Nidra Poller. Affaire Al Dura: Rudy Reichstadt en trottinette avec Charles Enderlin

Intriguée par le jumelage entre Rudy Reichstadt et Charles Enderlin, invités respectivement le 13 et le 23 janvier par La Paix Maintenant au Cercle Bernard Lazare —l’un pour parler du « Complotisme et conflit israélo-palestinien », l’autre des « Juifs de France entre République et sionisme »— je cherche dans les arcanes de Conspiracy Watch le lien entre les deux personnages. J’y suis ! C’est l’affaire al Dura. Qui plus est, je m’y trouve, fichée C pour « complotiste »

.

Al Dura: long range ballistic myth

J’assiste of course à la conférence de Rudy Reichstadt, avide de tout apprendre sur les théories de complot dans le conflit du Proche Orient. Le chasseur de complotistes commence avec une longue introduction un peu brouillonne, histoire de montrer un souci du complotisme antisémite. Selon un sondage réalisé pour le compte de la Fondapol, en 2017-18, 22% de Français croient au complot mondial sioniste (44% chez les Gilets Jaunes). Le négationnisme et l’antisémitisme sont, précise-t-il, « essentiellement complotistes ».

Quelques divagations autour du 11 septembre et du suicide (meurtre ?) de Robert Boulin… Il me semble que la moitié de la soirée est déjà entamée avant que Reichstadt arrive au Moyen-Orient mystérieux.

Voyons voir… le chewing gum aphrodisiaque, les dauphins espions, la démolition de la mosquée al Aqsa ? Pas sur le menu. Il faut regarder plutôt du côté de la droite israélienne, friande des théories de complot. Par exemple : Rabin n’a pas été assassiné par Ygal Amir ! Une pause.

Puis, notre conférencier rajoute, avec un sourire en coin, «Vous allez bientôt recevoir Charles Enderlin… euh, la mort de Mohamed al Dura… uhh… la communauté juive en France… »

Nous y sommes !! De Nahum Shahaf (affaires Rabin et al Dura) à Karsenty (affaire al Dura) « qui, si je ne me trompe pas a perdu le procès, » le même Karsenty co-auteur, en 2010, avec Renaud Camus (théorie du grand remplacement) et, rebelote, Karsenty qui colporte des rumeurs sur Fox News. Paris, 15 avril 2019, Notre Dame est en train de brûler vive et le multi récidiviste tient un discours tellement enflammé— « On va vous dire que c’est un accident, en fait c’est un attentat »— que le journaliste lui coupe la parole, le micro, l’image. Vous vous rendez compte ? Trop chaud pour Fox News ! Ça vous donne le portrait-robot d’un complotiste al Dura.

Plus loin, Rudy Reichstadt veut nous expliquer le comment et le pourquoi de la croyance en théories du complot. Il cherche en vain l’expression juste. Un long moment de silence gêné. Enfin, le secours vient de la salle. « Dissonance cognitive ». Exact ! Il reprend le fil : On se met à l’abri du réel. « Tu es juif et tu vois sur France 2 le petit se faire tirer dessus par des balles visiblement israéliennes. Tu ne veux pas le reconnaître ».

Des balles visiblement israéliennes

Assise au premier rang, je ne peux pas réprimer une petite toux d’étonnement en entendant « des balles visiblement israéliennes ». Ne se doutant de rien, me croyant perdue dans une lointaine contrée  anglophone, le conférencier poursuit, de plus en plus sûr de lui. « Que disent-ils, les complotistes ? Ils disent qu’il faut connaître le dossier. » Encore une manigance. Bien entendu, il faut travailler le dossier. Rudy nous fait comprendre qu’il l’a bel et bien travaillé, ce dossier.

La preuve ? Les articles de « fond » sur le site Conspiracy Watch. En fait, une suite chaotique des certitudes diverses et variables au sujet de la « mort » de Mohamed al Dura au carrefour de Netzarim le 30 septembre 2000.

Qu’en dit « la rédaction » en 2008? « … je pense qu’il est ridicule et moralement aveugle de prétendre que la mort du petit Palestinien a été un “bobard”, une mise en scène. » Exaspéré par le flot d’analyses « univoques » publiés en anglais par des juifs de droite, persuadés d’avoir des « preuves », alors que les « meilleurs journalistes d’investigation » sont passés à autre chose, la rédaction [monsieur Reichstadt I presume] croit néanmoins que Mohamed al Dura a été tué par des balles palestiniennes.

L’auteur n’a jamais cru que les méchants soldats israéliens ont tiré sans merci sur l’enfant et son père. Les accusations du cameraman Talal Abou Rahme sont pour le moins « imprudentes ». Toujours rationnel et raisonnable, la rédaction trouve que Charles Enderlin aurait dû « laisser planer le doute sur l’origine des balles… »

Néanmoins il obtient, grâce à une longue conversation avec Charles Enderlin, des réponses satisfaisantes à toutes ses questions. Y compris sur les images « insoutenables » coupées en fin du reportage. Que certains voient comme preuve que le jeune Mohamed est toujours en vie. Enderlin précise : « J’ai employé le mot français ‘agonie’, différent du terme ‘agony’ en anglais… » Oh, really ?

Agonie: Charles Enderlin vous en donne la définition…

Agonie: moments précédant immédiatement la mort. Agony : intense and often prolonged pain of mind or body ; anguish, torture [douleur physique ou psychologique, intense et, souvent, prolongée; angoisse, torture.]. (Agony [A majuscule] refers to the suffering of Jesus in the garden of Gethsemane).

Qu’à cela ne tienne. Un autre jour Charles Enderlin expliquera que « l’agonie » ne s’applique point aux derniers instants, coupés because insoutenables, mais recouvre l’épreuve du début à la fin, à savoir les 45 minutes de tirs nourris visant le père et l’enfant.

L’article s’arrête là, en promettant la suite sur le site de la Paix Maintenant. Mais il n’y se trouve pas.

Quand Rudy Reichstadt signe une recension de l’ouvrage de Charles Enderlin: Un enfant est mort

L’affaire al Dura est traitée à plusieurs reprises, visant toujours les « conspirationistes ». En 2010 Rudy Reichstadt signe une recension de l’ouvrage de Charles Enderlin, Un enfant est mort. « Dans sa simplicité, le titre du nouveau livre de Charles Enderlin (éd. Don Quichotte) énonce une vérité qui ne devrait souffrir aucune discussion : victime d’un échange de tirs entre militaires israéliens et forces de sécurité palestiniennes, Mohammed Al-Dura a été blessé mortellement le 30 septembre 2000 à Netzarim (Lire : « L’affaire al-Dura : des mythes concurrents sur fond d’intifada »).

L’erreur impardonnable des bêtes et méchants qui tourmentent depuis 10 ans l’honnête sire Enderlin, écrit le spécialiste ès complotisme, est de renverser l’exigence de la preuve : ils demandent au journaliste de prouver que l’enfant est bien Mohamed al Dura et qu’il a été effectivement tué au carrefour de Netzarim. Remontons la bobine : le journaliste au-dessus de tout soupçon est sommé de prouver le bien fondé d’un reportage. Alors que c’est aux critiques de prouver, en l’occurrence, qu’il ne s’agit pas de Mohamed al Dura et qu’il n’a pas été tué à Netzarim.

La mort de Mohamed al Dura n’est même pas du fake news, ce n’est pas du journalisme. C’est un mythe

La défense in extenso de l’ouvrage n’est qu’un résumé des arguments réfutés par des chercheurs fiables. Ce n’est pas la peine de faire encore un tour de manège pour flatter les prétentions de « l’expert international du conflit moyen-oriental ». Protégé par un blackout en France, Charles Enderlin a pu compter sur l’ignorance de ses défenseurs et du public. Pour celui qui maîtrise parfaitement le dossier, c’est évident que « la mort de Mohamed al Dura » n’est même pas du fake news, ce n’est pas du journalisme. C’est un mythe. [Al Dura : Long Range Ballistic Myth].

N.B. Quelqu’un qui a travaillé le dossier aurait remarqué l’ironie d’illustrer ces textes avec l’image de Jamal al Dura, le bras droit visiblement intact, fracassé selon les dires de la victime par des balles israéliennes.

Pourquoi Rudy Reichstadt vient aujourd’hui, en 2020, chauffer la salle pour Charles Enderlin ?  

La question est de savoir pourquoi Rudy Reichstadt vient aujourd’hui, en 2020, chauffer la salle pour Charles Enderlin ?  De quel péché cherche-t-il à se laver en prenant fait et cause pour l’auteur d’un blood libel indéfendable ?

Quel est le lien entre ce combat d’arrière-garde et la nouvelle chasse aux « complotistes » qui réclament un procès en assises pour Kobili Traoré? Traoré, qui a torturé, fracassé, démoli Sarah Halimi en hurlant allahu akhbar [allah est le plus grand], qui a récité des versets génocidaires du coran en réduisant une femme juive à une masse informe sanguinolente mais toujours vivante, avant de la jeter par-dessus la rambarde du balcon du 3e étage. Supplier les autorités de rendre justice aux victimes de la criminalité jihadiste n’a rien à voir avec le fonds de commerce de Conspiracy Watch !

Victime à son tour de complotistes autrement plus brutaux, Rudy Reichstadt est la cible d’un papier interminable, le traitant de néocon sioniste. Parmi les forfaits cités par Monde Press : Reichstadt se présente volontiers comme disciple de Pierre André Taguieff.

La boucle est bouclée ? Taguieff, P.A.: La Nouvelle Propagande anti-juive : du symbole al Dura aux rumeurs de Gaza.  PUF  « intervention philosophique » 2010.

Comme quoi il ne faut pas céder au désespoir. L’obscurité générée par le reportage al Dura n’est pas impénétrable. Avec un peu de bonne volonté et d’esprit critique, on peut se guérir de la dissonance cognitive.

Nidra Poller

Nidra Poller est une écrivaine et journaliste américaine vivant à Paris. Traductrice (notamment d’Emmanuel Levinas), romancière et auteur d’ouvrages illustrés pour la jeunesse, Nidra Poller est aussi correspondante en France de plusieurs publications.

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

8 Comments

  1. Merci, Nidra, pour ce résumé. J’avais, il y a longtemps, combattu les inepties d’Enderlin, notamment sur Conspiracy watch. Sans, bien entendu, ébranler les certitudes des antisiomites habituels.
    Nous nous passerons de leur acquiescement.

  2. Mon D.ieu ! Comment Rudy est-il passé du côté obscur alors qu’ayant moi-même suivi son blog depuis très longtemps, il contestait les propos et les témoignages fabriqués par le cameraman d’Enderlin.

    Tout cela parce qu’il a peur d’être affilié à ces tarés de néo-cons dont je suis et dont j’assume depuis longtemps faire partie.

    Je voyais bien que Caroline Fourrest qui est sans mentir une excellente analyste concernant les mouvements islamistes et surtout quelques tenants des frères musulmans est restée une farouche pro-palestinienne qui ne veut même pas tenter d’écouter “l’autre histoire”.

    Je me sens flouée par Rudy Reichstadt que je lis depuis si longtemps. Impression de nausée persistante devant une telle imposture et surtout un revirement total.

    Cet article doit circuler partout car j’ai moi-même contribué à faire connaître son site conspiracy-watch et je tiens de la même façon à le démolir.

    Enderlin n’est pas seulement l’auteur d’une intox et j’aimerais chère Nidra rappeler aux lecteurs que Karsenty a perdu en 1ère instance puis GAGNE SUR LE FOND en Appel !

    Ce n’est qu’en Cassation et grâce au pouvoir des juges désormais plus politiques que jamais ces 20 dernières années que ce procès a été gagné par France2/Enderlin.

    Donc l’arrêt de la Cour d’Appel bien qu’invalidé par la Cour de Cassation doit être lu et relu pour sa pertinence et sa profonde connaissance des faits.

    Il s’agissait d’un procès politique, rien de moins.

  3. M.Karsenty n’a pas “perdu” en cassation :

    rappelons que le procès avait été engagé initialement par France 2 / Enderlin contre M.Karsenty qui alerté par un démenti d’une équipe de jounalistes allemands présents sur les lieux qui avait estimé que le jeune Al Dura ne pouvait en aucun cas se trouver dans la ligne de tir des Israéliens avait émis des doutes sur cette affaire, sur son Blog pour diffamation

    les juges de première instance ont considéré que M.Karsenty avait bien diffamé les demandeurs ; les conseillers de la cour d’appel après une enquête admirable n’hésitant pas à faire vernir des témoins d’Israël et en demandant a obtenir les “Rush” (le film dans son entier d’environ une demi heure) et obtenant l’aveu de M.Enderlin qu’il n’était pas sur place et qu’il avait commenté la scène au vu d’un film qu’un cameraman palestinien “en qui il avait toute confiance” lui avait adressé,

    ont rejeté les prétentions d’Antenne 2 / Enderlin qui se prétendaient diffamés par M. Karsenty

    la cour de cassation quand a elle ménageant la chèvre et le choux a, in fine considéré que la preuve des faits n’était pas suffisamment apportée, rien de plus

    • Si vous n’avez rien compris c’est que vous ne souhaitez pas comprendre ou que vous n’êtes pas au niveau. C’est du second degré ….

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*