Ghriba de Djerba : comment se tirer une balle dans le pied

En mai, si la situation sanitaire le permet, il y aura à Djerba le pèlerinage de la Ghriba.

Comme tous les ans, la très vieille synagogue de l’île de Djerba devrait accueillir les fidèles et les touristes.

La Grhiba, « L’Etrangére » construite plusieurs siècles avant l’ère chrétienne par les juifs fuyant Nabuchodonosor ? ou alors plusieurs siècles après par les juifs fuyant l’oppression de Titus ?

Salle de prière de la synagogue de la Ghriba./Wikipédia

En tout cas, vieille dame qui se porte très bien : il y a une communauté d’un millier de juifs qui vivent autour d’elle à la Hara Srira ou à la Hara Kebira. Ils sont artisans ou petits commerçants et leur installation est bien antérieure à celle des arabes.

Chaque année le pèlerinage donne le départ de la saison touristique et surtout un aperçu du succès qu’elle rencontrera en fonction de la situation politique et économique du pays et du tourisme méditerranéen.

Tous les ans il y a des touristes juifs qui viennent de France, d’Israël ou d’ailleurs pour allumer des cierges, écouter les vieux rabbins psalmodier, déposer des œufs durs dans un sous sol pour obtenir que leurs filles trouvent mari plus rapidement… c’est attendrissant de piété naïve et tout le monde suit les sefers Torah que l’on promène autour de la synagogue dans un concert de youyous et d’applaudissements. Les policiers et les gendarmes tunisiens veillent à la sécurité et postent même des tireurs d’élite.

A Djerba, il n’y a rien d’autre à visiter quand on a fini de traîner dans le souk ou de rendre visite aux potiers de Guellala.

Une très vieille synagogue demeurée intacte et active montre au monde que la Tunisie respecte la religion et les religions. C’est très positif et très productif.

Pourtant… pourtant, les autorités de l’île ont décidé de planter un poteau d’indication à l’un des carrefours. Son utilité : aucune ! Il dit que Al Qods c’est à dire Jérusalem est à droite au bout de 3090 km !

Manière d’indiquer aux touristes et aux juifs que la religion vraie se trouve beaucoup plus loin. Manière d’indiquer aux électeurs tunisiens que le respect montré aux juifs et à leur synagogue n’est que chiqué dans un but commercial !

Dommage ! C’est se tirer une balle dans le pied que de gâcher les quelques atouts encore présentables !

Mais quand donc les Tunisiens qui ont su chasser un despote, deviendront -ils majeurs ?

André Simon Mamou

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. « ….les Tunisiens qui ont su chasser un despote… » ?
    Ils n’ont rien su qui vaille. Ils sont, en silence, nostalgiques du « despote » et se rendent bien compte de la dégradation de leur pays depuis son départ.

    Cela dit, le détail le plus intéressant de ce poteau d’indication a échappé à l’auteur de l’article.
    Al Qods, à savoir Jérusalem, se trouve, à en juger d’après le drapeau peint, en Palestine.

    • Quand on écrit Al Qods tout le monde comprend qu’il s’agit de Jérusalem pour les palestiniens et tous connaissent leur drapeau sans qu’il faille le souligner . Enfin les Tunisiens ont bien chassé Zaba, Zine Abedin Ben Ali, du pouvoir car ils avaient honte d’être dirigés par un despote qui accumulait des richesses pour lui et sa famille . Ils regrettent la petite prospérité créée par le tourisme . Même si ce sont eux qui l’ont détruite en se positionnant comme anti israéliens intransigeants … alors qu’ils ne le sont pas réellement mais ils ont fait un choix politique désastreux qui les conduira à l’échec puis à la révolte !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*