Sarah Cattan. Non au rire obscène et antisémite d’Alost

Nous vous avions parlé du Carnaval d’Alost qui, dévoyant le droit à rire de tout, montrera à nouveau son antisémitisme en faisant à nouveau défiler dimanche 23 février, des chars arborant des caricatures de Juifs au nez crochu au milieu de tas d’or et de rats.

Cette année, rejoignant les avertissements de moult parlementaires européens membres du groupe de travail contre l’antisémitisme, le gouvernement israélien, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Israël Katz, entre dans la polémique et appelle lui aussi les autorités locales et fédérales à prendre les mesures nécessaires pour faire interdire une fois pour toutes cette manifestation odieuse.

Israël Katz a appelé la Belgique à condamner et à interdire le carnaval d’Alost, fustigeant l’Etat belge qui devrait, en tant que démocratie occidentale devrait avoir honte de permettre une telle manifestation antisémite.

L’an passé l’humour antisémite avait déjà valu au carnaval d’Alost son exclusion du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco, ce qui n’était pas rien : l’édition 2020 était donc attendue.

Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël à Bruxelles, n’a pas hésité pour sa part à déclarer que Le carnaval d’Alost, avec ses caricatures antisémites, portait atteinte à l’image du pays tout entier.

Si le ministre belge des Affaires étrangères n’a pas souhaité réagir officiellement, rappelons que lors d’une visite à Auschwitz le mois dernier, le ministre-président flamand Jan Jambon avait pour sa part fustigé les fêtards du carnaval d’Alost.

Joël Rubinfeld, Président de la Ligue belge contre l’antisémitisme, dit préférer l’interdiction des chars problématiques à une sanction collective : Je ne supporte pas l’idée que des enfants puissent voir ces chars, enregistrer les associations d’images qu’ils véhiculent, entre les Juifs et l’argent notamment, et y céder des années plus tard. De façon générale, je pense que personne ne sortira gagnant de cette histoire. Tout le monde a à y perdre. J’ai l’impression que les Alostois, et plus particulièrement les gens sur les chars qui posent problème, ne se rendent pas compte de l’impact désastreux que tout cela peut avoir. La Ville va être associée inextricablement à ces chars.

Le CCLJ, Centre Communautaire laïc juif David Susskind, exige Vigilance et fermeté envers les chars antisémites, face aux propos de carnavaliers qui rétorquent que ça n’est pas aux Juifs de les censurer: En un mot, c’est le fameux On est chez nous qui prédomine, rappelle le communiqué du CCLJ.

Mais le bourgmestre d’Alost, Christoph D’Haese, évoque, lui, les fondements d’une société libre. Ce n’est pas à un ministre étranger de décider de ce qui devrait être autorisé ou non à Alost. Je déciderai de cela moi-même.

Le ministre flamand des Affaires intérieures et de l’Egalité des chances est encore plus clair et s’est refusé à interdire les caricatures : Nous vivons dans une société qui estime très important le droit à la liberté d’expression. Il a réussi, adepte de l’En même temps français, à demander au bourgmestre de convaincre les participants qu’il existait des choses avec lesquelles on ne riait pas. On ne fait pas cela moralement et éthiquement, a-t-il répété….

Le BNVCA a condamné lui aussi ce carnaval manifestement antijuif : Ces stéréotypes reproduisent la propagande nazie la plus violente, a déclaré Sammy Ghozlan, exhortant les autorités belges à ne pas se dédouaner en condamnant seulement l’organisation de ce défilé qui fait honte à la Belgique, mais en l’interdisant officiellement et en réprimant ses organisateurs.

Le BNVCA a décidé de saisir l’ambassadeur de Belgique en France et a rappelé que la ville d’Alost était toute proche de la Kazerne Dossin à Malines, ce camp de transit d’où plus de 25 000 Juifs et Tziganes avaient été déportés par les nazis entre 1942 à 1944 par 28 convois vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Michel Lussan-Loïtzanski, philosophe, ex-Administrateur et Directeur de la Communication de l’AMS, Association pour la Mémoire de la Shoah, interrogé, se demande si tout cela ne risque de tourner à une crise politique en Belgique, voire à une “crise diplomatique avec Israël“. Car, dit-il, au-delà du fait que l’association qui anime le carnaval est aux mains du Bourgmestre NV-A – Niewe-Vlaamse Alliantie- qui a un député fédéral originaire d’Anvers qui porte la kippa à la Chambre des représentants et qui risque, pour l’occasion, de réagir, la première ministre fédérale Sophie Wilmés interviendra-t-elle, Alost étant sous la tutelle de la Région flamande et les négociations pour former un Gouvernement battant leur plein ?

La particratie qui gangrène la Belgique dépassera-t-elle les valeurs de la démocratie, de l’humanisme et de la lutte contre l’antisémitisme répétées ad libitum par le gouvernement et le roi qui était à Auschwitz pour les commémorations du 75e anniversaire de la libération du camp…

Là est toute la problématique entre les Juifs exterminés dans la Shoah avec la complicité du Roi et du gouvernement pendant la guerre et la protection des Juifs de Belgique ici et maintenant face à la recrudescence exponentielle des actes antisémites.

On ne négocie pas avec les faits. C’est bien le trône et le gouvernement qui sont ici questionnés, voire dénoncés. À noter, les boutiques ont été prises d’assaut : plus de 1000 nez juifs crochus auraient été vendus et les boutiques sont en rupture de stock avant le défilé dit folklorique.

Le Rédacteur en chef de La Libre Belgique, second quotidien francophone du royaume, écrit que dans un pays où l’antisémitisme a explosé en tête des pays de l’Europe occidentale, tout cela frise l’obscénité. Le sinistre carnaval récidive dimanche. On y annonce aussi un Mur des lamentations et on se défend : les chrétiens, le pape, les musulmans, les politiques, la famille royale… tout y passera§

Le Rédacteur en chef de La Libre Belgique demande si il y a matière à s’esclaffer des références à la Shoah et à l’antisémitisme nazi : La frontière du mauvais goût est franchie, la mémoire des millions de victimes de l’holocauste salie. Le droit de rire de tout ne peut nous aveugler au point de devenir irresponsables en laissant de tels clichés être véhiculés.

Le quotidien belge Le Soir, lui, qui avait, à l’occasion de la tuerie au Musée juif de Bruxelles en mai 2014, osé parler “d’implantations juives sous haute surveillance“, nous balance pour sa part, sous la plume de son éditorialiste en chef, un article … navrant, conseillant … d’oublier Alost et de se laisser transporter à … New York: Enfin quoi! Mettez, comme il nous est ici conseillé, le cap sur … Broadway Et allez plutôt voir ce nouveau West Side Story.

Eh oui. Et “tout ça”, en Une: en effet, dimanche, Alost sera montrée internationalement comme la capitale de l’antisémitisme et trônera aux côtés de Molenbeek, capitale du djihadisme européen. 2 villes d’une Belgique en déliquescence. Une Belgique qui préside actuellement … le Conseil de Sécurité de … l’ONU. Oui, ma chère Viviane Teitelbaum, Vous l’écrivez à raison en marge de ce papier lâche du Soir daté du 22 février : Ils ne veulent pas comprendre.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

  1. Impeccable article . La Belgique de ce 22 février coule et ses élites ” auto-proclamées ” se la jouent Radeau de la Méduse . Tartuffe : le Retour une fois ! Cachez cet antisémitisme en progression exponentiel selon toutes les études . Circulez ,il n’y a rien à voir !Toutes les caméras des chaînes TV internationales seront braquées ce dimanche sur Alost ,elles dévoileront probablement les nouveaux chars immondes qui se vauteront dans la provocation des Juifs , des Valeurs de la Démocratie et des Lumières . De ce ce qu’ils en subsistent à quelques dizaines de Km de Bruxelles ,Capitale des Institutions Européennes . Dans les 20 dernières années près d’un tiers des Juifs de Belgique ont quitté le Royaume .Il n’en reste probablement plus que 34.000. Dans quel pays vivons -nous ? Un univers où le juridisme inflatoire corrompt absolument toute valeur : tant qu’il n’y a pas mort d’homme , Alost ne serait pas une incitation à la haine .Proclamation de l’UNIA organisme officiel payé pour traquer les discriminations . Alors que l’odeur de pourriture ,de gaz et de défiance des citoyens à l’égard des “Politiques” et des Médias contrôlés par les nouveaux discours de servitude volontaire et orwelliens ,viennent d’être confirmés par une étude sur un échantillon de 4.000 citoyens . L’oubli instantané devient la norme . L’éditorialiste du quotidien Le Soir ,en une du premier quotidien francophone et virulent “antisioniste “récidiviste , propose ce samedi pour sauver l’image de la Belgique “d’oublier Alost ” et d’aller à quelques milliers de kilomètres découvrir à Broadway la nouvelle version de West Side Story (remarquablement mise en scène par 2 artistes belges .Elle oublie que le compositeur génial de ce music-hall reste Leonard Bernstein né aux USA en 1918 de 2 parents Juifs Ukrainiens qui avaient fuit les pogroms tsaristes avec la complicité de la population . Décidément ” Ils sont Partout ” BYE BYE BELGIUM !

  2. Ça fait un petit temps que « j’ai mal à ma Belgique ».:. Belgique qui , dans les années ‘20 a frileusement accueilli ma famille, qui lui a permis de redresser la tête – puisque dans ses activités elle ne « volait pas le travail des belges » – ses membres adultes étant tous indépendants – … et puis, il y a eu la Shoah…. Je suis née à Londres, à la fin de la guerre, mais mes parents, mon frère et moi sommes rentrés rapidement en Belgique pour retrouver les survivants de notre famille. La Belgique fut et reste mon pays.. Ça allait de soi de vivre la démocratie, la séparation des pouvoirs, le respect des minorités, avec comme contrepoint les devoirs en tant que citoyen avant tout . Mon Judaïsme quelle que fut sa forme relevait de la sphère privée.. Mais voilà que de plus en plus on nous « jette dans l’arène «  et de quelle façon.. Certains me diront «  oui, mais toi tu n’es pas comme les autres.. » mais je suis moi ET « les autres »… Donc, j’ai TRÈS mal à ma Belgique.. Le Carnaval d’Alost, c’est dans quelques heures….. Il y a quelques années, nous y étions.. pas de char antisémite mais la famille Royale, le Pape et Bart de Weber furent écornés.. Mais pourquoi ne me suis-je pas insurgée à ce moment-là ?? Le Carnaval d’Alost fut apparemment créé en 1929 /1930…. Dont acte….

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*