Quand leur mère n’est pas juive : « Population juive élargie »

Ils ne sont pas “les autres” – ils font partie de nous.
Je suis heureux que l’Etat d’Israël ait accepté d’accorder le statut de population juive aux immigrants qui s’identifient comme juifs, bien que leur mère ne soient pas juive et ainsi en élargir l’éventail.

Parmi les segments de la société israélienne qui sont largement connus, habite une population plus petite qui ressemble et agit ostensiblement comme tout le monde – ses membres paient des impôts et servent à la défense du pays. Cependant, ils sont exclus des aspects clés de la société israélienne, dans une « altérité » des personnes qui doit prendre fin.

L’État d’Israël abrite de nombreux citoyens qui se considèrent comme juifs, mais qui ne sont pas considérés comme juifs par la loi juive (halakhah), et ont donc toujours été officiellement désignés “Autre” par le Bureau central des statistiques (CBS). Plus précisément, la grande majorité de ce groupe démographique est née d’un père juif, mais pas d’une mère juive. Bien sûr, les Israéliens arabes et druzes ont leur propre identité mais cette population n’est pas non plus arabe ou druze. En effet, ses membres tombent trop souvent entre les mailles du filet.

La question de savoir comment se comporter avec ceux qui ont une ascendance juive et veulent faire partie du peuple d’Israël, alors qu’ils ne sont pas juifs halakhiquement, n’est pas nouvelle. Au XVIe siècle, le rabbin Moshe Isserles, une figure majeure du monde de la loi juive, a émis l’hypothèse qu’un fils né d’une mère non juive et d’un père juif pouvait être considéré comme « rabbiniquement juif », même si les rabbins pensaient qu’une telle personne n’était pas Juif selon la Torah elle-même. Plus récemment, le rabbin Benzion Uziel, le premier grand rabbin séfarade de l’État d’Israël, a soutenu que ceux qui n’étaient juifs que par “ascendance patrilinéaire” devraient être acceptés pour un processus de conversion rationalisé, les accélérant essentiellement pour rejoindre la société juive israélienne. comme membres à part entière. À l’époque actuelle, de nombreux immigrants israéliens de l’ex-Union soviétique sont nés de pères juifs et de mères non juives. Dans leur pays d’origine, ils se sont identifiés et ont été identifiés comme juifs, et pas toujours dans le bon sens. Beaucoup ont seulement découvert qu’ils n’étaient pas considérés comme pleinement juifs à leur arrivée en Israël.

Contrairement à l’opinion populaire, la majorité de cette population n’est pas venue en Israël uniquement pour des raisons économiques. Beaucoup avaient d’autres possibilités , que ce soit en Allemagne, au Canada ou dans d’autres endroits qui accueillent des Juifs de l’ex-Union soviétique. Ils sont venus en Israël parce qu’ils ont ressenti l’attraction de l’État juif, tout comme des millions d’autres depuis sa création.

En raison de leur forte identité juive, nous devons trouver un langage qui embrasse et incorpore ces personnes, et qui leur fasse comprendre qu’Israël les inclut dans la nation juive, même s’ils ne sont pas, avant la conversion formelle, pleinement reconnus comme juifs. Ce sont nos partenaires, et nous devrions utiliser un langage positif et inclusif plutôt qu’un langage d’exclusion.

Je suis donc ravi que la CBS ait déclaré qu’elle mettra fin à l’utilisation du terme qui a été utilisé pour cette population, “Autre”, et créera une nouvelle catégorie de “Population juive élargie”. En tant qu’État juif, nous voulons naturellement que l’identité de ces personnes soit liée à notre identité nationale.

Nous devons aussi regarder vers l’avenir. Le dernier grand réservoir d’alyah potentielle se trouve en Amérique du Nord. Dans le cas où un nombre croissant de Nord-Américains chercheraient à faire leur alyah, Israël verra sûrement un afflux de ceux qui se sont mariés ou qui sont les enfants de mariages mixtes. Comme les statistiques le montrent très clairement, la majorité des Juifs aujourd’hui et l’écrasante majorité des Juifs à l’avenir, n’épouseront pas d’autres Juifs.

Alors que nous espérons que les communautés juives continueront de prospérer dans le monde, Israël gardera toujours ses portes ouvertes pour l’alyah, et cela signifie que nous devons faire face à cette réalité des mariages mixtes et être plus inclusifs, afin que les partenaires non juifs et les enfants de ces mariages puissent faire partie de l’État juif. Peut-être que les mesures que nous prenons actuellement en Israël ouvriront une nouvelle discussion sur cette question dans la diaspora. En tant que Juif orthodoxe, je suis fortement en faveur du mariage intra-juif, mais en tant que politicien, c’est mon travail de trouver des solutions aux défis – et de ne pas les ignorer dans l’espoir qu’ils disparaîtront.

Nous voulons aider tous ceux qui cherchent à se convertir, mais même si ceux d’ascendance patrilinéaire ne veulent pas le faire, nous devons leur faire sentir qu’ils ont un lien avec la majorité nationale et les piliers fondateurs de notre État juif et démocratique. Nous voulons qu’ils soient fiers de notre drapeau national avec son étoile de David et ses rayures bleu azur, du symbole national de la menorah et de l’hymne national qui parle de “l’âme juive”. Nous devons absolument trouver une solution pour ceux qui ne sont pas juifs, tels que définis par la loi juive, et qui sont pourtant éligibles pour faire leur alyah en vertu de la loi du retour.

Pour que cela se produise, nous devons employer un langage différent qui donne aux personnes d’ascendance patrilinéaire le sentiment d’être la famille élargie du reste du peuple juif. Ce sont nos amis, nos camarades de Tsahal, nos collègues et des gens que nous voyons tous les jours. Ils représentent environ cinq pour cent de la population et contribuent dans tous les domaines au développement, au progrès et à l’épanouissement de notre nation.

Changer la désignation de ces personnes de « Autre » à « Population juive élargie » dans le Bureau central des statistiques est la première étape nécessaire pour accroître leur sentiment d’inclusion.

Source : Linda Pardes Friedburg -TOI

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

8 Comments

  1. Je suis d’ascendance juive patrilinéaire et je me suis toujours sentie juive. Ma famille en Israël m’a toujours reçue avec les mots »tu es chez toi »
    C’est une bonne décision et qui conforte mon idée de ce qui se joue aujourd’hui en France : c’est le moment de « groupir »

  2. Primo : » pourquoi population juive élargie « il me semble que c’est dégradant, ils sont juifs point.
    Secundo : pour mon information quelqu’un peut me dire ou dans la loi juive (halakhah) la judéité est transmis par la mère.
    Merci.

    • Deux explications ont généralement cours : la patrilinéarité existait du temps du Temple. Mais l’homme serait jugé comme volage, pouvant faire planer le doute sur l’origine de l’enfant de la femme.
      Plus grave, en périodes de persécutions (on pense aux cosaques en Pologne, à l’esclavage sur les mers barbaresques), seule la mère devient fiable et son enfant ne peut pas être celui de quelqu’un d’autre…
      Cela mérite de creuser la question, puisque la transmission du sang, mais aussi du lait, “donc” de l’éducation instinctuelle avant celle du maître spirituel, est transmise par la mère. On parle de transmission de la Torah à l’enfant dès la vie intra-utérine… Il peut donc y avoir des raisons anthropologiques et religieuses à ce choix, qui n’est as nécessairement imposé par l’infidélité des hommes ou le viol des femmes…

      • ET le viol des femmes surtout ! La femme violée protégeait ainsi l’enfant qu’elle portait dans son ventre, pouvait peut-être mieux surmonter l’horreur du viol et assurait ainsi la survie … du peuple juif

    • Dans le récit biblique, c’est le père qui donne le caractère juif à l’enfant. Plus précisément, tout le travail d’Abraham, a été de convertir le maximum de personnes au monothéisme. L’incroyable folie de nos rabbins A conduit à ce que le peuple qui a créé le monothéisme est aujourd’hui le peuple le moins important du monde. Comment pouvons-nous accepter cela ? Un manager qui se trompe, doit être licencié. C’est mon opinion.

  3. Pour les karaites c’est le père qui transmet la judéité. 40 % de la population juive mondiale du 9 au 11 ème siècle. Ils ont conservé les traditions juives .

  4. Et quand est-il de celui ou celle qui a une infime judéité issue de son arrière grand-mère non juive enfantant d’une fille, fruit d’une courte liaison hors mariage religieux et civil avec un homme juif ?

1 Trackback / Pingback

  1. Quand leur mère n’est pas juive : « Population juive élargie » - Citron IL

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*