Raphaël Nisand – Coronavirus et Communisme

Jusqu’à ces derniers jours on pouvait penser que les régimes communistes avaient peu de goût pour les libertés mais qu’ils savaient se montrer efficaces.

On apprend avec l’épidémie de coronavirus que l’incurie du parti communiste chinois est directement à l’origine de l’extension mondiale de l’épidémie. Cette incompétence communiste a un nom, c’est le médecin lanceur d’alerte LI WENLIANG qui avait alerté ses collègues médecins par mail dès le 30 décembre 2019. Les autorités communistes s’en étaient immédiatement prises à lui et il avait été convoqué par la police et brièvement détenu pour propagation de fausses rumeurs.

Le docteur Li Wenliang, qui avait tenté d’alerter sur la dangerosité du nouveau coronavirus, est mort de la maladie. (DR)

Les communistes l’ont même forcé à signer un papier de repentance.
Ensuite les autorités ont mis plusieurs semaines à reconnaitre l’épidémie et à commencer à prendre des mesures.

Fait risible, l’OMS, l’organisation mondiale de la santé toujours aussi clairvoyante a même félicité PEKIN pour son traitement de la crise.
LI WENLIANG vient de mourir à une date non précisée car il s’agit d’un secret d’état et, fait encore plus horrible, il semble que sa femme et ses enfants soient également atteints de la maladie.

On savait les communistes capables du pire de STALINE à MADURO, ou de CASTRO à KIM JONG UN mais on entendait souvent les mêmes rengaines sur l’efficacité militaire liée à ces régimes et leurs prétendus succès notamment en matière d’économie, de santé ou d’éducation.

Or aujourd’hui le monde est malade de la CHINE communiste et la CHINE communiste est malade parce qu’elle contraint ses propres médecins à se taire en présence d’une épidémie.

Si aujourd’hui les autorités chinoises sont contraintes d’ouvrir une enquête sur cette sinistre affaire et sur la mort du Dr LI WENLIANG ce n’est malheureusement pas grâce à l’ONU ou à l’OMS, mais à cause de la protestation indignée de millions d’internautes chinois à l’annonce de la mort du lanceur d’alerte.

A l’heure où on minimise en France le caractère totalitaire et liberticide du communisme, à l’heure où, alliés aux verts et au reste de la gauche les communistes français peuvent arriver aux affaires à Paris ou à Strasbourg sans jamais avoir renié la dictature du prolétariat et le régime KHMER Rouge responsable du génocide du quart de sa propre population, ce rappel de la dangerosité intrinsèque du communisme devrait alerter les français. Le problème c’est qu’en FRANCE pour les médias et la majeure partie des intellectuels il est de bon ton de critiquer TRUMP tout en fichant la paix à XI JINPING.

L’ancien premier ministre socialiste Guy MOLLET avait coutume de dire que « les communistes ne sont pas à gauche … ils sont à l’Est ».

Guy Mollet (en 1966), Ph. © Dalmas / Sipa Press

Guy MOLLET est mort depuis longtemps mais les communistes sont restés les mêmes. Entendez-vous seulement un communiste qui oserait critiquer la CHINE pour HONG-KONG, le triste sort des ouïgours musulmans chinois ou le traitement de l’épidémie actuelle ?

Malheureusement il faut bien le constater la FRANCE n’est pas encore guérie de son communisme.

Raphaël Nisand
Chroniqueur le lundi matin 8H30 sur Radio Judaïca.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*