Benoît Zagdoun. Mort de George Floyd : dix “fake news” tournent sur les réseaux sociaux

Un McDonald’s incendié, la capitale en plein “black-out”, des manifestants payés, des policiers casseurs… Un nombre considérable d’infox est diffusé depuis la mort de George Floyd aux Etats-Unis. La cellule #VraiOuFake de France Info a vérifié tout ça.

Une scène de la série \"Designated Survivor\" a été utilisée pour illustrer un soi-disant \"black-out\" de Washington.
Une scène de la série “Designated Survivor” a été utilisée pour illustrer un soi-disant “black-out” de Washington. (NETFLIX)

Des événements propices aux rumeurs les plus folles. Depuis la mort de George Floyd, cet Afro-Américain qui a perdu la vie lors de son arrestation par un policier blanc il y a une semaine à Minneapolis, dans le Minnesota, les réseaux sociaux sont inondés de photos et de vidéos de manifestations et d’émeutes.

A ce flot d’images souvent saisissantes en provenance des Etats-Unis se mêlent aussi de nombreux clichés trafiqués et séquences détournées, parfois pour faire sourire, mais souvent pour nuire. Voici quelques-unes de ces intox, repérées par France Info.

1 Un McDonald’s incendié

La photo d’un fast-food McDonald’s ravagé par les flammes circule sur les réseaux sociaux depuis jeudi 28 mai. Alors que de nombreux magasins ont été pillés à Minneapolis ces derniers jours, ce cliché sous-entend qu’il faisait partie des enseignes visées. 

Cet incendie a bien eu lieu, mais en novembre 2016 à Lebanon, en Pennsylvanie, comme le signale le site américain Snopes, spécialisé dans la lutte contre les fausses informations. Le sinistre avait été provoqué par un incident en cuisine : de la graisse avait pris feu. La photo a été détournée par un compte Twitter baptisé Breaking911 qui parodiait un compte du même nom relayant des informations. Le compte parodique a depuis été suspendu par Twitter.

2 Un enfant enrôlé comme soldat à Atlanta

Vidéo à l’appui, un internaute affirme, samedi 30 mai, que les troupes qui protègent un centre commercial d’Atlanta comptent dans leurs rangs un enfant soldat. Les images montrent un militaire nettement plus petit que les autres, derrière son bouclier anti-émeute.

La police d’Atlanta a confirmé à Snopes que cette personne était bien membre de la garde nationale stationnée en Géorgie, une force de l’armée américaine composée de réservistes. Comme la police d’Atlanta, la garde nationale de Géorgie assure que seuls des combattants adultes apparaissent sur la vidéo. Son porte-parole a démenti la rumeur d’un enfant soldat. La garde nationale de Géorgie rappelle qu’il faut avoir 18 ans pour intégrer l’unité ou au moins 17 ans si les parents donnent leur accord. Ni la police d’Atlanta ni la garde nationale n’ont apporté d’autres informations sur le soldat de petite taille filmé dans la vidéo.

Comme l’indiquent le site de la garde nationale, le site Military, destiné aux militaires américains, et le site Operation Military Kids, qui informe les jeunes souhaitant s’engager, la taille minimale pour intégrer l’armée américaine – donc la garde nationale – est de 1,52 m pour les hommes et de 1,47 m pour les femmes. Il est donc possible de porter l’uniforme de la garde nationale en étant d’une taille nettement inférieure à la moyenne.

L’impression que le réserviste filmé est de petite taille est renforcée par une illusion d’optique, résultant de la manière dont le cordon de soldats est aligné. Certains militaires sont en effet surélevés sur un trottoir, quand d’autres sont postés sur la chaussée.

3 Un vol de distributeur de billets

La vidéo d’un homme tentant d’emporter un distributeur automatique de billets avant de monter dans un bus avec son butin a été abondamment partagée sur les réseaux sociaux, certains internautes y voyant la preuve que les manifestations dégénéraient. La vidéo a en fait été tournée à Newark, dans le New Jersey, en 2019. Le vol était mis en scène par un comédien dans le cadre d’une caméra cachée, relate BuzzFeed.

4 Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd portant une casquette pro-Trump

A gauche, la photo du policier Derek Chauvin écrasant de son genou le cou de George Floyd. A droite, celle d’un homme portant une casquette rouge ornée du slogan présidentiel de Donald Trump, “Make America Great Again”, et présenté comme étant Derek Chauvin. Ce photomontage a été partagé sur les réseaux sociaux, notamment par un influent prélat pentecôtiste afro-américain, Talbert Swan.  

Mais l’homme au couvre-chef pro-Trump n’est pas Derek Chauvin. Il se nomme Jonathan Riches, indique le site Snopes, qui l’a retrouvé. Ce partisan de Donald Trump, passé par la case prison fédérale, s’est bâti une solide réputation de troll sur les réseaux sociaux et d’homme procédurier devant les tribunaux.

5 Un agent du FBI arrêté par erreur

La vidéo a été vue par des millions d’internautes depuis sa diffusion dimanche 31 mai. A la nuit tombée, deux policiers blancs s’approchent d’un homme noir assis sur un banc public. Ils le menottent, fouillent ses poches, contrôlent ses papiers d’identité et, réalisant leur erreur, le libèrent. Les internautes qui partagent la séquence l’assurent : l’homme interpellé est un agent du FBI.

La vidéo a d’abord été mise en ligne sur un compte Instagram, avec une mention précisant qu’elle datait de 2019, indique Snopes. Elle n’y est plus visible depuis. Mais elle s’est entre-temps propagée sur Twitter et sur YouTube, où elle a été détournée. La police de Rochester, dans le Minnesota, a donné sa version des faits dans dans un communiqué. La vidéo a été tournée en juin 2019, et les policiers croyaient avoir reconnu un suspect recherché pour agression. L’homme assis sur le banc avait l’âge et la corpulence correspondants. En consultant ses papiers, les policiers ont compris qu’ils s’étaient trompés et ont relâché l’homme. Celui-ci n’était pas un agent du FBI, assure la police de Rochester.

6 Washington plongé dans le noir

Dans la nuit, un brasier illumine Washington. Ce cliché détourné a été énormément partagé sur les réseaux sociaux, lundi 1er juin, accompagné du hashtag #DCBlackOut, utilisé par des internautes clamant à tort que la capitale américaine était plongée dans le noir après les manifestations.

Cette image est en réalité tirée de la série américaine Designated Survivor, diffusée sur Netflix et dans laquelle Kiefer Sutherland joue un membre de l’administration américaine nommé président après qu’une attaque terroriste a décimé la Maison Blanche. On retrouve le cliché en illustration d’un site de fans du show.

7 Une girafe en vadrouille dans le Minnesota

“Il y a une p*** de girafe en cavale dans le Minnesota”, lance un internaute rigolard, vendredi 29 mai. Le tweet est accompagné de captures d’écran de messages montrant une girafe en train de déambuler au milieu d’une file de voitures.

Les deux photos ont beaucoup tourné sur les réseaux sociaux. Elles n’ont pourtant pas été prises dans le Minnesota pendant les manifestations, signale Snopes. La première est une photo détournée, la seconde une capture d’écran d’une vidéo. Toutes deux sont sur internet depuis 2012.

8 Des policiers qui détruisent leur propre voiture à Boston

Dans la nuit du dimanche 30 au lundi 1er juin, à Boston, des policiers semblent s’acharner sur le pare-brise d’une voiture de patrouille arrêtée en pleine rue. Des manifestants les regardent faire. L’homme qui filme la scène en la pointant du doigt accuse les policiers de vouloir endommager leur propre véhicule pour faire passer les manifestants pour des émeutiers.

Mais une autre vidéo vient démentir cette version des faits. Elle a été filmée un peu plus tôt. La voiture de police est assaillie par des manifestants qui sautent à pieds joints sur son capot, son pare-brise et son toit. Une fois les casseurs partis, les policiers tentent en réalité de retirer comme ils le peuvent leur pare-brise détruit.

9 Des émeutiers payés par George Soros

“Soyez payé pour être un anarchiste professionnel !” Le tract, illustré d’une célèbre œuvre du street-artist britannique Banksy, promet 200 dollars de salaire. Les volontaires sont priés de se faire connaître à l’Open Society Foundations, financée par le milliardaire philanthrope George Soros, figure honnie de la droite américaine et des complotistes. La photo de cette publicité de rue circule sur les réseaux sociaux.

L’adresse mail et le numéro de téléphone du Parti démocrate du comté de Thurston (Etat du Washington) figurent également sur le tract. Les démocrates de cette région du nord-ouest des Etats-Unis ont démenti cette intox sur leur page Facebook. 

La thèse d’un financement des manifestations par George Soros est également défendue par l’égérie républicaine Candace Owens sur son compte Twitter. L’Open Society Foundations lui a répondu dans un tweet pour dénoncer ces “allégations infondées”. L’organisation se dit “opposée à toute violence” et assure qu’elle “ne paie pas les gens pour manifester”.

Cette théorie avait déjà été défendue en 2015 lors des émeutes de Ferguson et des débuts du mouvement Black Lives Matter. A l’époque, Snopes n’avait trouvé aucune preuve corroborant ces allégations. Il n’y en a pas plus aujourd’hui, souligne PolitiFact.

10 Une image d’un film de zombies à la télévision

La chaîne américaine MSNBC s’est-elle servie d’images tirées du film de zombies World War Z pour décrire une situation apocalyptique à Philadelphie ? Sur Twitter, de nombreux internautes se sont indignés de ce soi-disant subterfuge, lundi 1er juin, en juxtaposant une capture d’écran de la bande-annonce du film et une capture d’écran de ce qu’ils pensaient être un extrait de la chaîne d’information en continu, relève BuzzFeed.

L’image était en fait un détournement, réalisé par un certain Bad Scooter. Il fallait regarder attentivement le coin inférieur droit pour apercevoir sa signature, accompagnée de la mention “pas réel”. Bad Scooter a fait amende honorable sur Twitter. “Cela a rapidement dégénéré”, écrit-il, ajoutant : “J’ai considérablement sous-estimé Twitter, beaucoup l’ont souligné, certains ont prétendu que c’était ‘réel’ – c’était stupide de ma part. Je m’excuse.”

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

3 Comments

  1. La mort de George Loyd est totalement instrumentalisée par les suprémacistes noirs aux USA et par les fachos indigénistes en France. On voit même prospérer ce terme immonde de “privilège blanc” qui est le prolongement de celui de “domination juive” des années 30. Un véritable appel au crime.

    • toute injustice finit à cause de la colère, de la souffrance par
      provoquer des dérives. Il en est ainsi du racisme, du sexisme,
      des inégalités sociales. C’est pour cela qu’il faut essayer de
      trouver des solutions au lieu de nier le problème, afin de ne pas
      être tenté par l’extrémisme et qui détruit tout.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*