Vote de l’Unesco sur Hébron: Israël réduit sa contribution à l’ONU

L’Unesco a déclaré vendredi 7 juillet la vieille ville de Hébron « zone protégée » du patrimoine mondial, en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle en danger ».

C’est depuis Cracovie, en Pologne, que la résolution polémique a été adoptée. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) y tient depuis le 2 et jusqu’au 12 juillet la 41e session du Comité du patrimoine mondial.

Parmi les 35 sites sur lesquels ce Comité devait se prononcer ces jours-ci figurait la vieille ville de Hébron. Le vendredi 7 juillet, celle-ci a été déclarée « zone protégée » en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle ». Douze membres ont voté pour, trois contre, et six se sont abstenus.

Réaction en Israël

Benjamin Netanyahu a décidé immédiatement de réduire encore la contribution d’Israël à l’ONU après cette décision : “Une autre décision délirante de l’Unesco”, a jugé le Premier ministre israélien dans une vidéo publiée sur sa page Facebook. “Cette fois-ci, ils ont estimé que le tombeau des Patriarches à Hébron est un site palestinien, ce qui veut dire non juif, et que c’est un site en danger”.

Dans la foulée, M. Netanyahu a annoncé une nouvelle coupe d’un million de dollars dans la contribution d’Israël au budget de l’ONU. Il s’agit de la quatrième réduction ordonnée en un an par le gouvernement israélien, qui a fait baisser sa contribution auprès des Nations unies de 11 millions de dollars annuels à 2,7 millions, selon un responsable israélien.


“Pas un site juif?”, s’est interrogé Benjamin Netanyahu dans sa vidéo. “Qui est enterré là? Abraham, Isaac et Jacob. Sarah, Rebecca, et Léa. Nos pères et nos mères (bibliques)”.

“Et le site est en danger?”, a-t-il ajouté. “Il n’y a que dans les endroits où Israël est présent, comme Hébron, que la liberté de religion est garantie pour tous”.

“Nous continuerons à préserver le tombeau des Patriarches, la liberté de religion pour tous, et nous continuerons à préserver la vérité”, a-t-il conclu.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*