus de partie civile ?

    Existe-t-il une différence de nature entre les délits sexuels et d’autres délits ?

    Où se situe la limite ? Allons-nous vers un nouveau Maccarthysme planétaire ?

    Polanski est, de l’avis de toutes les académies, des Oscar jusqu’à la Mostra de Venise en passant par Cannes, Berlin et les Césars (celui d’hier est son cinquième) et j’en oublie, l’un des meilleurs cinéastes vivants (oserais-je dire LE plus grand ?).

    ET il aura bientôt 87 ans. Pourrait-il encore nous gratifier de chefs-d’œuvre ?

    Son « J’accuse » l’est. A l’instar du « Pianiste » il y puise dans son histoire personnelle et collective (largement Juive, forcément) une leçon universelle sur la nature de l’Homme.

    Dans un siècle son nom sera toujours connu ; comme celui de Chaplin et une poignée d’autres artistes.
    Mais qui se rappellera d’Adèle Haenel dans un an ?

  3. Il faut écouter l’élégante Fanny Ardant défendant Roman Polanski devant les micros de BFM. Quant à l’obscure Adèle Haenel elle a surtout voulu faire le buzz.
    Les propos indignes du non moins indigne ministre de la culture.
    ROSA

  4. Ils n’ont pas de cou…… Rage de voir la vérité et le mérite de ce film J’ACCUSE extraordinaire de justesse et de Justice . Et cet acteur qui n’arrive pas à lire et à prononcer le nom de Roman POLANSKY qu’elle blague.
    Jalousie et haine QD tu nous tiens!!!!!! HONTE À VOUS.

  5. Ils n’ont pas de cou…… Rage de voir la vérité et le mérite de ce film J’ACCUSE extraordinaire de justesse et de Justice . Et cet acteur qui n’arrive pas à lire et à prononcer le nom de Roman POLANSKY qu’elle blague.
    Jalousie et haine QD tu nous tiens!!!!!! HONTE À VOUS.

  6. Je ne suis pas d’accord pour ce qui est dit sur le NYT mais pour Polanski,je rejoins Sarah Cattan.
    Que la femme de mon age(77 ans)qui n’a pas un jour subi une forme ou l’autre d’agression sexuelle se leve!

    Le viol ,c’est autre chose et c’est un crime ,je ne parle pas de viol.
    Pour le reste,les filles de MeToo,vous faites un boulot formidable et merci a vous.Mais il faut raison garder.
    Perso,j’ai mis les gestes deplaces a mon egard aux pertes et profits de la vie.
    Laissons le tres grand artiste qu’est Polanski finir la sienne en paix.

  7. Gageons qu’Adèle H. n’aurait pas quitté la Salle Pleyel avec une statuette sous le bras!
    Elle n’en pouvait plus d’attendre, puis de réaliser qu’elle ne figurait pas au palmarès et elle a trouvé un bon prétexte pour noyer son dépit sous la colère !

  8. @Annie Concernant le NYT je n’exagère pas : il suffit de bien connaître son passif (déjà chargé au dix-neuvième siècle où il répandait des rumeurs xénophobes et complotistes contre les immigrés québécois) son contenu et son personnel peu fréquentable. Bien à vous.

  9. Merci a POLANSKI, pour tous ses films, et pour le dernier qui tombe a pic…La cabale est antisémite… Qui manipule ??? c’est très facile, qui laisse faire ? c’est très facile…

  10. Roman Polanski,comme Luc Besson et autres “pointures” du cinéma,sont assaillis par des nuées de candidates starlettes,prêtes à tout pour obtenir un bout de rôle…il n’y en a pas pour tout le monde,d’où des rancunes féroces quand elles se rendent compte qu’elles se sont fait baiser gratuitemnt…!

    • EXACTEMENT.

      La starlette débutante qui, court vêtue, monte vers minuit dans la suite du célèbre cinéaste à l’hôtel, sait parfaitement pourquoi elle le fait.

      Son espoir déçu, peu importe pourquoi, non seulement elle se venge MAIS en vérité elle se doit une explication à elle-même.
      Son mental étant réticent à l’idée qu’elle s’est prostituée pour un rôle, elle s’invente un viol…

      Et puis, même des années après, toute publicité est bonne à prendre pour une carrière chancelante…

      • Bonjour à tous, et merci Sarah d’avoir écrit cet article sur Roman Polanski ,j’adhère tout à fait aux propos de Lino . Fanny Ardant a été la seule à dire qu’elle aime Polanski et “que lorsque on aime quelqu’un, on le suivrait jusqu’à l’échafaud” Non seulement nous avons assisté à un lynchage à cette cérémonie ,une présentatrice qui se disait “écoeurée”que le film j’accuse ait reçu 3 prix , une Adèle s’enfuyant en déblatèrant et un acteur bafouillant le nom de Roman Polanski pour nier jusqu’à son existence, je suis une femme de 80 ans et je trouve que ces agissements rappellent terriblement une haine qui vient de loin ; Hier soir ,Isabelle Huppert était invitée à la télévision évidemment le présentateur a abordé cette cérémonie des Césars , elle ne s’y est pas rendue , trés sobre sur le sujet,elle a simplement cité William Faulkner :”le lynchage est une forme de pornographie” Fanny et Isabelle, deux actrices merveilleuses et si intelligentes.Alors je terminerai en disant : Je vous aime Monsieur Polanski, votre film J’ACCUSE est un chef d’oeuvre, j’ai vu presque tout vos films , Tess, , Le pianiste , Le bal des vampires , Rosemary’s baby, et j’en passe, je vous décerne un César d’honneur pour le bonheur que vous nous apportez ,je vous souhaite de vivre en paix auprés de votre famille et de vos amis.

  11. je partage le différents commentaires que je viens de lire ainsi que less positions d’Isabelle huppert et deFanny ARdant – qui sont de ma génération – et comme elles je sais que-amon époque du moins – on pouvait dire non.Mais surtout je trouve bizarre que quarante cinq ans après ces actes d’agrssion et juste après la sortie de ce film des femmes se manifestent .Cela étant je suis pour pénaliser les violences faites aux femmes et la pedofilie

  12. J’ai sûrement mauvais esprit, mais une question me tourmente : la “sortie” d’Adèle Haenel aux César n’était-elle pas un peu entachée par le dépit d’avoir vu quelques instants plus tôt, le prix d’interprétation lui échapper au profit d’Anaïs Demoustier ? Ce serait vexant pour tous les militants (tantes) qui la soutiennent.

  13. Je partage complètement les réactions de cette femme remarquable qu’est Fanny Ardant une femme intelligente,sincère,passionnée qui a beaucoup de bon sens,et curieusement ces denonciations après tant d’années me semblent etonnantes et surtout après la sortie du film de Roman Polanski dont le talent immense n’est plus à prouver

  14. La justice ‘officielle’ considère que l’accusé a purgé sa peine a la fin de la sentence. Qu’il est différent. Qu’il a compris – s’il est coupable et si la sentence est juste – que sa conduite était nocive.
    Les sorcières enragées s’en souviendront encore dans mille ans. Sommes nous encore loin de Robespierre, faut-il encore des têtes qui tombent?

  15. La justice ‘officielle’ considère que l’accusé a purgé sa peine a la fin de la sentence. Qu’il est différent. Qu’il a compris – s’il est coupable et si la sentence est juste – que sa conduite était nocive.
    Les sorcières enragées s’en souviendront encore dans mille ans. Sommes nous encore loin de Robespierre, faut-il encore des têtes qui tombent?

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*