Michèle Chabelski. Ah ces rides!

  Plombage ou pas plombage?
      En vidant mon réfrigérateur de ses scories méphitiques, je crains de m’être aussi malencontreusement vidé la tête, car voilà que ce matin à l’heure présumée du laitier, à l’heure où d’ordinaire en fouillassant un peu je trouve un thème à développer en 2 ou 3 phrases, à l’heure même où parfois mon doigt clique seul, éperonné par une inspiration flamboyante, je n’ai trouvé que vieux papiers et pelures de crayons.
   L’heure est au recyclage, me dis je in petto..
 Tiens voyons ce papier là.. Ah! Un bon de réduction de Sefora valable jusqu’au.. attends..Ah oui jusqu’au 2 décembre..
   Il gît là, inutile et froissé , m’éclaboussant de l’humiliation cuisante d’une visite dans le haut lieu de la réparation des débâcles esthétiques.

   -Excusez moi Mademoiselle vous auriez …
  -Bonjour Madame.
    Sèchement.Premier scud.
   

Bonjour Mademoiselle. Euh … Alors voilà.
   Elle me dévisage sans sourire. 
      Elle est d’un naturel optimiste, mais les causes perdues la perturbent dans ses objectifs professionnels.
   – J’aurais aimé une crème un peu… Vous voyez?
 Non. Elle ne voit pas.
   – Enfin je veux dire, une crème contre..  Les rides. 
 

 Le mot est lâché.   Comme si de l’avoir dit avait mis en lumière l’outrage lui même.
  Contre les rides?
   – Oui dis-je tout bas. Je ne voudrais pas qu’on nous entende, au cas où quelqu’un écouterait sans avoir remarqué mon visage labouré.
   –Contre le relâchement cutané aussi? Ajoute l’accorte et délicate jeune personne.
    Relâchement cutané? Comme un sac à provisions trop lourd, la peau, lestée de trop d’années, trahit et choit. Trop de peau.     Pas assez de chair.
      Comme Shylock, dans le Marchand de Venise, j’irais bien chercher une livre de chair pour remplir les creux infâmants et sonner le  glas du relâchement.
   

Elle s’approche d’un peu plus près.
   – Il faudrait aussi lutter contre la deshydratation. Votre peau a très soif! ajoute t elle d’un air soucieux.
    Mazette !
C’est gentil quand même de s’inquiéter pour moi. Je la prenais pour un petit être frivole et un peu sec, or voilà qu’elle manifeste une empathie inattendue.
    – Ben ..        Faut lui donner à boire? dis je avec une certaine inquiétude..
    Elle sourit, un rien de mépris dans le regard.
   Non. Ce qu’il vous faut, c’est une crème antirides, hydratante, nourrissante, qui lutte contre le relâchement et la pollution, qui repulpe la peau, redensifie  et retend l’ovale du visage...
    Elle se reprend, en riant de sa propre étourderie…
   Ha ha!
   – En fait ce qu’il vous faut, c’est  deux crèmes: une crème de jour et une crème de nuit.
    –Ahhhh murmuré-je dans un râle… Et quelle est la différence ?
   – Ben la crème de jour donne en plus de l’éclat , soutient le maquillage, absorbe le sébum et..
    Seigneur…
       Avant ce jour j’avais renoncé à offrir au monde un visage éclatant, pulpeux, lisse, et voilà que cette blondissime enfant m’ouvrait les portes de la jeunesse éternelle dans un ensorcelant mélange de molécules magiques..
    Ben dis donc..
     Le temps que je me remette du choc de cette prodigieuse nouvelle, elle me rapporte deux pots d’un ton azur méditerranéen au lever du soleil, ceints d’un liseré doré signant le luxe discret d’une marque offerte aux happy few.
   Seigneur !
    Penser que des ingénieurs chimistes m’ont concocté dans leurs alambics secrets ce pouvoir , que dis je ce pouvoir, ce sortilège, de retrouver la peau de mes .. ah non pas 15 ans, j’avais plein de boutons, mais de  mes 30 ans, me fait pleurer de joie anticipative.
    – Combien pour cette magique mixture?
   Elle m’annonce le prix d’une automobile d’occasion – pas récente, certes, mais quand même..
  Pas grave… J’ai une botte secrète.
  Je retrouve, au fond de mon sac, un bon de réduction un peu froissé et le brandis triomphalement… Voilà!!!
   – Avec ça, quelle est la ristourne ?
    Elle jette un cil rimmelisé, retient un rire..
   – Mais rien, Madame! Ce bon est périmé!!!
    Adieu veau , vaches, jeunesse et séduction reconquises.
     Et voilà comment je récupère ce papier froissé au fond de mon crâne où il vieillissait au rythme de mes rides…


    Que cette journée signe la jeunesse du coeur qui offre encore émerveillements et amours dans la générosité d’un âge qui regarde l’autre..
    Je vous embrasse

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*