C’est une gourance d’aujourd’hui, par Nadia Lamm

Les faits.

publicitÉ


Michaël Chiolo, un Français de 28 ans né Catholique avait pris 30 ans de prison pour avoir torturé et tué un homme âgé de 89 ans, Roger Tal en 2014. Les articles qui parlent de cette affaire disent que le motif de l’assassinat était crapuleux – lui voler 300 euros qui étaient dans son coffre-fort – et ils ne mentionnent jamais la judéité de la victime, qualifiée de « résistant » ayant survécu en s’enfuyant du camp de Dachau. C’est seulement en prison que Chiolo, converti à l’islam en 2010, se serait « radicalisé ». Il aurait ainsi organisé une représentation de la tuerie du Bataclan pour en faire l’apologie. Lui et sa femme ont agressé et grièvement blessé avec des couteaux de céramique deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe pour venger Chérif Chekatt le tueur du marché de Noël de Strasbourg; les deux couteaux furent introduits dans la prison par sa femme qui venait le voir dans l’Unité de Vie Familiale (UVF). Hanane Haboulhana était aussi fanatique que lui et portait une fausse ceinture d’explosifs. Elle est entrée dans la prison revêtue d’un voile intégral mais elle n’a fait l’objet d’aucune fouille, car, ai-je appris, on la lui avait proposée mais elle l’avait refusée : oui, vous avez bien lu. Elle a apporté à son cher et tendre ces couteaux indétectables au détecteur à métaux du portail de la prison. C’est Hanane qui a porté les coups de couteaux multiples les plus sanglants au visage et au thorax des surveillants. Elle voulait sans aucun doute séduire son cher et tendre en lui prouvant son engagement sans faille envers l’islam. On a pu entendre sur BFM le récit affolé de l’une des victimes qui mentionnait l’acharnement à frapper, le sang qui coulait abondamment, les efforts du collègue pour pousser hors du local où cela se passait les deux assassins et refermer la porte sur eux; le fait d’avoir échappé de justesse à la mort et la sidération des deux surveillants. Après leur crime, Chiolo et sa femme se sont retranchés dans l’UVF, provocant l’assaut du Raid, assaut au cours duquel Hanane fut tuée mais pas Chiolo.

Antisémitisme? Circulez  y a rien à voir!

Michaël Chiolo et sa compagne ont attaqués deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe mardi matin. (Sipa)

 » Les Arabes sont de bons petits écoliers. Ils apprennent aussi bien que les petits Français. Ils font d’aussi bons devoirs. La France veut que les petits Arabes soient aussi bien instruits que les petits Français. Cela prouve que notre France est bonne et généreuse pour les peuples qu’elle a soumis. » (p. 165 – 166).

  Manque de bol pour les Juifs, ils n’ont pas été soumis par la France. Leur image n’en sort pas grandie. Lavisse n’en parle jamais. Il faut donc qu’ils se tiennent à carreau. D’où viennent-ils ? Où vont-ils? Et dans quel Etat j’erre?

   « Retourne chez toi, à Tel Aviv ! »

Ah,  ouf! J’ai un chez moi comme tout le monde ! Ben oui, mais si vous avez le droit d’être antisionistes (la répression de l’antisionisme sera à géométrie variable dixit Macron) ça sera où chez moi ?! Merci de me l’indiquer dès que possible! Voilà mon zéro six.

 Tous ces dénis d’antisémitisme et de déshumanisation active corrélée se retournent désormais contre les non-Juifs puisque ce couple a gravement blessé des gardiens non- Juifs – j’insiste – de prison qui lui avaient pourtant assuré des conditions de vie plus qu’agréables. Comme quoi la doctrine en vogue de la bienveillance a ses limites concernant des adultes qui se sont déjà construits de manière perverse et qui n’ont jamais demandé à personne de les aider à s’amender, bien au contraire.

Gênant à dire mais à dire quand même : qui tue des Juifs tuera des Bienveillants.

  Les syndicats de gardiens de prison réclament de meilleures conditions de travail mais pas la lucidité concernant l’état d’arriération morale sans remède de ces détenus qui assassinent et torturent des Juifs innocents (sans doute un oxymore pour nos Bienveillants), ce qui a la solide réputation de ne pas porter à conséquence : comment voulez-vous dès lors qu’on puisse se douter que l’adage « qui tue des Juifs tuera des Chrétiens et toutes sortes de non-Juifs » a du sens ? Rien n’est moins sûr à première vue : si, si on vous l’assure !

  Mais la logique des tueurs de Juifs, il faut croire n’est pas celle de la culture bienveillante (à défaut d’être bien vaillante),  au sein de laquelle ils se donnent ces plaisirs innocents en toute impunité : voyez-vous pas que de là ils n’ont aucune inhibition à s’en prendre à des non-Juifs bienveillants qui ont pourtant eu la grandeur d’âme de leurs passer leurs frasques antisémites ! Expliquez-moi je ne comprends pas : on m’avait dit que ce genre de massacre n’était imputable qu’à des gus frappés de pathologies psychiatriques, car l’antisémitisme ne saurait exister chez d’autres que chez des nostalgiques d’Hitler. Qu’ils crient Allah Ouakhbar au lieu de Heil Hitler ! Et ils sont automatiquement lavés du soupçon d’antisémitisme et estimés fous, puisque la religion d’Allah est une religion-de-paix-et-d’-amour, qui s’oppose comme on le sait à ceux qui coupent les mains des voleurs – les vilains! – mais aussi à ceux qui punissent l’apostasie de mort, qui s’indignent dès qu’on persécute les Juifs, les homosexuels ou encore les athées et qui réclame avec une insistance non voilée l’égalité entre les femmes et les hommes. Il n’y a qu’à voir comme on traite avec douceur toutes ces catégories dans les États islamiques pour le comprendre. Les Chrétiens que nous sommes, forcément solidaires des Chrétiens du Moyen-Orient, ne seraient d’ailleurs pas si friands de fraternité envers les adeptes de la Charia si leurs frères étaient persécutés en terres d’Islam.

  Personne, à l’Heure des pros sur CNews, où officie un Pascal Praud très chrétien, qui a longuement évoqué ce fait divers, n’a associé l’impunité dont jouissait ce criminel en prison au déni de l’antisémitisme le concernant. Islamisme – ô pardon ! Terrorisme – et antisémitisme auraient été rapprochés et il ne le faut pas ! Na!

 Une bienveillance lucide est-elle possible ? Tu crois au père Noël, cocotte ? Je sais, je sais…

  Ce serpent a fait tuer sa femme un autre serpent. Ils étaient sur la même ligne idéologique et leurs roucoulades étaient de haine, non d’amour. Cela les Bienveillants ne veulent pas l’entendre, car ce propos n’est pas bienveillant, il est juste lucide.

  Il y a des êtres humains qui ont perdu leur humanité et qui ne sont plus que des serpents à visages humains. Il faudrait les emprisonner entre eux, en tenant compte de leur idéologie déshumanisée et les laisser s’entretuer puisqu’ils proclament aimer la mort, ce qui relève plutôt du stade sadique-anal que du génital. Idem pour les Etats islamiques : les laisser entre eux, avoir le moins de rapports possibles avec eux et laisser leur perversion agir entre eux à volonté tout en protégeant de toutes nos forces les femmes et les hommes qui veulent s’émanciper du diktat de la haine, qui le disent et qui s’y tiennent et non ceux qui jouent comme sur du velours sur nos scrupules et sur notre désir de nous aveugler – en bref sur notre narcissisme indécrottable. Encore faut-il reconnaître celui-ci vouloir s’en guérir.

  Les Européens et leurs présidents qui veulent s’acoquiner avec les haineux verront le sort qu’ils leur réservent et le voient déjà. Seule l’attirance pour la perversité explique cette accointance.

  Il en coûte de frayer avec les pervers pour se donner des frissons en pratiquant un antisémitisme par procuration. On le voit on l’a vu et on le reverra. Qui touche aux Juifs touche à la République : ce ne sont plus des mots c’est déjà la réalité concrète. Ceux qui morflent aujourd’hui ce sont les journalistes obligés de vivre – quand ils vivent ! – sous protection policière,  les policiers et les gendarmes des pudiquement désignés « quartiers », les surveillants pénitentiaires, les personnels hospitaliers, les enseignants, tous aux avant-postes de la défense de la République. Et toi et moi. Malgré les cris d’effroi et les départs en masse des Juifs, ces lanceurs d’alerte par excellence. Les Bienveillants ne veulent veut pas le voir. Sans doute subsiste-t-il, au fond de leur Bienveillance le léger soupçon – ô presque infinitésimal! –  d’une vieille malveillance.  Les faits sont pourtant têtus. Aujourd’hui, « ils » viennent jusque dans vos bras égorger vos fils et vos compagnes. De plus en plus. Sans crier gare. La Vérité attend que les nouveaux pharaons de l’Europe aux flancs de vache assoupie, la libèrent.

Nadia Lamm



                                                                                             

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , ,
Publié dans société
4 commentaires pour “C’est une gourance d’aujourd’hui, par Nadia Lamm
  1. Nadia Lamm dit :

    La citation d’Ernest Lavisse est tirée de son manuel scolaire : Histoire de FRANCE, cours élémentaire, chapitre vingt-deux, Les conquêtes de la France, pp. 163 – 169, 1939, édition Armand Colin.

    Lavisse est l’historien de ce que l’historiographie a appelé le roman national de la France, autrement dit la présentation patriotique et moralisatrice de l’Histoire de France aux enfants. Cette présentation vise autant à s’adapter à la mentalité du peuple enfant qu’à susciter le sentiment patriotique pour assurer l’ardeur militaire à défendre la France en toutes circonstances. Force est de constater que les Juifs ne font pas partie de ce roman national qui a imprégné des générations entières. Aujourd’hui, alors qu’ils vivent en Gaule, pour partie, depuis le 1er siècle, après la destruction du Second Temple de Jérusalem, ils ne figurent dans les livres d’Histoire que brièvement, pour l’affaire Dreyfus, au tournant des XIXeme et XXeme siècles, et au chapitre consacré au « genocide des juifs et des Tsiganes. » durant la Seconde guerre mondiale. Cette présentation, liée à la confessionnalisation du fait juif, au moment de l’emancipation (1789, 1791) a clairement montré ses limites lors de l’Affaire Dreyfus qui persuada Herzl et d’autres que les Juifs n’etaient pas réellement acceptés et protégés en France et en Europe. On peut dire qu’il n’y a en 2019, toujours aucune volonté politique de faire droit via l’enseignement, au combat contre l’antisemitisme en Europe.

  2. Nelson Melody dit :

    Dans une interview à Marianne, Boualem Sansal a bien résumé la situation : « Les gouvernants occidentaux sont coupables d’aveuglement face à l’islamisme. », ajoutant que mourir avec des dirigeants aussi nuls, c’est mourir deux fois (citation de mémoire). C’est tout le monde occidental qui baigne dans un déni suicidaire. L’histoire se répète sous une autre forme.

    • Bravo Nadia LAMM !
      Cela fait du bien de lire votre article sur  » La gourance d’aujourd’hui « .
      Descendant d’un peuple « génocidé » par les turcs ottomans, j’ai apprécié, à la lecture de cet article, votre lucidité et souhaite sincèrement que nos dirigeants fassent preuve de la même clairvoyance.
      Toutes mes félicitations.
      Mardiros MEGUERDITCHIAN

  3. Nadia Lamm dit :

    Bonjour Monsieur Meguerditchian,

    Merci de votre encouragement qui me touche.
    Les genocides juif et arménien sont à rapprocher de toute évidence. Le verrouillage de la vérité par l’actuel gouvernement de la Turquie s’accompagne de la régression des libertés individuelles et de la liberté d’expression tout particulièrement, ce qui est antinomique du développement au sens le plus large. Il y a toujours un retour de boomerang du principe de réalité quand on chôme les vérités gênantes. Bien à vous, Nadia Lamm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.