Antoine Desjardins. Statues de la Vierge, laïcité, islam…

La nef de l’église du Cœur-Immaculé-de-Marie  à Suresnes

Le catholicisme ne devrait pas avoir en France le même statut que l’islam tout simplement parce que le catholicisme fait partie de notre “substrat culturel”.

Combien de fois faudra t-il le répéter aux sinistres laïcards déboulonnerurs ?

Si un maximalisme égalitaire hors-sol et abstrait vous fait me rétorquer qu’il s’agit d’une “discrimination” de l’islam par favoritisme à l’égard de la christiannité, je réponds oui .

Discrimination non pas de citoyens musulmans mais discrimination naturelle et fondée en raison d’une religion, liée à une civilisation respectable mais hétérogène à la France car relevant d’une aire civilisationnelle distincte.

Il faut (aurait fallu…) maintenir en lisière l’expression de l’islam dans l’espace public, pour des raisons de laïcité mais “aussi” par souci légitime de préserver notre identité.

L’islam doit demeurer minoritaire et en position d’invité

L’islam doit demeurer minoritaire et en position d’invité.

Quant au catholicisme, certes soumis aux grands principes de la laïcité, il doit pouvoir désormais, en sa dimension culturelle, jouir d’un esprit de conservation collectif et d’une amitié bienveillante, quasiment nostalgique.

Il me semble que la laïcité doit pouvoir montrer plus de bonhomie à présent que cette religion est devenue, notamment avec ses églises et ses monuments, un “trésor national” à maintenir. Que l’on songe aux efforts collectifs pour restaurer Notre Dame qui appartient à tout le monde

Une culture, un mode de vie et une civilisation ne se défendent de l’entropie, c’est-à-dire aussi de la disparition, que par la discrimination régulée et intelligente de ce qui constitue son extérieur.

Pas de moi, dit la France, sans un non-moi.

La France n’est pas l’Angleterre ni l’Allemagne ( qui sont des “personnages” bien différents) mais elle est encore moins une terre d’islam. Son génie et sa personnalité, son histoire, nous commandent de le réaffirmer.

Il ne s’agit nullement de défendre la “religion” catholique et encore moins ses menées d’empiètement ( s’il y en a encore !…) sur la sphère publique, qui doit demeurer laïque : il s’agit de faire droit à la “culture” catholique qui au même titre que La Fontaine, Molière et même le Camembert fait partie intégrante de notre patrimoine.

Aux laïcards socialistes, il serait bon de rappeler d’ailleurs, comme l’avaient vu Nietzsche et beaucoup d’autres, que les idéologies socialistes ne sont probablement que des laïcisations des valeurs profondes du christianisme. Il s’agit de sauver l’humanité souffrante et d’offrir le progrès, l’égalité , la fin des oppression comme mirage paradisiaque.

Ayant cessé d’être virulent et agressif, voire hégémonique (comme peut l’être l’islam qui, lui, est politique par essence alors que notre laïcité est programmée par l’Église) le catholicisme, en principe politiquement dégriffé, n’est plus une menace pour la Cité.

Il fait partie de notre histoire la plus profonde et la plus charnelle. Il convient à ce titre que lui soit donnée une position privilégiée.

De même que la Libre pensée ou les Lumières nous sont consubstantielles , de même la mythologie chrétienne et la Légende du Christ ( comme disait le philosophe Alain) nous traversent et nous font être, corps et esprit, ce que nous sommes.

Aussi suis-je d’accord avec Elisabeth Lévy entendue ce matin sur Cnews : “Moi qui ne suis pas catholique, quand je vois des églises et des statues de la Vierge Marie, je sais que je suis dans mon pays la France”…

© Antoine Desjardins

Professeur de Littérature, Antoine Desjardins est co-auteur de “Sauver les lettres – Des professeurs accusent” (Editions Textuel). Membre du Comité Les Orwelliens, il écrit dans le Figaro Vox, Marianne, Causeur.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

6 Comments

  1. Églises et statues (Vierge, Saint-Michel) ne sont plus depuis bien longtemps synonymes de prosélytisme catholique, ils font partie du paysage française. Elisabeth Lévy l’a très bien formulé, avec cœur, celui d’une Française juive aimant son pays. La Reine de Cœur Élisabeth devrait essayer d’expliquer cela à la Dame de pique Bachelot qui veut froidement raser des églises dont les cloches ont si longtemps rythmé la vie des Français. Il me semble qu’il doit être possible à tous les Français de le comprendre et de l’admettre, quelle que soit leur religion (ou leur non-religion).

    • Dans mon précédent commentaire, j’ai trouvé amusant d’utiliser les symboles que sont la Dame de Pique et la Reine de cœur pour désigner Bachelot et Elisabeth Lévy. Ils s’avèrent ici assez appropriés à mon avis. Mais cela nécessite certainement une explication.
      La dame de pique (Bachelot)
      Dans le jeu de cartes qu’utilisent les cartomanciennes, la dame de pique représente une femme âgée généralement annonciatrice d’événements malheureux (raser les églises par exemple)
      La reine de cœur (Élisabeth Lévy)
      Femme chaleureuse, la Reine de cœur est quelqu’un qui sait maîtriser ses émotions. Elle est intuitive, créative et compatissante. Comme Elisabeth Lévy, bien sûr 😉
      Je ne suis pas cartomancienne mais je connaissais cette signification.

    • Bachelot ???
      Est elle au moins bachelière pour méconnaître ou rejeter avec dédain l’histoire Chrétienne de son pays ???
      Ai-je dis “son” pays ?
      C’était probablement une grossière erreur de ma part…
      Je m’en excuse auprès d’elle, car au fond elle ne doit pas se sentir fière d’être française…l’ex Ministre, aujourd’hui dans le show biz ou autres activités qui flattent en permanence son Ego surdimentionné…

  2. “Le catholicisme ne devrait pas avoir en France le même statut que l’islam tout simplement parce que le catholicisme fait partie de notre “substrat culturel”. Cela semble tellement évident que cela ne devrait même pas devoir à être dit. Ce serait, d’ailleurs, aux aux musulmans de le reconnaître. Il y a une indécence, voire une agressivité, à leur antienne “nous sommes la deuxième religion “de” France”. En France et non de France. Avant leur arrivée, on ne savait pas quelle était la deuxième religion en France. Soupe qui leur a d’ailleurs été servi par des chrétiens sortis de l’Eglise pour créer des associations qui, comme les Eglises, ont leur dogmes et catéchismes. Exigences de visibilité que n’ont pas les autres religions. Petite précision, il est préférable de parler de christianisme que de catholicisme. Le christianisme est une religion. Le catholicisme est une Eglise. Certains pourraient penser que, si l’islam est la deuxième religion, le protestantisme et l’orthodoxie seraient troisième et quatrième religions. En tant que chrétiens (tous ceux qui crient en Christ sont chrétiens et peu importe leur chapelle), protestants et orthodoxes font partie de la première religion de France, avec les catholiques et devant les musulmans qui aimeraient les mettre derrière eux!!!!!

  3. Le Catholicisme “ayant cessé d’être virulent et agressiF”, Oui… “en principe politiquement dégriffé”, Oui… Mais “notre laïcité est programmée par l’église”, Non… Elle l’accepte aujourd’hui, mais en 1905, c’était l’hostilité farouche. Et notre laïcité que personne ne comprend, pas plus les Musulmans que les autres Chrétiens occidentaux, eh bien nous la devons à l’église catholique et à son fanatisme. Dans toute l’Europe, les Lumières ont été piétistes ou déistes… Sauf en France, où elles sont été athées. Tous les philosophes et encyclopédistes sauf un (Jean-Jacques Rousseau) l’étaient. Et leurs motivations principales étaient les excès du catholicisme (Affaire Calas, du Dreyfus avant la lettres, des pasteurs protestants pendus en 1762,… Et notre laïcité s’est construite aux cris de “écrasons l’infâme”, “le cléricalisme voilà l’ennemi”. Et je pense que nous en souffrons encore aujourd’hui. Comme le dit Eric Zemmour (c’est bien là mon seul point d’accord avec lui…) : “…c’est le catholicisme qui a fait la France…” Je dis OUI.. HELAS…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*