Lettre Du CRIF Rhône-Alpes à M. Kamel Kabtan

Le CRIF Rhône Alpes a réagi aux déclarations de M. Kamel Kabtan, recteur de la Grande mosquée de Lyon, par un courrier lui demandant d’être plus clair dans sa condamnation des violences antisémites.en tete crif

Monsieur le Recteur,
En ce mois sacré pour vous de prières et méditations, nous comprenons parfaitement votre solidarité envers des populations civiles quelles qu’elles soient et nous y associons bien sûr notre propre compassion et solidarité.
Profitons de cette période de recueillement pour penser aussi aux centaines de milliers de victimes musulmanes et chrétiennes de Syrie, d’Irak, du Soudan, du Nigeria et bien d’autres qui sont oubliées, peut-être,  pour la seule raison que les juifs ne peuvent être, dans ces cas, mis en cause.
Citoyens français, malgré des sensibilités divergentes, nous sommes  en parfaite adéquation avec vous pour condamner l’importation du conflit palestino – israélien en France.
Cependant…
Vous dites ne pas vouloir importer ce conflit en France, mais dans le même temps, en pressant les autorités françaises et européennes de condamner unilatéralement l’armée  israélienne,  vous adoptez dans votre communiqué un parti pris que nous ne pouvons pas partager.
Est-ce là une façon de ne pas importer ce conflit sur notre sol ?
Nous vous épargnerons la liste des arguments et faits que nous pourrions avancer et qui viendraient démentir vos assertions… et nous nous  contenterons de regretter que nulle part dans vos propos n’apparaisse une condamnation claire et sans ambiguïté des actes antisémites qui se produisent en France, à Lyon, de façon réitérée, ainsi que des injures antisémites et autres “mort aux juifs” qui sont proférés en marge des manifestations pro- palestiniennes.
Rien ne peut, ni ne doit, justifier les violences antisémites, les appels au meurtre de juifs sur notre sol.
Ces dernières années musulmans et juifs sommes parvenus à tisser des liens plus étroits.
Ne laissons pas place à des malentendus susceptibles de détruire cette confiance réciproque.
En ce sens, le communiqué du recteur de la Grande Mosquée de Paris, Monsieur Boubakeur, n’a laissé place à aucune ambiguïté, notamment après les agressions de synagogues en région parisienne et en plein centre de Paris.
Dans l’attente d’une clarification et/ou d’un communiqué complémentaire de votre part, nous restons bien sûr à votre disposition pour avoir l’honneur de partager avec vous la rupture du jeune du Ramadan.

Nous vous prions, Monsieur le Recteur, de recevoir l’assurance de nos sentiments très cordiaux.bas de page crif

PS : Copie à Monsieur Jean François Carenco, Préfet du Rhône, Monsieur Gérard Collomb, Sénateur Maire de Lyon, personnalités, AFP.
 
 
 

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*