Rubrique : j’suis intelligent puisque j’suis douanier. Par Regis de Castelnau

Le sketch de Fernand Raynaud me revient à l’esprit lorsque je prends connaissance des rodomontades du syndicat CGT (!!!) des douanes après l’histoire des migrants dans la citerne dont on a parlé hier.

Les grands médias populaires amis de la CGT bien connus, tels que le Monde et l’Obs nous annoncent triomphalement que ce syndicat « a déposé plainte contre des gilets jaunes ayant permis l’interpellation de migrants ». On va rappeler que des bloqueurs ont entendu des coups frappés dans la citerne d’un camion arrêté à un barrage. Et qu’ils ont prévenu les forces de l’ordre qui ont sorti les malheureux de cette horrible situation. Aussitôt, levée de boucliers non pas que l’on trimbale des malheureux dans une citerne ayant contenu de l’essence mais contre le fait d’avoir prévenu la police (que pouvaient-ils faire d’autre ?) et retour au grand galop du point Godwin, les gilets jaunes étant assimilés aux SS déportant les juifs. Une vidéo circule où l’on entend des propos de bistrot débiles et déplaisants de quelques bloqueurs. Le sang de nos syndicalistes n’a fait qu’un tour, et ils ont publié un communiqué vengeur. Un consternant florilège.

Tout d’abord on va réaffirmer sa supériorité comment qu’elle est pas trop morale, et exhiber ce que Guiluy appelle « un signe extérieur de richesse » l’antiracisme. Avec l’affirmation habituelle, qui pour être stupide n’en est pas moins inquiétante. « Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit ». Eh bien si, le racisme c’est une opinion, que l’on peut avoir dans sa tête. C’est son expression qui est à juste titre interdite par la loi. Et que veulent-ils nos gabelous ? Contrôler ce qu’il y a dans les têtes à défaut des camions qui se livrent à des trafics de chair humaine ? Oui, parce qu’ils nous précisent que contrôler les camions qui pour de l’argent transportent dans des conditions abominables des êtres humains pour les livrer à la misère, voir pire, c’est faire « la chasse aux migrants »!

Et puis, vient la fière annonce : « nous avons déposé plainte ! ». Courageux mais pas téméraires, iIs n’ont rien déposé du tout. Ils se sont contentés de faire ce que l’on appelle un « signalement » en application de l’article 40 du code de procédure pénale où les fonctionnaires portent à la connaissance du procureur les faits dont ils ont eu connaissance. Cette démarche n’est bien sûr absolument pas dirigée contre les trafiquants qui ont affrété le camion, fait payer les migrants pour les entasser ensuite dans une cuve. Nos preux syndicalistes savent où est la bête immonde, et sans y voir la moindre contradiction livrent aux flics trois imbéciles qui vont le sentir passer. Castaner est trop content il va pouvoir continuer sa propagande, et Madame Belloubet itou, qui a immédiatement mobilisé le parquet d’Amiens.

Nos syndicalistes, comment qu’ils ne sont pas trop intelligents puisqu’ils sont douaniers, ils savent ce qu’est que l’action syndicale. Prendre la pose et en appeler aux flics et à la justice de Macron contre trois crétins.

Heureusement, ailleurs la CGT relève la tête, et dans plein d’endroits, commence à faire ce qu’elle doit faire. Participer aux luttes. Je ne cacherai pas que cela me fait trop plaisir.

Regis de Castelnau

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

3 Comments

  1. c’est tout le contraire! mais vous ne comprenez rien au rôle des syndicats ou quoi?
    s’ils se mêlent du mouvement, c’est sur ordre de l’Elysée, pour mieux le récupérer et l’étouffer dans l’œuf.
    il y aura des négociations, le gouvernement va lâcher du lest, donnera trois sous qu’il récupérera bien vite par d’autres réformes. puis les partis politiques s’en mêleront, ils défileront au “chanzel” en hurlant vive macron.
    comment je le sais?
    voyez mai 68. c’est exactement ce qu’il s’est passé. l’Histoire ne se répète pas, elle bégaie.

  2. “On va rappeler que des bloqueurs ont entendu des coups frappés dans la citerne d’un camion arrêté à un barrage. Et qu’ils ont prévenu les forces de l’ordre qui ont sorti les malheureux de cette horrible situation” : Effectivement, il est bon quelquefois de rappeler simplement les faits du départ…

  3. Les bloqueurs n’ont fait qu’appliquer l’article 73 du CPP ainsi libellé : “Article 73 du code de procédure pénal, alinéa 11 : « Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d’une peine d’emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l’auteur et le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche. » C’est exactement ce qu’auraient fait les douaniers s’ils avaient été à l’origine de la découverte, mais en vertu de l’article 40 du même code. Je ne vois pas où est le problème.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*