Sarah Cattan. Un Café avec … Rachida Dati.

Il ne pas fut aisé de la rencontrer. Des interlocuteurs engagés. Un planning forcément serré. Une parole donnée. Une parole tenue : C’est « ça », Rachida Dati. C’est aussi une femme cash. Déterminée. Simple.

Sarah Cattan- Je voudrais d’emblée vous demander si vous pensez qu’existe l’impact d’un vote juif ? D’un vote musulman ? Si oui, qu’en pensez-vous ?

Rachida Dati- Je ne crois pas qu’il y ait un vote juif, comme il n’existe pas de vote catholique ou de vote musulman. Mais je suis consciente qu’il y a des préoccupations propres à la communauté juive qui peuvent jouer dans leurs attentes vis-à-vis des élus. La grandeur de la France, c’est de protéger toutes les identités qui la composent. Je sais que les attentes de la communauté juive à l’égard de la République française sont grandes en ce sens et pleinement légitimes.

Sarah Cattan- Quels sont vos liens avec la communauté juive ? Irez-vous en Israël ? De même, comment réagiriez-vous à une affaire « Mila » ?

Rachida Dati- J’ai un dialogue constant avec les institutions représentatives de la communauté, le Crif, le Consistoire et le Fonds Social Juif Unifié, et leurs représentants, Francis Kalifat, Joël Mergui et Ariel Goldmann.

J’ai eu par exemple l’occasion d’assister le 29 octobre dernier à l’inauguration du Centre Européen du Judaïsme dans le 17e arrondissement. Ce fut un moment fort pour toute la communauté. Ce superbe centre nous rappelle que les Juifs contribuent à forger notre identité européenne depuis plus de 2000 ans.

Concernant l’affaire Mila, et comme j’ai déjà eu l’occasion de me prononcer à ce sujet, rien de justifie des menaces de morts. La parole doit être libre, ce qui permet de s’exprimer comme de contester.

Cet épisode a malheureusement révélé l’anonymat, donc l’irresponsabilité que confèrent les réseaux sociaux.

Sarah Cattan- Quels sont vos projets concrets pour Paris. Que contestez-vous chez les autres prétendants et chez l’actuelle Maire ?

Dati pour mettre fin au déclin de Paris

Rachida Dati- Je veux que l’on revienne aux fondamentaux : je serai la Maire de l’ordre, de la sûreté et de la salubrité publique.

Je sécuriserai Paris en recentrant la police nationale sur son cœur de métier, en la délestant de missions comme la surveillance de certains bâtiments, confiée à de la sécurité privée, et en créant une police municipale armée pour lutter contre la délinquance du quotidien.

Je réorganiserai le service de propreté en développant la mécanisation des tâches et en créant des brigades d’intervention rapide pour un Paris propre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Enfin, je mettrai fin au départ des familles, en faisant des gestes forts pour elles : je diminuerai l’ensemble des tarifs municipaux, à commencer par le prix de la cantine qui peut atteindre jusqu’à 7 euros par repas. Le tarif maximum sera porté à 3,50 euros. Je lancerai également un chèque « Paris d’Avenir » pour toutes les familles qui souhaitent déménager tout en restant dans Paris : elles recevront 1200 euros par an pendant trois ans pour pouvoir déménager et faire face aux frais engendrés par l’arrivée de ce nouvel enfant.

Sarah Cattan- En résumé, pourquoi voter « Dati » ?

Rachida Dati- Pour mettre fin au déclin de Paris, pour que Paris redevienne la Ville de tous les possibles, une ville où chacun peut s’enraciner, s’accomplir personnellement et professionnellement, vieillir sereinement.

Sarah Cattan- Nous voilà, avec « L’Affaire Griveaux », avec 3 femmes au haut de l’affiche. Alors ? Peut-on s’instituer candidat pour Paris en un tour de magie ?

Rachida Dati- C’est une candidate malgré elle. Paris n’est pas une punition ni un sacrifice. Je fais campagne avec passion, avec détermination, je veux changer la vie des Parisiens. J’ai fait le choix de Paris, depuis 12 ans. Je vis comme une urgence d’agir pour Paris.

Sarah Cattan- En revanche, que l’élue LREM soit assignée en justice pour avoir osé dire que 2 candidates « musulmanes » ETC…, nous trouvons cela … approprié

Rachida Dati- Ces propos tombent sous le coup de la loi.

Sarah Cattan- Nous avons noté et apprécié vos liens « respectueux » avec la Maire actuelle. Son bilan est-il à vos yeux estimables ? Ou est-ce la personne ? Ou encore est-ce votre conception personnelle du combat politique

Rachida Dati- On peut être respectueux de la personne et opposés politiquement. La politique implique de pouvoir se confronter, mais dans la dignité. Les Parisiens ont le droit à un débat apaisé et de fond sur Paris. C’est l’avenir de la capitale de la France qui est en jeu.

Sarah Cattan- Le Président est souvent assimilé au Président des riches : Madame Dati serez-vous la Maire de tous ? Comment ferez-vous ?

Rachida Dati- La capitale, et au-delà la France, n’ont jamais été aussi fracturées. Paris se fracture, Paris se replie, et tout le monde en souffre. J’ai la conviction qu’un élu local qui s’engage réduit les fractures et les inégalités. Mes propositions sur la sécurité, sur la propreté, sur les familles, parlent autant aux habitants du 7e qu’au 18e arrondissement.

Sarah Cattan- Le soutien de Nicolas Sarkozy n’est- il pas … un « rendu », presque un devoir du Président au vu de votre longue « fidélité » ?

Rachida Dati- Nicolas Sarkozy m’a toujours soutenue. Il me soutient aujourd’hui dans ma campagne pour réduire les fractures, sécuriser Paris, protéger les plus fragiles, et redonner son lustre à Paris.

Sarah Cattan- Entre transparence, proximité, et violation de la vie privée, comment faites-vous pour rester un personnage public … accessible ?

Rachida Dati- J’ai toujours protégé ma vie privée et je n’ai jamais exposé ma fille. Quand cela a été fait, c’était contre mon gré.

Sarah Cattan- Un enfant, votre fille par exemple, peut-il être heureux à Paris ?

Rachida Dati- Les enfants s’adaptent toujours à leur environnement. Mais on pourrait faire tellement plus pour les enfants parisiens. Il n’y a pas eu de volonté d’accompagner la jeunesse à travers une grande politique d’offre sportive et culturelle. La capitale est dotée des plus grands équipements sportifs et des plus grands clubs, et pourtant ce n’est pas une ville qui fait une offre sportive pour tous. Et il est illusoire de croire que seuls les enfants défavorisés sont perdants. Les familles les plus favorisées se saignent et courent d’un arrondissement à l’autre pour trouver un cours de natation ou de piano. Tout le monde est perdant.

Sarah Cattan- Quelle est la vie d’une Femme-mère-Maire

Rachida Dati- C’est la vie de toutes les femmes qui doivent concilier leur vie personnelle et professionnelle.

Sarah Cattan- Madame Dati, vous nous aviez éblouis à votre sortie de maternité … Avez-vous du temps à consacrer à votre fille

Rachida Dati- Mes parents m’ont transmis le sens de la famille. Quand mon père espérait que je les rejoigne pour le week-end, même quand c’était compliqué et fatigant pour moi, j’ai toujours cédé et fini par prendre un billet de train. Quand ma mère était à l’hôpital, gravement malade, j’ai toujours été à ses côtés. Je l’ai accompagnée jusqu’à la fin, comme je l’ai fait avec mon père. Je ne me suis jamais interrogée sur le fait d’être là pour mes parents. C’est pareil pour ma fille aujourd’hui. Quand il est important que je sois là, je le suis toujours, même en ce moment en période de campagne.

Sarah Cattan- Garde-t-on aisément des liens avec ses racines, notamment une famille modeste, une fois au pouvoir ?

Rachida Dati- Dès que je vais à Chalon-sur-Saône, je vois mes anciennes amies, et les aide dans leur quotidien. Je parle tous les jours à mes sœurs, mes cousines, mes tantes.

Nous sommes liées par ce bavardage incessant. Mes amies fidèles ne m’ont jamais fait défaut. Nos vies se sont construites ensemble, avec leurs épreuves et leurs moments heureux.

Sarah Cattan- Madame Dati, pensez-vous « aisé » d’acquérir « les codes » ? Votre itinéraire, qui ressemble à un « conte de fées », est-il dû à des qualités particulières ? Je me souviens avoir craqué en vous entendant, jadis, raconter comment, avec vos amies, vous vous prêtiez robe, veste et chaussures pour les … rendez-vous…

Rachida Dati- Je ne me rappelle pas avoir commis de bourde quand je suis arrivée dans des milieux privilégiées. J’ai eu la chance d’être entourée de personnes qui ne m’ont pas ramenée vers mon extraction sociale, mais m’ont projeté dans mon futur, vers ma réussite sociale.

Sarah Cattan- Diriger Paris… Est-il possible de ne pas penser à la Présidentielle en faisant son brushing

Rachida Dati- J’ai fait le choix de Paris il y a 12 ans en me présentant à la mairie du 7e arrondissement.

Sarah Cattan- Quels sont vos maître, vos modèles en politique ou hors politique

Rachida Dati- J’ai eu la chance de rencontrer des personnalités extraordinaires tels qu’Albin ancien garde des Sceaux CHALANDON, Marceau LONG, ancien vice-président du Conseil d’État, Jean-Luc LAGARDÈRE ou Simone VEIL qui a été pour moi une marraine, une fée, un exemple.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

9 Comments

  1. Pour moi, cette remontée de la droite à Paris est essentiellement due aux qualités de Rachida, y compris de s’appeler Rachida, entre autres caractéristiques.

  2. Moi qui suis un provincial je vous le dis tout net : Paris me fais ch!er. Il me pompe mon fric par égoïsme et pour du strass. Il faut déconstruire Paris et éparpiller son contenu dans toute la France.

  3. Rachida Dati ferait une candidate intéressante pour la présidentielle de 2022, bien plus que Wauquiez. De toute façon je ne voterai ni pour les uns ni pour les autres, mais cette réflexion mise à part je préférerais infiniment voir R Dati présidente que Micron, Marinette ou La Méluche.

  4. J’aime bien Rachida et souhaite son élection .
    Pour le retour des Républicains au pouvoir.
    Et pour la renaissance de Paris. Dans cette interview,
    Les réponses de Rachida sont assez succinctes et répétitives.
    Mais elle ne répond pas une question précise :
    « « « Irez-vous en Israël ? » » » et SARAH Cattan n’en fait pas etat . Toujours la peur de déplaire à la Communauté Musulmane ?

    • J’ai en effet noté cette non-réponse.
      Je n’ai pas insisté. Je n’ai pas relevé.
      Pourquoi?
      Parce qu’en réalité je n’avais aucune raison de poser cette question.
      Par intégrité je l ai laissée.
      Anne hidalgo est elle allée en Israël
      Je n’en sais rien
      Plus tard, je reposerai … la question.

  5. JE VOIS EN RACHIDA UNE FEMME DETERMINEE ET D’ENVERGURE QUI DEVRAIT FAIRE DE PARIS LA CAPITALE DE L’EUROPE ; ET LE MODELE DE GESTION ENVIE POUR L’ORGANISATION ; ET J’ESPERE SI SES DIRES ET PROMESSES DE CAMPAGNE SERONT CONCRETISE ET MIS EN APPLICATION ; ET NON UN DISCOUR ELECTORAL SEULEMENT POUR OBTENIR LA MAIRIE DE PARIS.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*