Sandrine Rousseau s’auto-flagelle : « Je suis bourgeoise et blanche et cela me permet d’avoir des privilèges »

Dans un vif échange sur La Chaîne parlementaire (LCP), Sandrine Rousseau et Fatiha Agag-Boudjahlat sont revenues sur la campagne pro-hijab du Conseil de l’Europe. Une « manière de dire que l’on peut s’habiller comme on veut en Europe » selon la première ; une campagne orwellienne qui contribue à normaliser une pratique « patriarcale, rétrograde et sexiste » selon la seconde.

Sandrine Rousseau © ISA HARSIN/SIPA

Depuis leur échange sur LCP, jeudi 4 novembre, Sandrine Rousseau, ex-candidate à la primaire écologiste, et Fatiha Agag-Boudjahlat, essayiste, s’écharpent sur les réseaux sociaux. Ces dernières étaient invitées à réagir à la campagne pro-hijab du Conseil de l’Europe. « On a utilisé de l’argent public pour financer une campagne complètement orwellienne qui […] brasse les éléments de communication girly et les éléments de langage des islamistes », a estimé et Fatiha Agag-Boudjahlat. L’auteur de Combattre le voilement estime qu’une telle campagne contribue à « normaliser une pratique qui reste patriarcale, rétrograde et sexiste ».

« Il y a aussi d’autres sociétés non-blanches où le patriarcat existe »

La militante féministe a par ailleurs invité « les personnes qui adorent critiquer le patriarcat blanc à déconstruire leurs privilèges de bourgeoise blanche ». « Il y a aussi d’autres sociétés non-blanches où le patriarcat existe. La religion, ce n’est pas l’identité irréductible des femmes, c’est un choix et le degré de pratique religieuse est un autre choix », assène-t-elle enfin. De quoi faire bondir Sandrine Rousseau. « Cela me désespère que la manière dont les femmes s’habillent soit encore un sujet », lui a répondu la militante écoféministe, ne comprenant manifestement pas le propos de Fatiha Agag-Boudjahlat.

Aussi Sandrine Rousseau a-t-elle réussi à sortir de son chapeau une énième élucubration dont elle seule a le secret. Elle reconnaît que « les trois grandes religions sont patriarcales » mais maintient que le hijab est un « embellissement ». « Je suis en effet bourgeoise et blanche et cela me permet d’avoir des privilèges » a écrit, le lendemain sur Twitter, la conseillère discrimination du candidat écologiste à l’élection présidentielle Yannick Jadot. « J’ai une carte fidélité Lidl Plus. Et cela me permet d’avoir des privilèges », a ensuite ironisé le compte parodique de la vice-présidente de l’université de Lille.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

3 Comments

  1. Bourgeoise , blanche et c…e ! Quand on imagine que cette debile profonde est enseignante et vice presidente d université , ça fait tres peur 🥵

  2. Nous sommes ravis d’apprendre, Madame Sandrine Rousseau, que vous êtes bourgeoise et blanche, et si cela vous permet d’avoir des privilèges, tant mieux pour vous. Arrêtez donc de vous auto-flageller et vivez votre vie comme vous l’entendez tout en respectant les lois en cours, personne ne vous en voudra.
    Si d’aventure vous êtes molestée à cause des deux états de fait qui vous particularisent, défendez-vous comme il se doit, en gardant votre honneur.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*