A la vie, Pessah 2020 – Ariel Toledano

« En quoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? » C’est cette question habituellement réservée au plus jeune enfant de la famille que inaugure « ma nishtana » un des premiers passages de la Haggadah, ce rituel de lecture de la pâque juive en 15 étapes qui consiste à relater l’histoire de la sortie d’Egypte des hébreux en 1320 avant J.-C.

L’objectif est de raconter les miracles qui sont survenus en Egypte en encourageant les convives du repas à s’interroger. Inscrire la mémoire dans le questionnement c’est tout le symbole de cette liberté que l’on veut célébrer à Pessah.

Le confinement imposé par les autorités de nombreux pays apporte une réponse claire à la question formulée initialement. En effet, la fête de Pessah 2020 (ou 5780 selon le calendrier hébraïque) sera effectivement très différente des années précédentes. Le bouleversement orchestré dans nos habitudes alimentaires précédé par un long ménage à la recherche du moindre levain (hametz) doit susciter la curiosité des enfants autour du récit de la sortie d’Egypte, mais ces changements ne seront pas les seuls bouleversements que l’on constatera au cours de cette soirée pascale. Hormis, le pain azyme (matsa), les légumes amers (maror), le fait de tremper à deux reprises les légumes avant de les manger accoudés, l’obligation de rester chacun chez soi pour respecter le confinement fera aussi partie des spécificités de la soirée de Pessah 2020. En effet, cette fête est en général l’occasion de retrouvailles familiales élargies autour des grands-parents, des oncles, des tantes, des cousins, des cousines et des nombreux convives, elle sera strictement réservée cette année au cercle de ceux qui se retrouvent sous le même toit.

On a du se résoudre à l’idée de célébrer cette fête chacun de son côté parce que la préservation de la vie est un principe essentiel. Les technologies de visioconférence pour certains ont pallié ont besoin de conserver malgré tout le lien familial et générationnel. Maïmonide qui aborde les lois concernant cette fête dans son code de loi et de la jurisprudence talmudique (Mishné Torah), tient à nous rappeler que même si une personne se retrouve seule au cours de cette soirée, elle devra alors s’interroger elle-même pour être fidèle à cette tradition du questionnement.

S’interroger, se questionner c’est exprimer l’idée que le rapport à l’histoire, à la mémoire ne peut s’envisager que dans une dynamique d’interprétation du récit. Quelle que soit la tournure effective de l’organisation de cette fête, il faudra conserver l’esprit de Pessah, c’est à dire d’inscrire de manière vive cette quête intérieure de liberté qui amène à un dépassement de ce qui nous enferme dans nos préjugés, dans nos certitudes. Cette quête est nécessaire pour continuer à espérer, à innover, à se renouveler surtout par ces temps d’incertitude. La fête de Pessah est avant tout le symbole de l’esprit de résistance d’un peuple qui entend rompre avec les souffrances.

La foi permet de vaincre toutes les situations de détresse et constitue l’antidote nécessaire à toutes les formes de fatalisme. Elle fixe un horizon et permet de trouver le chemin pour y parvenir. Les hébreux n’avaient aucune idée de ce qu’ils allaient devenir en sortant d’Egypte mais ils étaient convaincus que leur foi les conduirait vers le chemin de la rédemption. Le peuple juif, à travers les siècles, a été confronté à de nombreuses tragédies, mais ces épreuves qui auraient pu être une source profonde de désespoir, lui ont au contraire permis d’activer des mécanismes de défense qui l’ont aidé à vivre en dépit d’une adversité constante. C’est cette espérance qui guide nos pensées en cette fête de Pessah 2020 à laquelle il faut associer nos vœux de guérison à ceux qui sont malades et de courage aux soignants qui se battent pour que cette pandémie fasse le moins de victimes possibles. Léhaïm, à la vie.

Ariel Toledano

Ariel Toledano est médecin. Il enseigne l’Histoire de la médecine à l’Université René Descartes (Paris V). Il a publié plusieurs livres consacrés aux textes de la sagesse juive : La médecine du Talmud (In Press, 2014), Médecine et Kabbale (In Press, 2015), Médecine et Bible (In Press, 2017). Il est aussi l’auteur de Réparer les corps, réparer le monde (In Press, 2019) et de La médecine de Maïmonide (In Press, 2018), premier ouvrage en français consacré à l’oeuvre médicale de ce grand penseur du Moyen Age. Dernier ouvrage paru le 11 mars 2020 : La médecine de Rachi, pour une approche humaniste du soin, aux éditions In Press. Le 3 mai 2020 à 9h15, il sera l’invité du Rabbin Didier Kassabi dans l’émission « A l’origine, Berechit » sur France 2.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*