Prisons françaises, oubliées de la République : Sarah Cattan rencontre Gilles Uzzan

Alors que s’installe en France une grève des surveillants de prisons, que le mouvement semble se poursuivre, les portes des pénitenciers étant restées fermées ce lundi 15 janvier et des piquets de grève ayant apparu à l’entrée de certains établissements mardi, nous décidons de rencontrer l’auteur d’Un regard sur le judaïsme et d’Isaac et Lola : Gilles Uzzan est psychiatre, addictologue et expert auprès de la Cour d’Appel à Amiens.

Tribune Juive : Gilles Uzzan, la colère des gardiens de prison s’enflamme, et 139 prisons sur 188 ont été touchées dès ce lundi. Expliquez-nous les raisons de la colère.

Les conditions de travail en prison sont difficiles, pour les soignants comme pour les surveillants. Certains détenus ont des profils très dangereux et on n’a pas les moyens de les garder dans des prisons classiques. Ces détenus particulièrement surveillés finissent par percevoir la fragilité du système pénitentiaire et passent à l’acte de façon imprévisible : là est le danger. Il faut plus de moyens, plus de personnels, il faut aussi créer des prisons adaptées aux différents profils.

Tribune Juive : les syndicalistes dénoncent depuis si longtemps l’état des lieux général dans les prisons françaises. Qu’en est-il ?

En Octobre 2016, Manuel VALLS annonçait la construction de 32 nouvelles maisons d’arrêt afin de moderniser les prisons françaises, mais cela prend du temps. En attendant, les prisons françaises vieillissent et sont dans des états que je qualifierai de lamentables pour le 21ème siècle. Je pense en particulier à la prison de Château-Thierry où j’ai exercé, spécialisée dans la prise en charge des détenus avec troubles mentaux. Les parloirs y sont insalubres, étroits, délabrés.  Les cellules dans des états indignes. Des odeurs nauséabondes et sur occupées en raison de la surpopulation carcérale. 

Tribune Juive : cette fois-ci, tout est parti de la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais.

Trois surveillants ont été agressés par Christian Ganczarski, un détenu islamiste condamné à 18 ans de prison pour sa participation, dans les rangs d’Al-Qaïda, à l’attentat de Djerba en Tunisie. Ils réclamaient et ont obtenu la démission du directeur de l’établissement, ce dernier déclarant qu’il ne pouvait plus gérer cet établissement dans des conditions de sérénité nécessaires pour gérer une structure aussi lourdes[1].

L’aveu d’impuissance du directeur de la prison de Vendin-le-Vieil confirme que nos prisons actuelles n’ont pas les moyens de surveiller des islamistes radicalisés prêts à tout au détriment de leurs vies. Ces individus ont la conviction délirante que leurs actions destructrices leurs donnera accès au paradis. Ils n’ont rien à perdre et cela ne rassure donc pas le personnel des prisons. 

Tribune Juive : Gilles Uzzan, aviez-vous déjà vu cette ambiance de guerre civile dans les prisons ?

L’opération prisons mortes n’est pas une première. Les grèves décrétées par les surveillants pénitentiaires ont permis d’obtenir des avancées mais certes insuffisantes. On espère que ce mouvement de grève sensibilisera les pouvoirs publics non seulement pour moderniser les prisons mais aussi améliorer la prise en charge de détenus en milieu ouvert lorsqu’ils bénéficient de libération conditionnelle ou de permission de sortir. Cela passe par la création de centres d’accueil où les détenus, porteurs d’un bracelet électronique seraient pris en charge par un personnel formé. 

Tribune Juive : croyez-vous encore à l’annonce d’un plan pénitentiaire global d’ici fin février, comme l’ont annoncé Emmanuel Macron et sa garde des Sceaux Nicole Belloubet ?

Le Président de la République, en plus des 15.000 places supplémentaires promises, a insisté sur la nécessité que la prison soit profondément modernisée, transformée et a qualifié d’indignes le taux d’occupation dans les prisons, les matelas au sol, les conditions de travail des personnels pénitentiaires[2].

Mais le Président a raison de déclarer que ce projet de transformation des prisons nécessite un travail en profondeur dans tous les domaines. 

Je suis très sceptique vis-à-vis du délai : février me paraît court. On ne peut régler ce problème à coup de baguette magique. Rien que la formation du personnel prend du temps. Le changement de mobilier également. Il faut aussi assainir les murs des prisons souvent humides et très abimés. Ce qui nécessite des travaux de longue haleine.

Tribune Juive : Gilles Uzzan, décrivez-nous vos conditions de travail au quotidien.

Depuis 2015, je n’exerce plus en prison comme psychiatre traitant. J’interviens en ma qualité d’expert. J’examine les détenus. Mon rôle est d’évaluer leur état mental , à savoir statuer sur une éventuelle maladie mentale à caractère aliénant, évaluer leur dangerosité, le risque de récidive, et surtout statuer sur l’abolition ou l’altération de leur discernement.  

Effectuer un entretien clinique dans des conditions aussi désastreuses est désolant, surtout lorsqu’on sait l’importance d’une expertise psychiatrique pour l’avenir des détenus. 

Tribune Juive : la situation est explosive depuis si longtemps.

Les surveillants de prisons sont des gens de bonne volonté qui acceptent de travailler dans des conditions difficiles. On a trop attendu pour réagir et la situation a atteint ses limites. Quand j’exerçais en prison, j’avais vu la situation se dégrader : l’explosion était prévisible. 

Tribune Juive : ce mouvement de blocage a reçu le soutien de l’Union syndicale des magistrats. Qu’en pensent les acteurs du monde médical ?

Le personnel soignant qui exerce en prison soutient également le mouvement de grève des surveillants qu’il côtoie en particulier lors des réunions hebdomadaires organisées autour des détenus. Une collaboration médico-judiciaires de qualité est nécessaire pour prendre en charge les détenus de façon adéquate. Il existe une bonne entente entre les surveillants et les soignants et nous ne pouvons que les soutenir lorsqu’il s’agit de lutter contre des conditions de travail déplorables. 

Tribune Juive : le secrétaire général de l’Ufap-Unsa Justice, Jean-François Forget, a dénoncé une déliquescence du dispositif pénitentiaire.

Il a en effet déclaré qu’en prison, on achetait la population pénale, qu’on achetait la paix sociale. Je le cite : Sauf qu’au bout d’un moment quand vous n’avez plus rien à donner et qu’ils vous ont croqué les deux bras, ils passent à l’acte. On a entre 4.000 et 5.000 agressions de personnels par an, on a une vingtaine de prises d’otage sur le personnel, ça va s’arrêter quand ? Quand on aura un mort ? Je confirme que l’exercice en milieu carcéral est un travail à haut risque. L’agressivité et les prises d’otages sont fréquentes.  Espérer une prévention totale à 100% est utopique. 

Tribune Juive : nos prisons sont dénoncées par les instances européennes ou les ONG comme étant les pires d’Europe.

La France a été épinglée par le Conseil de l’Europe pour sa surpopulation carcérale et le taux de suicide en prison deux fois supérieur à la moyenne des autres pays européens. Pendant longtemps la prison n’a pas été la priorité des pouvoirs publics. 

Tribune Juive : on nous demande de partir à la guerre, disent ces surveillants qui déclarent travailler la peur au ventre.

Cette peur en permanence en milieu carcéral génère des troubles anxieux généralisés et aussi des burn out. Lorsqu’il est agressé par un détenu, le surveillant peut développer un stress post-traumatique compliqué d’un état dépressif.

Tribune Juive : Gilles Uzzan, la crise n’est pas que matérielle, les détenus radicalisés doivent-ils être mélangés au reste de la population carcérale ?

Pour ma part, les détenus radicalisés ne doivent pas être mélangés à la population carcérale classique. Une prise en charge adaptée doit leur être proposée, tenant compte de leur dangerosité criminologique. Et ce d’autant plus que certains sont susceptibles de décompenser sur un mode psychotique en prison (psychose carcérale), engendrant ainsi une véritable maladie mentale criminogène qui aggrave leur dangerosité 

[1] France 2. Lundi 15 janvier 2018.

[2] BFMTV. Lundi 15 janvier 2018.

Propos de Gilles Uzzan, recueillis par Sarah Cattan

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*