François Villette. Polanski, primé.

« Le juif, blanc et mâle de plus de 50 ans, voilà l’ennemi ! » aurait pû être le mot d’ordre de la 45e cérémonie des César. Heureusement, et puisqu’il reste encore un un peu de lumière dans ce pauvre pays, le jury a préféré primer le talent sur l’idéologie en distinguant l’un des plus grands réalisateur de notre temps.
Mais il aura fallu supporter l’ignominie et la bêtise crasse érigés en porte drapeau de la bêtise assumée : « Celui qui devrait être gazé, c’est Polanski ! » prononcé par des « activistes » dites « féministes » ne semble émouvoir personne dans le landerneau médiatique parisien, si prompt à traquer la moindre parole déviante perçue comme raciste ou islamophobe. Oui c’est vrai, on se demande pourquoi les Allemands – que l’on a connu plus consciencieux – n’ont pas fini le travail en ne gazant pas le petit Roman lors de la liquidation du ghetto de Cracovie en 1943. Le reste de sa famille ne sera pas oubliée, elle…
Être un rescapé ne donne pas une carte d’immunité, loin s’en faut : Polanski a reconnu son crime, a purgé une partie de sa peine, et le plus important, à obtenu le pardon de sa victime qui ne cesse de demander que l’on arrête cette persécution insensée. Les autres accusations ne font l’objet à ce jour d’aucunes poursuites, tant les profils des accusatrices font débat et plus gênant, n’apporte aucune preuve tangible. Mais Polanski, outre le pardon, n’a pas le droit non plus à la présomption d’innocence.
Par contre, l’ami Ladj Ly bénéficie lui de la carte d’immunité en catégorie platinium : sa participation à une tentative de crime d’honneur dans sa prime jeunesse , on s’en tape royalement . En effet, ce type de violence, pourtant actuel et réel, ne touche pas les jeunes filles bien nées de la « grande famille » du cinéma : Les jeunes filles mariées de force au bled, assassinées parce que trop libres ou violées dans une cave, ce n’est rien du tout et c’est loin, la bas, de l’autre côté du periph’, où les seuls méchants sont, comme présentée par le cinéma subventionné, les seuls policiers…
Donc Ladj Ly a lui le droit au pardon, mais pas Roman Polanski. Pourquoi ?
aucun journaliste ou « activiste féministe »
n’est capable de répondre cette question.


Pendant ce temps, Haenel et Sciamma, non contentes d’avoir vu leur fatwa non- exécutée (et soutenue jusqu’au ministre de la
culture) ont quitté la salle étant « écœurées » : je ne savais pas que Polanski avait eu des attouchements sexuelles sur Adèle Haenel…


Quand à Celine Sciamma, elle demandait il y a peu, sur les ondes de France-Inter, la tête d’un chroniqueur coupable de ne pas avoir aimé son film (si si…), ce qui donne un aperçu de l’artiste et de son aptitude au débat.
César d’honneur à Foresti, « l’irrévérencieuse » unanimement saluée pour tirer sur une ambulance et à Darroussin, allant jusqu’à mâcher le patronyme de Polanski. Pourtant, et contrairement à ce chantait Léo Ferré autrefois dans « L’affiche rouge », son nom n’était pourtant pas trop difficile à prononcer..
Non, décidément n’est pas Zola qui veut, et encore moins Roman Polanski…

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

12 Comments

  1. Sarah a bien remis les montres à l’heure et aucune confusion n’est autorisée si ce n’est cet antisémitisme qui anime encore bien du monde !

  2. Le deux poids deux mesures entre Polanski et Ladj Ly m’a également frappé et ces soi-disantes féministes n’ont pas soutenu la jeune Mila, ce qui leur ôte d’emblée toute crédibilité. Cette polémique nauséabonde montre depuis le début la face hideuse d’une large partie du monde du spectacle, des médias et de la classe politique. Le tweet immonde cité dans l’article confirme par ailleurs l’antisémitisme sous-jacent de ce Polanski-bashing. La France qu’on aimait est bel et bien morte.

    • : zeev sternhell
      dans folio-histoire
      * la droite révolutionnaire 1885-1974. les origines françaises du fascisme, n°85
      * les anti-lumières. du xviii siècle à la guerre froide, n°176

      chez fayard
      * la droite révolutionnaire, les origines françaises du fascisme. nouvelle édition augmmentée
      * maurice baeeès, et le nationalisme français
      * ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en france

      : fabrice d’almeida
      chez perrin
      * la vie mondaine sous le nazisme

  3. Je ne veux pas joué les paranos mais hélas quand on entends des propos tels que c’est Polanski qu’on aurait dû gâzer. Cela s’appelle de l’antisémitisme
    C’est le juif Polanski que les Foresti et Daroussin ont voulu boycotter.
    Non mais avez vous vu la bande annonce de cette cérémonie des César?
    Foresti y est d’une vulgarité. Mais bon…
    Bravo à Jean Dujardin toujours aussi élégant.
    ROSA

  4. Ne pourrait on pas faire une petition en faveur de Polinsky .car il me semble plus que probable que cet haine et cet acharnement médiatique sont surtout motivés par de l antisemitisme

  5. Si le Monde ne sombre pas définitivement dans le chaos ….Ce qui vu les dérives écœurantes en tous genres ne nous permettent pas de nous ôter cette crainte…

    Alors avec le temps, le bon sens est obligé de revenir, car sans bon sens et logique aucune Société ne peut survivre.

    Et alors, cet épisode ignoble, cette chasse à courre envers un homme qui dure depuis 40 ans, alors même que la victime a pardonné et qu’aucune partie Civile n’est plus là qui justifierait de l’accuser encore et le condamner…

    Alors la lumière reviendra ! Et cette lumière sera éblouissante, éclairante et tellement crue, qu’elle rejaillira sur cette vile meute tous les jours plus nombreuse, tous les jours plus veule, tous les jours plus lâche, sordide et opportuniste…

    Non pour demander Justice, car Polansky a déjà largement payé son crime…
    Non ! Opportuniste car ces gens ont trouvé dans cette affaire une nouvelle occasion d’exprimer leur antisémitisme.

    Polansky = Dreyfus !

  6. Il faut une sacrée dose d’optimisme pour espérer un rayon de lumière dans cet obscurantisme! La chasse à courre est vilipendée contre les animaux mais encouragée envers les hommes !!

  7. On attend que le parquet poursuive les deux charmantes demoiselles qui réclament le gazage de Polanski. Elles devraient être facilement identifiables grâce à la photo. Mais je crains que nous n’attendions fort longtemps…
    À Roman Polanski : merci pour votre talent, votre endurance, votre exemple !
    Laurent Wagner

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*