Sarah Cattan. Rire encore. Se non ora, quando ?

Certains savent. ( Certains savent tout, toujours ). Ils savent, ceux-là, à combien de jours de confinement nous sommes. Ils savent, eux, les chiffres exacts: Ceux de nous en détresse respiratoire, ceux qui s’éteignent au sein d’un Ehpad, ceux qui sont mis en terre selon les nouvelles règles. Ils savent, les mêmes, que le Professeur Raoult a raison, et se disputent avec ceux qui savent, eux, qu’il faudra pendouiller celui dont ils ont fait … un charlatan.

Ils savent la tragédie: ils l’auraient presque … écrite.

J’ignore s’ils savent qu’un de mes amis a réuni virtuellement un mynian pour dire le kaddish à la mémoire de son frère mort il y a 7 jours.

J’ignore s’ils savent que l’épouse d’un de mes amis, médecin de son état, fut agressée ce matin parce qu’elle portait, la privilégiée, un masque, un vrai de vrai, un FFP2, et qu’elle avait mille raisons de le porter, mille raisons que la pudeur nous fera taire.

J’ignore s’il s’agit des mêmes: beaucoup s’offusquent qu’on tentât encore de rire, voire de sourire, alors que la toile est inondée d’images ou video drôles. A ceux-là, est-il utile de rappeler la fonction de l’humour. Racontons-leur juste cette anecdote: mon amie Violette Jacquet-Silberstein, rescapée d’Auschwitz car faisant partie de l’Orchestre des femmes, me racontait qu’au lever, dans les baraquements, lorsque lui était posée par une compagne de … confinement la question “ça va?“, elle répondait: “ça gaze ma belle“. Violette qui dut … continuer à jouer du violon devant les assassins de sa mère, et de sa sœur, et de tous les autres.

Rappelons encore les multiples fonctions de l’humour chez Primo Levi, pour qui le rire sert à souligner l’absurdité d’un monde à l’envers, à mettre le doigt sur les contradictions, à dénoncer sans tomber dans le moralisme ou le pathétisme, à se mettre à une juste distance en regard d’une réalité inhumaine. Histoire de ne pas devenir … fous. Humour thérapie. Instrument de … survie. A fonction … défensive.

A consulter: Ecrire après Auschwitz: l’analyse faite par Sophie Nezri du roman Se non ora quando ?

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

  1. Oui, le rire comme distanciation, c’est naturel pour ceux qui le pratiquent, mais ce n’est pas toujours bien compris. Parfois même, il faut “apprendre à rire sans pleurer” (Kurt Tucholsky, 1890-1935)

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*