Deux anniversaires fondateurs, par Raphaël Nisand

En quelques jours ont été célébrés le 75eme anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie et le 70ème anniversaire de l’Etat d’Israël.

Cette fois-ci l’anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie n’est pas passé inaperçu. C’est que depuis quelques années de nombreux Varsoviens arborent des jonquilles pour rappeler la triste étoile jaune et la résistance héroïque des quelques juifs encore vivants dans le ghetto de Varsovie  en avril et mai 1943. Une résistance qui a inspiré la Varsovie chrétienne qui s’est soulevée à l’approche de l’armée rouge en 1944.

L’organisation sioniste du ghetto conduite par  a empêché une division blindée nazie de liquider le ghetto et a résisté pendant 3 semaines pratiquement à mains nues dans un combat désespéré de fantômes contre une armée avec toujours ce slogan de Pâques aux lèvres « l’an prochain à Jérusalem ». Aucun secours ne vint aux juifs combattants du ghetto ni par les airs ni par le sol et ils moururent presque tous pistolets ou cocktails molotov à la main ou en se faisant sauter sous des tanks mais les premiers combattants se levant sous l’étoile du drapeau de David ont gagné là leur première victoire symbolique et ont montré par leur courage incroyable combien la création d’un Etat juif à Jérusalem était indispensable au monde libre .

Pendant que le mufti palestinien de Jérusalem Amine Al Husseini  visitait Auschwitz et que les légions musulmanes combattaient aux côtés des nazis, les juifs ont combattu aux côtés des alliés sans rien demander même pas la vie sauve.
 La Pologne catholique où l’antisémitisme a si souvent fleuri commence à reconnaître l’apport inestimable des juifs à la constitution de la nation polonaise et elle est révulsée par les nouvelles qui viennent de l’ouest.

A Berlin la semaine dernière un arabe palestinien ayant la nationalité israélienne a porté une kippa par bravade et il s’est immédiatement fait agresser par un réfugié syrien et d’autres hommes d’origine arabe qui l’ont battu aux cris de yahoud, juif en arabe.
Une fois de plus la chancelière Merkel s’est dite indignée mais c’est elle qui a ouvert sans précaution les portes de l’Allemagne à un million de réfugiés venant pour la plupart de pays où « juif » est la pire des insultes.
Ces gens viennent là avec des préjugés antisémites d’origine nationaliste, culturelle et religieuse qui leur ont été inculqués de toute éternité.
L’Allemagne en est au point de devoir réfléchir à une législation interdisant que l’on brûle le drapeau israélien comme on le fait à chaque fin de manifestation à Amman, Damas ou au Caire.

On a fêté également l’anniversaire d’Israël, l’Etat né précisément en partie grâce à la lutte des combattants juifs du ghetto de Varsovie .
Sait-on en Europe qu’un kibboutz a été fondé en Israël par la poignée de survivants du ghetto, les quelques dizaines de survivants des 500 000 juifs qui avaient peuplé le ghetto de Varsovie ? Sait-on seulement en Europe que beaucoup de pays arabes sont toujours en état de guerre officielle avec Israël après lui avoir déclaré unilatéralement la guerre lors de la déclaration d’indépendance en mai 1948 ?
Ce ne sont donc pas les colonies ni Jérusalem annexée à l’époque par la Jordanie en grande partie qui motivent la guerre de 100 ans que font les pays islamiques à Israël sinon l’Irak, le Liban, la Syrie et j’en passe, auraient bien sûr signé un traité de paix avant 1967 et la guerre des 6 jours.

Le problème Palestinien et arabe c’est qu’envers et contre tout mais surtout contre la réalité la plus évidente ils ne veulent pas qu’il existe de façon pérenne un état juif sur tout ou partie de la Palestine.
Cette obstination guerrière est incompréhensible vu d’Europe.

L’Europe saturée de guerres a décidé en 1945 de prendre des mesures définitives pour bannir la guerre . Elle l’a fait en organisant de grands transferts de population concernant  des millions  d’hommes et de femmes pour constituer des états nations géographiquement tenables.
 Même les mouvements terroristes européens finissent par déposer les armes et demander pardon.

Ainsi l’ETA basque qui a participé à la même internationale terroriste que les palestiniens a décidé ces jours-ci de s’auto dissoudre et de s’excuser devant le peuple à la demande de la France et de l’Espagne.
Pourtant cette organisation avait causé directement plus de 800 morts.

Et il ne reste plus guère comme admirateurs du terrorisme palestinien que les nébuleuses d’extrême gauche et d’extrême droite européennes et l’IRA irlandaise, étant rappelé que le gouvernement irlandais est le seul à avoir adressé un télégramme de condoléances lorsque Hitler s’est suicidé et que l’actuel maire de Dublin est un admirateur éperdu du Hamas et de BDS.

En France un texte signé  par  300 personnalités politiques et culturelles appelle dans le parisien du 22 avril à la mobilisation contre l’antisémitisme et l’antisionisme. 
La situation est aujourd’hui si tendue que cet appel apparaît comme une excellente nouvelle porteuse  de quelques espoirs.
Y-a-t-il un avenir pour les juifs de France ? Personne ne sait aujourd’hui répondre à cette question qui est à ce jour ouverte .

Raphaël NISAND 
Chroniqueur hebdomadaire sur Radio Judaïca Strasbourg
Avocat du BNVCA

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*