Netanyahu renonce – Gantz va essayer de trouver une majorité

Dans l’opposition, la décision de Binyamin Netanyahou de rendre son mandat au président Rivlin est considérée – peut-être un peu prématurément – comme le signe de la « fin de son « règne ».

Benny Gantz, le président de la liste Bleu-Blanc a déclaré: « Le temps de Bleu-Blanc est venu ». Le parti a publié le communiqué suivant: « Le temps des manipulations est fini, voici venu celui des actes. Bleu-Blanc est déterminé à former un gouvernement libéral d’union présidé par Benny Gantz, qui a été choisi par le peuple le mois dernier ».

De leur côté, des députés Bleu-Blanc ont chacun séparément attaqué Binyamin Netanyahou suite à la diffusion de sa déclaration dans une vidéo.

Amir Peretz, le président du Parti travailliste-Gesher a déclaré: « Ce soir, Binyamin Netanyahou a achevé sa fonction de Premier ministre. L’échec de Netanyahou constitue l’espoir des citoyens d’Israël. Il est temps de former un gouvernement qui placera les citoyens d’Israël en tête de priorités, qui s’occupera de la violence croissante, de la cherté de la vie, de la crise du logement, du disfonctionnement du système de santé et qui réparera les déchirures de la société depuis une décennie ».

Toujours au rendez-vous, Ehoud Barak (Camp Démocratique) a écrit: « Une époque est finie. Mes meilleurs vœux de réussite à Benny Gantz, en fait à nous tous. Il faut rendre à Israël son leadership avec une main solide sur le gouvernail qui sera au service du peuple et pas d’un seul. Cela implique un gouvernement sans Netanyahou et qui ne sera pas dirigé par la droite, à la rigueur avec sa participation ».

Dans la vidéo qu’il a publiée pour annoncer sa décision, Binyamin Netanyahou a accusé Benny Gantz d’avoir systématiquement évité la formation d’une gouvernement de large union « parce qu’il est devenu l’otage de Yaïr Lapid et Avigdor Lieberman ». Le Premier ministre s’est demandé pourquoi Bleu-Blanc refuse de siéger avec les « kippot » alors que ce parti est prête selon lui à se reposer sur les députés arabes qui soutiennent le terrorisme et refusent l’Etat d’Israël. Il a réitéré son appel: « Il faut un gouvernement de large union sans boycott ni veto ». Pour la première fois, le Premier ministre a évoqué son éventuel passage dans l’opposition: « Si Bleu-Blanc forme un gouvernement minoritaire qui repose sur le soutien extérieur des partis arabes, je dirigerai l’opposition pour le faire tomber ».

Photo Flash 90

Source : lphinfo

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*