Sidney Amiel se dit victime d’un complot antisémite

Sidney Amiel, ancien avocat chartrain, jugé pour viol et agressions sexuelles, se dit victime d’un complot antisémite. Un nouveau témoin est venu accréditer cette thèse, ce mercredi 21 juin, à la barre de la cour d’assises, à Versailles.
Cour d’assise de Versailles

C’est l’un des éléments de défense de Sidney Amiel devant la cour d’assises des Yvelines, à Versailles.
L’ancien avocat chartrain, accusé de viol et de plusieurs agressions sexuelles, affiche le soutien de la communauté juive de Chartres.

« Un peu facile comme raccourci ! »

Plusieurs membres d’une association qu’il a créée il y a une trentaine d’années sont venus témoigner en sa faveur et ont défendu l’idée d’un complot antisémite, sans prononcer le mot. Ils ont parlé de cabale et de manipulation.

Un nouveau témoin est venu accréditer cette thèse, ce mercredi 21 juin : « J’ai entendu parler de Sidney Amiel en 1982. À cette époque, une croix de David a été gravée sur sa plaque d’avocat. Je l’ai connu personnellement quelques années plus tard. Il est devenu notre meilleur ami, à mon épouse et à moi. »

L’homme manifeste son étonnement au regard des accusations qui planent au-dessus de la tête de son ami : « Nous avons fait de nombreuses fêtes ensemble, en famille ou au sein de la communauté juive. Nous sommes partis ensemble. Il a toujours été respectueux avec les femmes, même si parfois il faisait des blagues un peu lourdes. »

Le témoin exprime une conviction : « Il y a un climat antisémite à Chartres. Je suis persuadé que ce dossier est une affaire de jalousie. »

Il détaille un élément qui, selon lui, accréditerait la thèse d’un antisémitisme, qui serait l’une des composantes du dossier : « Sidney Amiel a été interpellé un jour de Kippour. Ça ne peut pas être un hasard. »

Une affirmation qui fait sortir Me Xavier Torré, l’avocat de la belle-fille de l’ex-avocat, de ses gonds : « Vous croyez que les policiers ont regardé le calendrier des fêtes juives avant d’interpeller Sidney Amiel ? »

Quant à l’attitude « tactile » de l’accusé, elle a été décrite de la même façon par le témoin, par son épouse et par leur fille : « Il est méditerranéen. Il est tactile. » Une nouvelle fois, Me Xavier Torré réagit : « Vous ne trouvez pas que c’est un raccourci un peu facile ? ».

Toute la journée de ce jeudi 22 juin est consacrée aux plaidoiries des avocats des victimes, et de celui de la défense, après les réquisitions de l’avocat général. Le verdict est attendu vendredi 23 juin, dans la soirée. Sidney Amiel encourt quinze ans de réclusion criminelle

“Ce n’est pas un manipulateur”

Au cours de l’instruction, Sidney Amiel a été examiné par un expert-psychiatre et un expert-psychologue. Une procédure obligatoire pour tous les dossiers de nature criminelle. L’expert-psychiatre n’a diagnostiqué aucune affection psychique, qui aurait pu altérer ou abolir son discernement au moment du viol et des agressions sexuelles dont l’ancien avocat est accusé. À une question de la présidente, l’expert-psychiatre répond : « Il se contrôle, mais ce n’est pas un manipulateur. » Sur le plan de la personnalité, l’expert-psychologue relève que l’accusé « est rigide, mais hypersensible. Il recherche l’affection et l’admiration des autres ». Le spécialiste n’a diagnostiqué « aucun signe de perversité » chez Sidney Amiel.

Source lechorepublicain

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*