Khaled Slougui. Humeur du jour. Être né quelque part…


On ne choisit pas ses parents On ne choisit pas sa famille “On ne choisit pas non plus l’endroit où on risque de terminer sa vie”…C’est moi qui le dis. Eh oui! Etre né quelque part…

Mon pote Maxime a tout compris, sans doute est-ce la fréquentation de sa “maison bleue“.

Qui ne s’en souvient? Cela contribue à rebattre en permanence les cartes, à relativiser les différences et les spécificités que les salauds qui gouvernent ce monde exploitent sans limite aucune, l’essentiel étant d’empêcher la populace de penser et d’avoir le temps de contester.

Mais contester, c’est interroger le monde devenu un village planétaire et s’interroger surtout sur ce qu’on veut nous inculquer, l’esprit de soumission; ce à quoi on veut nous habituer, l’ignorance et la bêtise; ce à quoi l’on nous encourage, la complaisance dans la médiocrité; ce à quoi l’on nous prépare, la casse minutieuse du modèle social et l’idée que la retraite n’est pas un droit, ou plutôt, elle ne peut être un droit que dans la mesure où on l’a achetée, la répartition coûte trop cher; ce qu’on nous propose comme solution à des problèmes crées par eux – problème-réaction solution- selon la lumineuse analyse de Noam Chomsky.

Plus de 40 jours de grève, d’aucuns dans les merdias et la classe politique crient au scandale, en étant plus royalistes que le roi : même Jupiter n’a pas été aussi virulent dans la critque du mouvement social.

Se dessine alors tout naturellement une stratégie de culpabilisation, culpabilisation que l’on souhaite voir remplacer la révolte.

Heureusement que cela ne prend plus et que les masses ont tendance plutôt à se radicaliser et poursuivre le chemin tracé qu’à laisser place aux émotions.

C’est clair, le pouvoir a choisi la stratégie du pourrissement, ai-je prévu dans une humeur passée, avec en point de mire les éventuelles retombées pour 2020.” Nous avons perdu 70 000 naissances par an depuis 2010. Or il faut une population active nombreuse qui travaille et cotise pour avoir un bon système de retraite. C’est ça le fond de l’affaire.” 

Une grande proximité politique, philosophique m’a toujours lié à Jean-Pierre Chevènement qui est l’auteur de cette affirmation. J’adore son sens de la formule : la retraite c’est le capital de ceux qui n’en ont pas

A ma façon, je lui ai répondu : Macron s’en fout du fond. Il a juste pris des engagements avec le grand capital qu’il faut honorer. Beaucoup d’observateurs se sont trompés sur son compte.

Oui! Il y a une grande brutalité dans la politique de Macron : précarité, flexibilité, délocalisations, autoritarisme, rapport psycho pathologique au peuple…

Noam Chomsky

La stratégie de manipulation en dix points de Chomsky érige la diversion et la distraction en élément déterminant : tout ce qui peut éloigner des vrais problèmes ici et maintenant est le bienvenu; et cela va des péripéties de la monarchie britannique, à l’affaire du nombriliste Ghosn, à la libération du djihadiste après avoir purgé sa peine, à l’affaire “Royal”…

En termes savants, Pierre Bourdieu évoquait l’idée d’allumer des contre-feux. Si cette stratégie se déroule au niveau national, elle a un pendant au niveau international, avec des arrière-pensées électoralistes.Prenons l’affaire de l’Iran, on a imaginé mille et un scénarios , sauf le bon : Trump est en difficulté à l’intérieur de son pays, et quoi de mieux qu’une opération éclair au Moyen-orient pour punir ceux qui menacent la sainte patrie.

En même temps, l’on simule une escalade pour mieux détourner les regards, et l’on fait aussi tôt marche arrière pour montrer que le président a le sens de la négociation et qu’il est loin du va-t-en guerre que l’on suppose.

A d’autres!Ce qu’il faut comprendre c’est que le régime des mollahs  honni par les iraniens fait l’affaire de l’occident et des USA qui ne souhaitent pas sa disparition. Leur plus grande crainte c’est qu’une démocratie s’instaure a Téhéran. Cela étant, un jour, ils n’auront plus le choix, c’est le sens de l’histoire. Je reviendrai à coup sûr sur le problème de l’Iran, la Perse reviendra, il n’y a là aucun doute.

Conclusion



Être né quelque part Être né quelque part, C’est partir quand on veut Revenir quand on part

Tout le monde aura compris le brin de nostalgie et de blues qui m’anime. Il arrive que l’endroit où l’on est né vous prenne aux tripes, cela s’accompagne de douleur, pour parler comme Gibran, mais quelle agréable  douleur!

Khalil Gibran


Délirer encore et toujours!
Mille bises, c’est hallal
Une bonne journée!

Khaled Slougui

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. Il a bcp de talent Khaled mais je crois qu’il se trompe sur l’ Iran des mollahs.Le monde entier souhaite que l’ Iran soit débarrassé des fous furieux qui pourraient nous entraîner dans une guerre de destruction massive!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*