Alsace. Cette haine du Juif. Vous ne nous effacerez pas. Sarah Cattan

Une centaine de tombes du cimetière juif ont été couvertes de croix gammées à Westhoffen, Préfecture du Bas-Rhin, à l’ouest de Strasbourg, après que des tags antisémites eussent été constatés la veille à une vingtaine de kilomètres de là. Et que d’autres tags antisémites eussent été découverts sur les murs de la mairie-école de Rohr.

La profanation a été découverte mardi : c’est l’Alsace. C’est souvent. Ça n’est pas une Première. On devrait s’habituer. On ne s’habituera jamais.

Le concert des voix indignées s’est fait entendre.

L’antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu’à ce que nos morts puissent dormir en paix, tweeta le Président, ajoutant cette fois que Les Juifs sont et font la France. Ceux qui s’attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France.

Abjectes, ignobles, révoltants consternant… Tous les qualificatifs reviennent … à la rubrique Faits divers.

L’injure suprême: même nos morts…

107 sur 700 tombes. Jean-Louis Debré, qui a les siens ici, est venu. Toi, tu n’as personne à Westhoffen : tu oscilles. Entre la colère. Sourde. La révolte. Ça n’en finira décidément jamais. Ces insultes à nos morts. Tu te rassures : Ilan, ou encore Sarah. Myriam: Ils reposent en Israël. Loin de l’injure suprême. Loin de la haine névrotique. Seules leurs stèles pourront être dégradées.

Tu assistes, découragée, au cérémonial. Toujours le même. Si inutile. Ces cérémonies de recueillement auxquelles tu ne voudrais plus les voir conviés, ceux qui sont chargés de te protéger.

Vous ne nous effacerez pas

Le Préfet, le Maire, Haïm Korsia, ou Gil Taieb, t’as plus envie de le voir, ce ballet des condoléances. Les mots forts du grand rabbin de Strasbourg : Ce n’est pas un coup de peinture qui va effacer notre mémoire, ce n’est pas un coup de peinture qui va effacer notre identité, ce n’est pas un coup de peinture qui va effacer notre présence en Alsace depuis des siècles. Vous ne nous effacerez pas.

L’Alsace. La liste s’allonge. Quatzenheim. Herrlisheim. Dieffenthal. Schiltigheim. La synagogue de Mommenheim. Cronenbourg, touché le jour de la commémoration de la liberté des camps de concentrations nazis. 

Chers amis, depuis plusieurs semaines dans l’Est de la France des actes antisémites se perpétuent dans les cimetières juifs. Aujourd’hui ce sont près de 110 tombes qui ont été profanées, souillées, vandalisées. Des actes odieux qui viennent insulter les morts, leurs familles et toute la communauté juive. Nous ne pouvons accepter ces comportements racistes, intolérants et profondément lâches. Une fois de plus nous devons faire preuve d’unité et nous rassembler pour nous élever contre ces comportements innommables, écrit sur sa page Facebook l’imam Hassen Chalghoumi, auquel sera remis le lendemain à la Synagogue de Rome le Prix Vie et Paix..

Westhoffen et ses 1.600 habitants. Des gendarmes de l’IRCGN[1] ont passé la nuit dans une tente. Plein de journalistes : ça fera une rubrique. Ça, ils le mentionnent. Ça fait style : nous, on fait le job hein. On est sur le terrain. C’est pas comme pour Sarah Halimi.

Peut-être qu’on a une responsabilité collective dans tout ça

Non, dit cet homme. Je ne suis pas d’ici mais quand j’ai su, ça m’a semblé évident de me déplacer. Je ne suis pas juif mais c’est tellement immonde. Peut-être qu’on a une responsabilité collective dans tout ça.

Voilà Castaner, oublieux que ça existe déjà, qui annonce la création d’un Office national de lutte contre la haine. Or depuis 2013 l’OCLCH, Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre, est également chargé de lutter… contre les crimes de haine commis à raison de l’appartenance de la victime à une race supposée, une ethnie, une religion, une nation ou de l’orientation ou de l’identité sexuelle de la victime…

Un OCLCH qui compte une vingtaine de policiers et de gendarmes…

Nos vingt Colombo auront fort à faire.

Faudra leur expliquer à ceux-là ce que nul ne comprendra jamais : les raisons de la Haine. Rendre crédibles à l’entendement les accusations récurrentes à l’encontre des Juifs de meurtre du Christ, profanations d’hosties, meurtres rituels et autres empoisonnements de puits … pour propager … la peste.

Faudra leur rappeler le pogrom de Strasbourg, dit Pogrom de la Saint-Valentin. Où 2000 Juifs furent arrêtés le vendredi et brûlés vifs le samedi.

Faudra leur dire que la communauté juive dut attendre que lui fût à nouveau consenti le droit de réintégrer … Strasbourg.

Leur dire que certes, une certaine forme d’extrême droite, ou de nostalgie du IIIe Reich, s’est implantée sur le territoire.

Mais leur dire encore que nous ne leur en voudrons pas si, à vingt, ils ne règlent pas l’affaire.

Le Dialogue des Tricoteuses et son obsédant: C’est la faute aux Juifs

Faudra leur lire le Dialogue des Tricoteuses d’Albert Cohen. Ce dialogue de Belle du Seigneur ponctué d’obsédants C’est la faute aux Juifs. Ces sept pages sans aucun démarcateur typographique qui font parvenir aux oreilles d’Ariane et Solal les bribes des conversations de dix bourgeoises réactionnaires.

Dix dames de bourgeoisie, harnachées et souveraines, tricotaient avec voracité tout en conversant activement, deux par deux. Penchés sur les revues, parfois dévisagés par les tricoteuses, les deux amants se tenaient par la main, feignant de lire, écoutaient les duos emmêlés, brouillés par la musique proche et qui leur parvenaient par bouffées et fragments disparates, puissantes litanies.

Voilà mon rhumatisme qui s’est réveillé

C’est la faute aux juifs

Je vous dirais que je suis très constipée

C’est la faute aux juifs

Le temps est devenu fou ma parole

C’est la faute aux juifs

Il n’y a plus de saisons

C’est la faute aux juifs

Ce qui est affreux c’est que les paysans abandonnent la campagne

C’est la faute aux juifs

Elle n’a même pas voulu allaiter le bébé

C’est la faute aux juifs

Ces interlocuteurs du même monde qui échangent des paroles partagées par tous, usant de ce que la linguiste Ruth Amossy appela le prêt-à-porter de l’esprit. Et dans ce prêt-à-porter de l’esprit, le thème figé le plus développé est celui de … l’antisémitisme.

Est-ce ainsi que les hommes vivent. Quand un footballeur n’est pas sélectionné parce qu’il s’est mal conduit, on crie à l’islamophobie. Quand l’antisémitisme sévit sans laisser de cadavres, on se tait. Quand il tuera à nouveau, on entendra : plus jamais ça.

Des veilleurs de mémoire

En attendant, On promet l’installation de caméras. Et … des bénévoles veilleurs de mémoire tourneront … dans les cimetières juifs. Une vingtaine eux encore. Non : ils ne sont pas Juifs. Il y a même, parmi eux, un pasteur.

Vous ne nous effacerez pas.


[1] Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. Vous allez hurler : mais je pense que nous devrions moins parler de l’antisémitisme , ça donne des idées aux imbéciles qui n’en ont pas ( des idées ) d’ailleurs il y a autant d’actes anti-chrétiens et les journaux se taisent pour ne pas exciter les foules animales.
    Au contraire : parler de tous ces musulmans silencieux , que nous avons connus, aimés et qui existent encore mais ont peur de parler .
    Nous faisons de la pub aux tueurs en parlant de leurs actes odieux.
    Ce n’est pas de l’angélisme c’est du réalisme.
    Essayons.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*