Association juive européenne : le colloque

L’Association Juive européenne née en 2007, dont le siège est à Bruxelles, se présente comme voulant ” renforcer l’identité juive ” et ” défendre les intérêts des juifs en Europe “. Sa mission principale est de combattre l’antisémitisme, quelle qu’en soit la forme d’expression, défendre et protéger les juifs d’Europe.

Un colloque annuel s’est tenu en lien avec le Consistoire central, au Centre Européen du Judaïsme, en présence de Joël Mergui, président des Consistoires, et du rabbin Slomo Köves président de l’APL (Action and Protection League). Cet évènement était l’occasion d’accueillir des invités prestigieux dans un lieu flambant neuf.

Plus de 300 personnes, des responsables de communautés juives européennes, des hommes politiques et des dizaines de diplomates se sont retrouvés pour débattre sur « Les Juifs en Europe : unis pour un avenir meilleur » pour évoquer la protection des communautés, l’éducation, la culture juive et l’antisionisme.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a ouvert la conférence en déclarant : « Qui condamne les juifs, condamne Israël. Si vous lâchez une once de terrain sur la question de l’antisémitisme, c’est la République tout entière qui recule ».

Elan Carr, l’envoyé spécial du gouvernement américain chargé de la lutte contre l’antisémitisme et ancien procureur à Los Angeles a confirmé l’augmentation des actes antisémites aux USA et a déploré que l’assassin de Sarah Halimi qui a commis un crime de haine n’ait pas été jugé « Cela n’explique pas les crimes de haine qui doivent être poursuivis avec la plus grande sévérité de la loi » à t-il ajouté.

Plusieurs intervenants se sont exprimés pendant ces deux jours.
Un prestigieux diner où plus de 300 personnes s’étaient retrouvées en présence du ministre de la justice, Nicole Belloubet, clôtura cette manifestation.

Nous avons rencontré le Président de l’Association Juive Européenne Menahem Margolin

Entretien

Tribune Juive : Vous organisez votre conférence annuelle. Les choses ont elle change depuis l’an dernier ?

Menahem Margolin : Le temps n’est plus à la réflexion mais à l’action. Il est temps d’agir et vite, nous mettons la pression sur les gouvernements en instaurant une plateforme commune d’échange entre communautés.

Comme vous le savez, les actes antisémites sont de plus en en plus nombreux. Dans toute l’Europe nous sommes là pour assister les communautés dans cette lutte contre ce fléau. Nous avons l’expérience du terrain, nous allons également à la rencontre des petites communautés qui ont les mêmes problématiques, les mêmes défis à relever.

Tribune Juive : Que préconisez vous qui n’a pas déjà été fait ?
Les dirigeants communautaires doivent faire pression sur les gouvernements pour les aider à éradiquer l’antisémitisme.

Menahem Margolin : Comme je l’ai dit à l’AFP, je propose de créer une plateforme sur le réseau social Whatsapp permettant de centraliser les incidents antisémites – attaques verbales ou physiques – dans l’Union européenne, car actuellement la plupart ne font pas l’objet de plaintes.

Demander à tous les gouvernements la mise à jour et le renforcement dans les établissements scolaires, l’étude de la shoah, l’interdiction de la vente de symboles nazis et l’utilisation de stéréotypes antisémites lors de manifestations ou de festivals, comme ça à été le cas récemment en Belgique et en Espagne.

Tous les pays concernés devront signer une charte contre l’antisémitisme et s’engager à travailler sur le sujet.

Il est important qu’un coordinateur chargé de la lutte contre l’antisémitisme dans certains pays de l’UE soir nommé par les gouvernements comme l’ont déjà fait certains pays, la France, l’Italie, la Grande-Bretagne ou encore la Roumanie.

Tribune Juive : Israël intervient il dans ces mesures de précaution ?

Menahem Margolin : Le savoir faire d’Israël est remarquable. Certains demandent l’aide du gouvernement israélien pour appliquer des mesures efficaces et nous nous concertons souvent.

Tribune Juive : La jeunesse est elle impliquée dans cette lutte ?

Menahem Margolin : Nous sommes en relation avec le centre européen pour la jeunesse Juive, l’Union des Étudiants juifs de France et travaillons étroitement avec certains jeunes que nous formons pour les rendre opérationnels et dire stop à l’antisémitisme pour les générations futures.

Sylvie Bensaid

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*