Latifa Ibn Ziaten honorée à Washington

Latifa Ibn Ziaten, la mère d’un militaire français assassiné en 2012 par le jihadiste Mohamed Merah, a reçu de la diplomatie américaine un prix rendant hommage à son travail sur le dialogue interreligieux, un symbole fort pour cette femme qui refuse de “céder à la peur” des attentats. Aux côtés de treize femmes de toutes nationalités, Mme Ibn Ziaten était la seule Française a recevoir mardi à Washington le prix de “femme courageuse” après quatre années passées à sillonner son pays pour promouvoir le vivre-ensemble. Celle qui avait juré “Plus jamais Merah!” en fondant son association en avril 2012, est forcée de reconnaître qu'”avec ce qui ce passe aujourd’hui malheureusement, il y a un travail énorme à faire”.

latifa ibn
“Il ne faut pas céder à la peur, si on a peur on n’avancera pas, c’est ça que veulent les terroristes, quand on aura peur, eux ils gagneront du terrain”, a-t-elle déclaré dans un entretien à l’AFP, dans la capitale fédérale après avoir reçu son prix. Sa réponse aux attentats qui ont touché la France en janvier puis en novembre 2015 est la même qu’après la mort de son fils: le dialogue et la compassion. “Il faut ouvrir les cités, ces ghettos, il faut promouvoir la mixité dans les établissements scolaires, l’égalité des chances, il faut écouter les jeunes quand ils parlent. (…) Certains jeunes, quand ils disent +la République nous a oubliés+, c’est quand même qu’il y a un malaise”, a-t-elle relevé.

Latifa Ibn Ziaten témoigne dans les écoles et les prisons et anime une association qui porte le nom de son fils, Imad Ibn Ziaten, soldat abattu le 11 mars 2012 par Mohamed Merah. Peu après, le jihadiste tuait deux autres militaires et quatre personnes, dont trois enfants dans une école juive de Toulouse, plongeant la France dans l’effroi.

Elle a “pardonné”

“J’ai dissuadé trois jeunes de partir en Syrie, je travaille avec des jeunes filles qui sont converties, je travaille avec beaucoup de parents qui sont en difficulté”, a énuméré cette mère d’origine marocaine récemment décorée de la Légion d’honneur. Au rang de ses actions, Mme Ibn Ziaten a accompagné une quinzaine d’adolescents du département du Val-d’Oise dans un voyage en Israël et dans les Territoires palestiniens pour en faire des “ambassadeurs de paix”.

Pour lire la suite, cliquer sur le lien :

http://www.parismatch.com/Actu/International/Latifa-Ibn-Ziaten-la-mere-d-une-victime-de-Merah-honoree-a-Washington-937957?xtor=CS2-14

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. La République ne les a pas oublié, c’est surtout que cette immigration maghrébine a été beaucoup trop importante pour bien réussir leur intégration et la République s’est trouvée débordée par le nombre. Négliger la démographie dans cette affaire a été une erreur grave dont nous payons aujourd’hui les conséquences. Passer de milliers à des millions en si peu de temps ne pouvait que conduire à la catastrophe.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*