Raphaël Nisand- La police française c’est la république

L’idéologie « décoloniale » montre chaque jour un peu plus son caractère mortifère. Encore assez peu connue du grand public cette idéologie portée le plus souvent par l’extrême gauche interfère de plus en plus dans le débat public pour s’en prendre ouvertement à la France. Cette semaine c’est l’actrice chanteuse Camélia Jordana qui a tenu des propos inqualifiables lors de l’émission « on n’est pas couché ».

Elle y a déclaré à propos de la police, je la cite : « ils sont censés nous protéger mais il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic et j’en fais partie ». Elle a encore dit « je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau » et Camélia Jordana de conclure « peut-être que si certaines mesures étaient prises plutôt que d’avoir des non-lieux en permanence à chaque fois qu’un homme ou une femme noir ou arabe ou simplement pas blanc … s’il y avait autre chose que des non-lieux en permanence … »

Ces accusations sont de la dynamite pour plusieurs raisons. D’abord il y est question de flic devant des millions de téléspectateurs alors que cette appellation est évidemment péjorative mais c’est là le moindre mal. Les policiers ainsi qualifiés sont accusés de « massacrer » des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue. Un massacre c’est un meurtre collectif et de mémoire récente la police française n’a commis aucun massacre à la différence de bien d’autres polices dans le monde. Il s’agit donc d’une accusation gratuite, diffamatoire, tendant à légitimer les violences qui seront immanquablement faites en retour par les gens qui partagent son opinion et ils sont malheureusement nombreux.

Mais il y a pire. Cette personne usant de sa jeunesse et de son charisme ose dire que le massacre ne se ferait pour nulle autre cause que leur couleur de peau puis d’affirmer que ce sont « des noirs ou des arabes » qui se feraient ainsi tuer. Ces allégations sont aberrantes car ni la police ni la justice ni les institutions républicaines ne véhiculent le racisme. De nombreux policiers sont bien sûrs eux-mêmes noirs ou arabes pour reprendre l’expression de Madame Jordana et ils sont comme leurs collègues « blancs » entre guillemets obligés de se défendre dans l’exercice de leurs fonctions lorsqu’ils sont confrontés à des voyous ou à des bandes.

Il peut bien sûr y avoir dans la police une dérive d’un individu isolé ou même d’un petit groupe mais cela reste totalement isolé et n’a rien à voir avec l’appel à la haine du blanc que véhicule l’idéologie décoloniale.

La police française protège au quotidien la République. Elle défend l’ordre républicain, protège les citoyens, elle est disposée devant églises, synagogues et mosquées pour les protéger, elle intervient en plein acte de terrorisme pour le faire cesser ou pour le prévenir, elle empêche les chauffards de sévir sur les routes… etc. La police interviendra même peut-être pour Madame Jordana si celle-ci se fait agresser ou voler.

Dire qu’elle est là pour s’en prendre aux noirs et aux arabes est une contre vérité scandaleuse. Le ministre de l’intérieur a réagi par un communiqué officiel et on verra bien ce qu’il adviendra des propos de cette dame. Mais ce qui est sûr c’est qu’à l’issue du confinement ces propos nous ramènent à la réalité du monde d’avant et d’une France morcelée si ce n’est fracturée par des gens qui sont à l’opposé du fameux vivre ensemble qui est censé prévaloir en France.

Raphaël Nisand. Chroniqueur sur radio judaïca.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

  1. Une précision.
    L’idéologie décoloniale ou indigéniste : idéologie d’ultra extrême droite qui reprend tous les fondamentaux du nazisme (division du monde en “races” s’affrontant, racisme et antisémitisme, opposition à l’universalisme et a la démocratie, complotisme et réécriture de l’Histoire, opposition à la mixité et au metissage etc…), Le fait que les nazis indigénistes soient liés à des groupuscules et des partis d’extrême gauche OU SUPPOSES TELS prouve tout au plus une convergence des extrêmes. Ce n’est pas un phénomène marginal : c’est même LE nouveau fascisme du vingt et unième siècle, quel que soit le nom qu’on lui donne d’un pays ou d’un continent à l’autre. Les délires racistes pro-indigénistes sont d’ailleurs parfois véhiculés par des médias n’ayant aucune parenté avec l’extrême gauche et même nettement capitalistes voire néolibéraux.

    • Ou de l’apologie du racisme inversé, anti-blanc, anti-occidental, et ultra-judéophobe paradoxalement soutenu par des mouvances suprémacistes se prévalant du “label aryen”, mais ayant perdu toute burnes(on me passera l’expression) pour avoir une quelconque influence sur le grand public, donc tentant de survivre en s’alliant à l’islamisme et aux dégénérés aigris des banlieues des grandes capitales européennes…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*